👉 1er juillet : Les extraits de commentaires sont à nouveau disponibles dans les feeds 🥳.
Et toutes les mises à jours sont à retrouver ici : journal de bord de SensCritique.

La secte où on n'y voyait pubien

Tout était bien parti pourtant : un prologue efficace et puissant, une mise en scène froide et chirurgicale à la Shining qui sait captiver et créer une ambiance joliment anxiogène, et la présence à l'écran de l'étonnante et sublime Florence Pugh (que je découvre avec plaisir). Mais voilà, 2h30, ça laisse largement le temps de chercher (en vain) quel peut être le propos derrière autant de boursouflure stylistique.

Il faut dire que la simplicité prévisible de l'intrigue est constamment cachée derrière une succession interminable de séquences mystico-bizarroïdes censés créer une atmosphère flippante mais qui finissent surtout par lasser tant les effets de mise en scène y sont de plus en plus lourds, la musique de plus en plus assourdissante, avant de finir par franchement faire rire dans ce qui est sans doute la scène de sexe la plus ridicule de l'histoire du cinéma.

On aurait aussi aimé voir autre chose que des grosses ficelles de films d'horreur ("Tiens bois donc ce breuvage chelou en faisant fi de mon regard TREEES suspect et du fait que 3 de tes amis ont disparu aujourd'hui") pour pouvoir en rajouter encore dans les effets de mise en scène dans les scènes de trip (au secours quoi).
Non vraiment, malgré son talent indéniable de metteur en scène (sur lequel il devra être légèrement plus discret à l'avenir), Ari Aster ne convainc pas avec son film d'horreur au pays de Bergman et passe à quelques poils pubiens du grand film.

Mr_Purple
5
Écrit par

il y a 3 ans

161 j'aime

31 commentaires

Midsommar
trineor
9
Midsommar

Le sacre de l'été

Le plus immédiatement troublant devant Midsommar, c'est sans doute – comme à peu près tout le monde l'aura relevé – de se retrouver face à une œuvre horrifique toute faite d'été, de ciel bleu, de...

Lire la critique

il y a 3 ans

189 j'aime

68

Midsommar
Mr_Purple
5
Midsommar

La secte où on n'y voyait pubien

Tout était bien parti pourtant : un prologue efficace et puissant, une mise en scène froide et chirurgicale à la Shining qui sait captiver et créer une ambiance joliment anxiogène, et la présence à...

Lire la critique

il y a 3 ans

161 j'aime

31

Midsommar
takeshi29
9
Midsommar

L'horreur est-elle moins pénible au soleil ? (A peu près Charles Aznavour)

En introduction disons-le tout net, je ne fais pas partie de ceux qui attendaient ce "Midsommar" conquis d'avance, n'étant absolument pas un adorateur du déjà culte "Hérédité", dont la mise en place...

Lire la critique

il y a 3 ans

78 j'aime

34

La Favorite
Mr_Purple
4
La Favorite

24 fois l’esbroufe par seconde

La comédie subversive et impertinente est en soldes en ce moment, vu que Lanthimos s'y colle pour votre plus grand plaisir: 2 heures d'irrévérence interrompue pour le prix d'un massage turc. Au menu...

Lire la critique

il y a 3 ans

45 j'aime

11

Unorthodox
Mr_Purple
4
Unorthodox

Hassidem but i don't belong with'em

Voilà une sorte de prototype de la série Netflix du moment, on est littéralement ici face à un (long) film de près de 4 heures, et on s'étonne de notre propre patience devant autant de temps passé...

Lire la critique

il y a 2 ans

29 j'aime

8

Les Olympiades
Mr_Purple
4

La nouvelle "qualité française"

Tous les experts de l'expertise s’accordent à le dire : le cinéma va mal. Désormais sérieusement bousculé par les plateformes de streaming et les séries, colonisé de l’intérieur par les inévitables...

Lire la critique

il y a 8 mois

27 j'aime

11