Bande-annonce
Affiche Little Odessa

Little Odessa

(1994)
12345678910
Quand ?
7.4
  1. 8
  2. 9
  3. 15
  4. 59
  5. 186
  6. 592
  7. 1505
  8. 1489
  9. 417
  10. 129
  • 4.4K
  • 327
  • 3.2K

Discret voire secret, Joshua Shapira est un tueur à gages froid et méticuleux. Un jour, un nouveau contrat le contraint à revenir à Little Odessa. C'est dans ce quartier, situé à la périphérie de New York que Joshua a passé toute son enfance, avant d'être chassé par son père, suite à ses activités...

Casting : acteurs principauxLittle Odessa

Casting complet du film Little Odessa
Match des critiques
les meilleurs avis
Little Odessa
VS
Tragédie familiale

Le début du film est fulgurant. D'abord on voit Joshua Shapiro (Tim Roth) qui abat un homme, puis il reçoit une nouvelle mission qui doit l'emmener à Little Odessa, quartier russe de Brooklyn. Il n'a pas envie d'y aller, mais il obéira quand même (ça, c'est l'intrigue criminelle, qui est secondaire dans le film). Ensuite, on voit Reuben (Edward Furlong) seul dans un cinéma (thème de la solitude). Il regarde un western où Burt Lancaster abat un homme (thème de la violence) et où un père se...

89 19
Critique de Little Odessa par drélium

Il y a quelque chose, du James Gray surement, faut aimer... C'est incroyablement déprimant et remporte une certaine unanimité qui m'étonnera toujours. C'est bien joué assez logiquement avec Tim Roth et Edward Furlong qui savent mieux que personne tirer la tronche, mais ils tirent la tronche pendant 4h, ah non 1h40, étonnant. Sinon, j'ai toujours eu un peu de mal avec Maximilian Schell, c'est physique, mais c'est un détail. C'est glauque surtout, d'une force peu commune et aussi assez gratuit.... Lire l'avis à propos de Little Odessa

31 9
Critiques : avis d'internautes (62)
Little Odessa
  • Tri :
  • recommandées
  • positives
  • négatives
  • plus récentes
À la porte, le paradis

Little Odessa, premier film de James Gray et premier plan redoutablement signifiant : cette vision d’un regard prisonnier de l’obscurité annonce, en effet, la tragédie à venir, l’omniprésence de la noirceur, le poids de la fatalité, et cette lueur d’espoir que l’on cherche désespérément du coin de l’œil. L'usage du très gros plan, quant à lui, scelle la dimension intimiste qui... Lire l'avis à propos de Little Odessa

30
Avatar Kalopani
8
Kalopani ·
Requiem for a teen.

L’entrée en cinéma de James Gray se fait par un geste aussi fort que naïf : dans une salle obscure, face à un western dont la pellicule finit par brûler. La symbolique est ambivalente : fin du classicisme ou des illusions pour le jeune spectateur qui fuit le monde réel ? A ce visionnage frontal et en scope s’opposent en effet les prises de vues que son quotidien,... Lire l'avis à propos de Little Odessa

41 4
Avatar Sergent Pepper
8
Sergent Pepper ·
Critique de Little Odessa par мс³

Bon je suis toujours mitigé avec ce James Gray, j'ai commencé sa filmo par "La Nuit nous appartient" que j'ai trouvé pas mal sans plus, suivi de "The Immigrant" qui remonte déjà un peu dans le classement et là je viens de me faire son premier film "Little Odessa". Alors déjà première chose un Tim Roth impeccable, ça c'est basé, à ses cotés un Edward Furlong lui aussi très bon, la réalisation est... Lire l'avis à propos de Little Odessa

3 6
Avatar мс³
7
мс³ ·
Découverte
Childhood Poverty.

Comme les matriochkas, « Little Odessa » enchaine au milieu d’une tragédie familiale un thriller obscur se composant de plusieurs facettes. Chronique d’une famille russe égarée à Brooklyn et dont l’un des fils est un tueur à gage bien connu des milieux mafieux, « Little Odessa » est un thriller hivernal dopé à la tragédie grecque. James Gray, réalisant ici son premier film de long-métrage à... Lire la critique de Little Odessa

27 2
Avatar Kiwiwayne Kiwinson
8
Kiwiwayne Kiwinson ·
Sans échappatoire

Janvier 1995, dans mon petit ciné d’art et d’essai de province, je reçois comme une balle en plein cœur le premier film d’un génie du Septième Art de 24 ans nommé James Gray. Sonné, abasourdi, hagard au point de marcher de longues minutes en essayant d’analyser ce qui m’arrive, je réalise que je viens d’être marqué au fer rouge. Presque dix-huit années plus tard, à la faveur d’une reprise à la... Lire la critique de Little Odessa

15 2
Avatar Yanhic
10
Yanhic ·
Toutes les critiques du film Little Odessa (62)
Bande-annonce
Little Odessa