👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Comme les matriochkas, « Little Odessa » enchaine au milieu d’une tragédie familiale un thriller obscur se composant de plusieurs facettes. Chronique d’une famille russe égarée à Brooklyn et dont l’un des fils est un tueur à gage bien connu des milieux mafieux, « Little Odessa » est un thriller hivernal dopé à la tragédie grecque. James Gray, réalisant ici son premier film de long-métrage à 24 ans, utilise les rues neigeuses de New-York comme un théâtre digne d’une odyssée, celle d’un tueur à gage ressurgissant d’entre les morts pour hanter sa propre famille. À l’aide de plans anxiogènes, Gray s’accroche à cet homme ambigu joué par un Tim Roth qui semble avoir conscience de conquérir l’un de ses plus grands rôles. Il immortalise un New-York enneigé ainsi que la population russophone régnant dans les rues, suivant notamment un enfant introvertie, fumeur et sécheur de cours obsessionnel qui s’avère être le frère de ce tueur à gage ordurier. Au milieu de tout cela, une famille pauvre dont la mère est atteinte par une tumeur et un père autoritaire.

« Little Odessa » se construit dans le malheur. Pas une étincelle de bonheur ne vient sublimer le récit. Comme il le fera par la suite dans « The Yards » ou « La Nuit Nous Appartient », James Gray s’attache premièrement aux relations entre père et fils, sublimant une dramaturgie simple mais évitant soigneusement la facilité. Le film s’ouvre d’ailleurs à travers un extrait austère d’un western titré « La Vallée de la Vengeance », dans lequel un homme meurt avant que son père confesse l’avoir symboliquement tué, il y a bien longtemps déjà. Esthétiquement très proche du « Parrain » de Francis Ford Coppola auquel il multiplie les références, mais aussi du « Guépard » de Luchino Visconti, « Little Odessa » se révèle plus comme une analyse des rapports familiaux que comme un polar glacial. La relation qui résulte de la rencontre hasardeuse entre le jeune homme et son frère tueur à gage est l’élément central du film, se constituant comme une peinture sociale d’une lucidité effrayante et d’un réalisme terrassant doublé par une intense plongée émotionnelle dans le milieu criminel servie par des interprétations tout en retenue.

Flanqué d’une matière littérale dans laquelle on retrouve notamment « Crimes et Châtiments » de Dostoïevski ainsi que de nombreuses références à la littérature slave, « Little Odessa » suis le long naufrage des esprits accablés par la résurrection du passé et l’inquiétude face à l’avenir. La mère de famille peut être comparée à ces personnages victimes d’une agonie lente dans la peinture, ce qui ajoute en plus dans le coté antique dans lequel le film nage jusqu’à son esthétique. Ici, les silences parlent plus que les sons, et la tension nait de la fébrilité des regards. Les sentiments sont développés au sein de la sécheresse, la stylisation demeure élégante, déshabillée de tout tapage, opposant la froideur des impressions à la chaleur de certains gestes.

C’est un procédé que James Gray continuera à utiliser, au service d’une filmographie inégale mais constituant un magnifique édifice. S’en suivra « The Yards », marquant l’entrée du policier dans les années 2000, et son chef d’œuvre. Mazal tov !

Kiwi-
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste La Filmothèque, le valeureux temple de la découverte

il y a 6 ans

29 j'aime

2 commentaires

Little Odessa
Sergent_Pepper
8

Requiem for a teen.

L’entrée en cinéma de James Gray se fait par un geste aussi fort que naïf : dans une salle obscure, face à un western dont la pellicule finit par brûler. La symbolique est ambivalente : fin du...

Lire la critique

il y a 5 ans

45 j'aime

4

Little Odessa
drélium
5

Critique de Little Odessa par drélium

Il y a quelque chose, du James Gray surement, faut aimer... C'est incroyablement déprimant et remporte une certaine unanimité qui m'étonnera toujours. C'est bien joué assez logiquement avec Tim Roth...

Lire la critique

il y a 10 ans

33 j'aime

9

Little Odessa
Kiwi-
8

Childhood Poverty.

Comme les matriochkas, « Little Odessa » enchaine au milieu d’une tragédie familiale un thriller obscur se composant de plusieurs facettes. Chronique d’une famille russe égarée à Brooklyn et dont...

Lire la critique

il y a 6 ans

29 j'aime

2

Mademoiselle
Kiwi-
9
Mademoiselle

Édulcorée(s).

Déjà reconnu pour ses incursions dans le domaine du thriller machiavélique diaboliquement érotique, Park Chan-Wook s'aventure avec « Mademoiselle » dans un film de manipulation opulent se déroulant...

Lire la critique

il y a 6 ans

103 j'aime

8

Seul sur Mars
Kiwi-
8

Le Gai savoir.

La semaine où la NASA annonce officiellement avoir trouvé de l’eau sur Mars, Ridley Scott, jadis grand créateur d’atmosphère, sort son nouveau film sur un homme égaré sur la planète rouge après avoir...

Lire la critique

il y a 6 ans

97 j'aime

4

Batman v Superman : L'Aube de la Justice
Kiwi-
5

Nero nemesis.

Tout comme dans « Man of Steel » qu’il avait sorti en 2013, Zack Snyder alterne, dans « Batman vs Superman », les réussites et les échecs. Vendu comme l’énième événement geek ultime, ce combat entre...

Lire la critique

il y a 6 ans

95 j'aime

9