Avis sur

Metropolis par magyalmar

Avatar magyalmar
Critique publiée par le

Evacuons d'emblée l'évidence : l'univers mis en place par Fritz Lang est riche, splendidement filmé, et constitue une source infinie d'inspiration. De la cité opulente et fourmillante aux infernaux sous-sols qui servent de ghettos aux masses populaires, en passant bien sûr par la figure emblématique de cette machine créée pour imiter l'homme (ou plutôt la femme), la fascination pour ces images reste intacte aujourd'hui. L'ambition démesurée de Lang transpire à travers chaque parcelle de décor, des plans d'une inventivité folle, mais aussi via ces fantastiques inspirations de montage, qui le classent d'emblée comme l'un des plus grands artisans de la pellicule.

Passons maintenant à ce qui fâche : le scénario. Confus au possible dans cette version de 2h30, il montre de façon bien grossière une classique lutte des classes entre la tête (les riches) et les mains (sic, les travailleurs). Passe encore que cette histoire d'élu qui vient à la rescousse du prolétariat soit vue et revue, après tout on est en 2014 et bien des films sont passés par là.

La morale en revanche est franchement douteuse. En gros, "blâmons les prêcheurs de bonne parole pour notre propre stupidité". Lang passe 150 minutes à dessiner le portrait d'une classe ouvrière lobotomisée, qui obéit bêtement à qui gueulera le plus fort, sans faire la différence entre inculture et absence de bon sens. Dans quel monde verrait-on des parents abandonner leurs enfants avec pour seule idée en tête de détruire leur gagne-pain, sans jamais réfléchir aux conséquences ?

Ecoeurante de naïveté, la scène finale ne manquerait pas de faire rire aux éclats la CGT ou le Medef tous entiers : c'est là que la morale est sauve, en quelque sorte. (?) Vraiment le genre de conclusion indigne que l'on ne s'attend pas à voir dans un film considéré comme un chef-d'oeuvre du patrimoine cinématographique.

Je passerai sur le personnage du perfide inventeur, dont l'étoile innocemment (lol) placée un peu partout dans son appartement tend à placer Métropolis sur le terrain pentu de l'antisémisitisme à peine voilé.

Cela nous amène à une question que je trouve intéressante : comment doit-on aujourd'hui regarder des films vieux de presque un siècle ? Doit-on passer outre des idéologies dépassées et des codes cinématographiques plus en vigueur afin d'arriver à prendre du plaisir devant des films considérés comme importants ? Et est-ce que ces films peuvent encore avoir une valeur divertissante quand tant de défauts vous ramènent au contexte historique de l'époque ? La réponse variera bien sûr selon les films. Pour Metropolis en tous cas, trop de défauts m'ont sauté aux yeux pour qu'il constitue autre chose qu'une immense déception.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1872 fois
31 apprécient · 10 n'apprécient pas

Autres actions de magyalmar Metropolis