👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Tentative d’épuisement d’un vieux lieu commun

L’homme est un monstre. Les exemples abondent, et l’Italien des années 60 semble un trop beau spécimen pour qu’on le résume en un seul personnage. La solution provient du film à sketches, soit ici 19 pastilles plus ou moins longues qui sont l’occasion d’un panorama de la bêtise, la veulerie et la turpitude morale.
Tout y passe, rien n’échappe au regard acide de Risi, aidé des fines plumes de ce que l’époque compte de meilleur, dont Scola lui-même. Militaires, politiciens, femmes infidèles, beaufs au volant ou dans les stades, avocats, curés composent l’inépuisable fresque de l’immoralité.
Si se farcir presque deux heures de pastilles ne semble pas franchement réjouissant de prime abord, le film fonctionne pourtant par une efficace gestion du rythme ; tout repose sur le principe de l’exposition la plus dense possible suivie d’une chute qui souvent détruit tout ce que l’apparence suggérait et fait tomber le masque des monstres.
La malice, c’est d’éduquer notre regard : au bout de 3 ou 4 récits sur les 19 qu’en compte le film, nous voilà initiés : chaque nouvelle situation sera donc vue comme une nouvelle preuve de l’horreur humaine, de la contradiction et de la mauvaise foi. C’est à la fois désespérant et profondément jubilatoire.
Enfin, le chapitrage permet non seulement le renouvellement des situations, mais surtout de montrer l’étendue du répertoire des deux comédiens Tognazzi et Gassman. Sportifs bas du front, avocats beaux parleurs, malfrats vicelards, femme ou curé, ils excellent quoi qu’ils touchent, et c’est un plaisir sans cesse renouvelé que de les voir changer de costume pour incarner finalement toujours la même figure, celle de cette pathétique humanité.
Sergent_Pepper
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes Comédie, Mélange des genres, Satirique, Dénonciation et Les meilleures comédies

il y a 7 ans

44 j'aime

14 commentaires

Les Monstres
Torpenn
7
Les Monstres

Affreux, sales et méchants

C'était la grande époque de la comédie italienne, cette comédie très acide et sociale qui connait ici un de ses exemples les plus crades dans une suite de petits sketchs où Ugo Tognazzi et Vittorio...

Lire la critique

il y a 8 ans

30 j'aime

1

Les Monstres
Ugly
7
Les Monstres

L'hypocrisie du genre humain

Par ce film, Dino Risi dresse 19 portraits d'une certaine monstruosité de l'âme humaine, fustigeant l'hypocrisie et la bassesse quotidienne dans ce qu'elle a de plus abject parfois, ou le plus...

Lire la critique

il y a 1 an

21 j'aime

10

Les Monstres
-Marc-
9
Les Monstres

Le bal des faux culs

En 19 sketchs, Dino Risi dévoile la face cachée de l'humanité. Derrière les grands principes moraux, l'altruisme, la compassion, la véritable nature humaine se révèle sous la caméra de Dino Risi. Une...

Lire la critique

il y a 6 ans

19 j'aime

7

Lucy
Sergent_Pepper
1
Lucy

Les arcanes du blockbuster, chapitre 12.

Cantine d’EuropaCorp, dans la file le long du buffet à volonté. Et donc, il prend sa bagnole, se venge et les descend tous. - D’accord, Luc. Je lance la production. On a de toute façon l’accord...

Lire la critique

il y a 7 ans

706 j'aime

103

Once Upon a Time... in Hollywood
Sergent_Pepper
9

To leave and try in L.A.

Il y a là un savoureux paradoxe : le film le plus attendu de l’année, pierre angulaire de la production 2019 et climax du dernier Festival de Cannes, est un chant nostalgique d’une singulière...

Lire la critique

il y a 3 ans

646 j'aime

46

Her
Sergent_Pepper
8
Her

Vestiges de l’amour

La lumière qui baigne la majorité des plans de Her est rassurante. Les intérieurs sont clairs, les dégagements spacieux. Les écrans vastes et discrets, intégrés dans un mobilier pastel. Plus de...

Lire la critique

il y a 8 ans

578 j'aime

53