Ce site utilise des cookies, afin de vous permettre de naviguer en restant connecté à votre compte, de recueillir des statistiques de fréquentation et de navigation sur le site, et de vous proposer des publicités ciblées et limitées. Vous pouvez accepter leur dépôt en changeant de page ou en cliquant sur le bouton “Oui J’accepte”.
Oui J'accepte

La Bible selon Zack Snyder.

Avis sur Man of Steel

Avatar E-Stark
Critique publiée par le

Probablement l'un des films les plus attendus de cette année 2013, Man of Steel est enfin là pour le grand bonheur des fans du héros, de l'acteur Henry Cavill, et des réalisateurs Zack Snyder et Christopher Nolan. Les bandes-annonces promettaient un blockbuster intimiste, avec un héros ancré dans le réel. Après visionnage en 3D du film le jour de sa sortie, voyons de quoi il en retourne vraiment.

Superman est un héros que je ne connais pas, je n'ai jamais vu le film de Bryan Singer, jamais ceux de Richard Donner, je n'ai pas non plus regardé la série avec Teri Hatcher et Dean Cain, et je n'ai jamais non plus vraiment regardé Smallville. Autant dire que j'ai abordé ce Man of Steel avec ignorance. Dans les idées que je me faisait de ce super-héros, Superman ne figurait pas parmi les plus intéressants, ce qui explique pourquoi je ne me suis jamais penché sur son cas. Ses nombreux super-pouvoirs semblaient lui donner tout pour acquis, c'est pour cela que le film de Zack Snyder, produit par Christopher Nolan, me tentait beaucoup. J'espérais en effet que ce Man of Steel parviendrait à me familiariser avec Superman, autant que la trilogie The Dark Knight l'avait fait avec Batman.

Ce Man of Steel se présente donc comme un blockbuster, fait indéniable après visionnage du film, il a pour but de divertir c'est certain, mais pas seulement, et heureusement ! Le métrage propose des enjeux intéressants, il nous présente un héros humanisé, pas autant que Batman, ce qui logiquement aurait été très difficile à faire, Batman n'ayant aucun "vrai" pouvoirs contrairement à Superman. Cependant si dès le départ on sait que Superman est naturellement capable de voler dans les airs et de détruire des buildings avec son petit doigt, le scénario réussi parfaitement le challenge de rendre ce personnage plus humain tout en gardant en tête qu'il est naturellement un héros. La patte de Christopher Nolan sur ce point se fait ressentir, pas de manière importante mais juste comme il le faut. Il faut rester honnête et dire que cette vision de Superman ne peut pas vraiment se comparer à celle de Batman, mais même si la manière dont Man of Steel traite l'humanisation du héros, elle est orchestrée de manières bien différentes que celle de Batman Begins par exemple. On retrouve beaucoup de similitudes, notamment l'homme brisé, en quête identitaire, face à des choix. Ce schéma sonnera évidemment comme quelque chose de déjà-vu, mais il y a dans ce long-métrage des qualités et des aspects scénaristiques qui apportent un vrai semblant d'originalité à la forme.

S'il fallait dire que cette tentative d'humanisation est réussie ou non dans ce film, et bien en toute honnêteté, j'ai toujours vu à l'écran Clark Kent dans la peau de Superman. Un peu comme si sa condition originale de super-héros était au fil du temps devenue une seconde nature, qui devient prédominante uniquement dans certaines situations. Si je devais appuyer cet argument par un exemple, et bien je dirais que finalement on voit bien plus souvent Henry Cavill en t-shirt et jean, plutôt qu'en combinaison bleue et cape rouge. Le film possède également une dimension biblique, notamment l'âge du personnage, ce sauveur qui doit choisir entre deux voies, ses démons intérieurs et qui doit accomplir sa destiné.

Le film est très actuel, complètement ancré dans son époque. Les actions du Général Zod font penser à celles d'un chef terroriste, et la mission qu'il fixe à ses soldats également. Jonathan Kent est un père adoptif, protecteur, sorte de mentor pour Clark, bien plus finalement que Jor-El qui lui est le véritable père de Clark. Ainsi le film prend une dimension plus dramatique, et c'est dans cette optique précisément que l'on retrouve un peu de ce que le premier trailer proposait. Les nombreux flash-backs mettant en scène l'enfance puis l'adolescence de Clark jusqu'à ses 33 ans, proposent des images symboliques, empreintes d'émotions dont le but est finalement de rendre le blockbuster plus intime, on a presque droit à des élans de grâce que l'on ne retrouve que dans certains films indépendants. C'est un excellent point, et d'ailleurs s'il fallait comparer le travail de Snyder à celui de Nolan, Snyder possède indéniablement un talent pour mettre en scène l'émotion dans ses films. On se souviendra par exemple de la relation entre Sweet Pea et Rocket dans Sucker Punch, chose que l'on retrouve aussi dans Watchmen.

Parlons en de Snyder d'ailleurs, son Man of Steel s'éloigne de ce qu'il a pu faire avant, même si l'on retrouve sa patte, ne serait-ce que visuellement. Bien qu'ayant aimé Sucker Punch, je lui reprochais de ne pas trop se fouler, car visiblement il était sur son terrain de jeux, et ce n'est pas le cas dans Man of Steel, car le film propose des thématiques non seulement différentes, mais aussi inattendues. La mise en scène est plus rythmée que dans ses précédents films, de toutes manières ce long-métrage est plus axé blockbuster, c'est plus nerveux disons. Les effets spéciaux sont très beaux, l'ambiance visuelle également, la photographie est léchée, les cadres de caméra sont beaux, mais rien dans ce constat là n'est très surprenant quand on connais un peu le travail de Zack Snyder. Notons que la mise en scène est parfois un peu trop nerveuse. La 3D quant à elle, n'est pas forcément extraordinaire, les effets sont réussis, mais elle trouve surtout de la qualité dans la profondeur qu'elle apporte à l'image.

Le constat sur Man of Steel est bon, même si c'est vrai qu'on pourra lui reprocher d'être parfois dans la surenchère. Est-ce par ce que malgré tout il faut proposer du grand spectacle ? Ou bien seulement par ce que c'est un parti prit ? Une ville ravagée, des vaisseaux en tous genres, une Krypton qui ressemble beaucoup à Pandora, il est clair que Man of Steel s'inspire de beaucoup d'autres films, cependant il parvient à créer lui même sa propre référence. Notamment lors du combat entre Kryptoniens qui lui pour le coup est épique de long en large, marquant et impressionnant. Cela-dit ça n'excuse pas les quelques facilités que le scénario jusqu'ici bien écrit, accuse sur la dernière demi-heure.

Pour ce qui est du casting et des personnages, Henry Cavill est tout simplement formidable. L'acteur crève l'écran, à la fois par sa prestance et son charisme, mais aussi par sa plastique qui lui confère une aura de super-héros vraiment très belle, c'est un beau personnage. Amy Adams joue également très bien Lois Lane, même si il est vrai que plus de profondeur dans l'écriture de son personnage aurait été appréciable. Quant à Michael Shannon, il compose un méchant charismatique, qui parvient à allier l’exagération et la justesse, c'est assez intéressant à voir d'ailleurs. C'est également un plaisir de retrouver Kevin Costner en figure paternelle, ce rôle lui va comme un gant, il apporte de l'émotion et donne parfaitement la réplique à Cavill. Diane Lane est aussi impeccable dans le rôle de Martha Kent. Russel Crowe en revanche est un peu plus effacé, relativement bon et convaincant, même si son personnage demeure finalement moins attachant. La bande-originale de Hans Zimmer est également très bonne, elle donne de l'intensité aux scènes plus intimes, elle rythme les scènes plus épiques, elle confère une âme à ce film de super-héros décidément très surprenant.

Voilà donc de quoi il en retourne de Man of Steel, c'est une œuvre maîtrisée, véritablement travaillée, cela se ressent grandement. Zack Snyder est assez intelligent pour ne pas tomber dans les travers que le film était susceptible de comporter. Ce Man of Steel est réussi à défaut d'être parfait.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 347 fois
10 apprécient

E-Stark a ajouté ce film à 9 listes Man of Steel

Autres actions de E-Stark Man of Steel