👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Le Normand parle très bien anglais.

A l'origine, ce n'était pas Luc Besson qui devait réaliser Malavita, seulement l'écrire et le produire. Mais comme Robert De Niro a insisté pour que le Français se trouve aussi derrière la caméra, il a bien fallu que Luc s'y colle.

Ce qui explique sans nul doute le niveau d'indifférence dans lequel on suit ce film, qui semble avoir été réalisé avec un je-m'en-foutisme qui tient à ce niveau du génie, ou alors à prendre ses spectateurs pour des cons.
Car si 99% de l'histoire se passe en Normandie, il y a une zone américaine que je ne connaissais pas dans cette région qui fait que tout le mande, y compris les paysans, parle anglais à la perfection. Pas une trace d'accent, rien ! Dans cette fameuse zone cachée normande, il y a aussi des lycées qui ressemblent comme deux gouttes d'eaux à leurs équivalents américains. Et surtout, les commerces normands sont TOUJOURS neufs, avec de la peinture fraiche, c'est un peu le Disneyland du Nord-Ouest de la France.
Il y a aussi un problème de temporalité qui fait que l'on paie toujours en Francs, où l'on conduit des Peugeot 205. Donc, faudrait savoir ; Normandie, terre de contrastes ?

En plus, c'est filmé avec les pieds, où pas un seul de ses acteurs semble être à son avantage, et il faut dire que tous ont l'air aussi de s'en fiche royalement ; surtout Tommy Lee Jones, qui n'a que quelques minutes de présence. Mais dont je pense qu'il s'agit d'un échange de bons procédés, car sa participation a certainement débloqué les crédits pour réaliser The Homesman, toujours produit par Luc Besson. Un mal pour un bien, je dirais.

Quant à Robert De Niro, il semble lui aussi en sommeil léger dans ce film, où l'une des seules scènes un peu réjouissantes se situe dans le ciné club du village où il s'est réfugié pour voir Les affranchis, et qu'ensuite, le modérateur de la soirée lui demande de lui parler de la vie de mafieux new-yorkais.
Et il y a une belle erreur de casting en la personne de Dianna Agron, que je ne connaissais pas, mais qui est clairement trop âgée pour jouer une lycéenne, mais dont la seule présence est probablement de créer un personnage de tueuse à la Besson.

D'ailleurs, fait rare, ce film semble avoir été ignoré des fans de Luc Besson, c'est dire.

Boubakar
2
Écrit par

il y a 4 ans

3 j'aime

1 commentaire

Malavita
Al_
3
Malavita

Badfellas

Ce film est un véritable tour de force : avoir un casting composé de Robert de Niro, Michelle Pfeiffer et Tommy Lee Jones et réussir à nous donner l’impression qu’on regarde un téléfilm de France 3...

Lire la critique

il y a 8 ans

43 j'aime

5

Malavita
Gand-Alf
3
Malavita

Le débarquement.

Sans détester son cinéma pour autant, je n'attend, comme c'est le cas pour beaucoup de monde, absolument rien du cinéma de Luc Besson depuis au moins "Le cinquième élément". Au point que "Malavita",...

Lire la critique

il y a 7 ans

30 j'aime

6

Malavita
Truman-
4
Malavita

La légende veut que Luc Besson écrive ses scénarios les yeux bandés

Quand Luc Besson ne produit pas des films a fric ou qu'il ne met pas en place un cinéma VIP il se met a son ancienne activité, réaliser lui même des films a fric . Malavita c'est le symbole même du...

Lire la critique

il y a 8 ans

24 j'aime

9

Total recall
Boubakar
7
Total recall

Arnold Strong.

Longtemps attendues, les mémoires de Arnold Schwarzenegger laissent au bout du compte un sentiment mitigé. Sa vie nous est narrée, de son enfance dans un village modeste en Autriche, en passant par...

Lire la critique

il y a 9 ans

43 j'aime

3

Dragon Ball Z : Battle of Gods
Boubakar
3

God save Goku.

Ce nouveau film est situé après la victoire contre Majin Buu, et peu avant la naissance de Pan (la précision a son importance), et met en scène le dieu de la destruction, Bils (proche de bière, en...

Lire la critique

il y a 8 ans

42 j'aime

11

De rouille et d'os
Boubakar
9

La rencontre entre la destruction et la reconstruction.

Comme souvent, je vais voir un film en en sachant le moins possible (d'ailleurs, je n'ai pas vu la bande-annonce), tout au plus, je savais qu'il était question d'amputation, et c'est tout. Et ce que...

Lire la critique

il y a 10 ans

37 j'aime

1