👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Un long, long, long..., trip à la Wicker Man qui aurait gagné à durer une demi-heure de moins

Plutôt soigné visuellement, le nouvel opus d’Ari Aster aurait gagné à moins s’étirer en longueur.
Ce réalisateur étant un habile recycleur de genre, il l’avait déjà prouvé avec son film précédent, a une étrange manie de s'étirer dans des démonstrations qui se voudraient à contrario, absolument anti-démonstratives.

Sa manière de remplacer la surenchère sanguinolente inhérente au genre horrifique, auquel il tente de manière permanente de donner des apparats métaphysiques, en parant sa mise en scène d’une stylisation graphique et d’une espèce de folie ambiante permanente qui prépare à l’inévitable évidence, et à quelques scènes gore de complaisance, mais atteignant malgré tout leur but consistant à créer une sorte de choc réactionnel, ne lui suffit pas à faire oublier le manque d’épaisseur de ses personnages, assez grotesques, vers lesquels on peine à avoir la moindre empathie.

Cet espèce de mixe entre The Wicker Man et 2000 Maniacs, en terre scandinave, car il est évident que l’étudiant américain halluciné qui veut parfaire sa thèse en anthropologie, pense tout de suite à aller fumer la moquette en terre viking, s’avère malgré tout plus fignoler et convaincant que le précédent opus du réalisateur.

C’est dans l’utilisation des lieux et l’étrange architecture des édifices que l’osmose visuelle parvient tout de même à se diluer, leur conférant une illusion d’Éden déviant et malsain.

Malgré une vraie application formelle le film se perd parfois dans ses longues descriptions qui voudraient lui donner des airs de trip éculé, et finissent par provoquer des effets pompeux, tant la dramaturgie situationnelle est finalement extrêmement calibrée. On aurait préféré moins de longueurs et d’évidences.

philippequevillart
6

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Les meilleurs films de 2019

il y a 2 ans

4 j'aime

Midsommar
trineor
9
Midsommar

Le sacre de l'été

Le plus immédiatement troublant devant Midsommar, c'est sans doute – comme à peu près tout le monde l'aura relevé – de se retrouver face à une œuvre horrifique toute faite d'été, de ciel bleu, de...

Lire la critique

il y a 3 ans

186 j'aime

68

Midsommar
Mr_Purple
5
Midsommar

La secte où on n'y voyait pubien

Tout était bien parti pourtant : un prologue efficace et puissant, une mise en scène froide et chirurgicale à la Shining qui sait captiver et créer une ambiance joliment anxiogène, et la présence à...

Lire la critique

il y a 3 ans

159 j'aime

31

Midsommar
takeshi29
9
Midsommar

L'horreur est-elle moins pénible au soleil ? (A peu près Charles Aznavour)

En introduction disons-le tout net, je ne fais pas partie de ceux qui attendaient ce "Midsommar" conquis d'avance, n'étant absolument pas un adorateur du déjà culte "Hérédité", dont la mise en place...

Lire la critique

il y a 3 ans

78 j'aime

34

L'assassin habite au 21
philippequevillart
8

Meurtre oblige

Première incursion de Clouzot dans un genre auquel il donna ses plus belles lettres de noblesse, en l’occurrence le thriller à la Hitchcock. Pour se faire il adopte un style emprunt à la Screwball...

Lire la critique

il y a 2 ans

17 j'aime

8

Joker
philippequevillart
6
Joker

Autant de clown clinquant

C’est auréolé d’une récompense à la Mostra de Venise et d’une pluie de critiques dithyrambiques annonçant un classique instantané et une performance d’acteur de la part de Joaquin Phoenix emprunte...

Lire la critique

il y a 2 ans

17 j'aime

5

Panique à Needle Park
philippequevillart
8

Roméo meet Juliette

Sorti en 1971, Panique à Needle Park est le second film de Jerry Schatzberg. Réalisé entre Portrait d'une enfant déchue et L'Epouvantail. Il s'agit d'un film typique du Nouvel Hollywood post guerre...

Lire la critique

il y a 5 ans

16 j'aime

2