Vivez toutes les émotions du cinéma avec Orange

La Croisette s'amuse

Avis sur Moonrise Kingdom

Avatar Flagblues
Critique publiée par le

J'en sors, je me précipite d'en écrire la critique. Je suis encore dans l'euphorie vous comprenez.
Moonrise Kingdom a un titre évocateur : poésie, loufoquerie, génie, génie.
J'aime chaque moment du film, de la première seconde de la première scène jusqu'à la dernière seconde du générique de fin.
J'aime cette histoire d'amour, j'aime ces personnages, ces images qui ont du mal à sortir de ma tête.
Tout est beau, tout sonne juste. Dialogues clinquants, esthétisme sixties, acteurs géniaux. Même les enfants jouent bien, Sam en fait peut-être trop mais quiconque ose me dire que ce n'est pas affreusement charmant se prend un coup de massue à clous.

J'aime ce film d'amour, j'en suis amoureux (c'est cool les pléonasmes pour appuyer ses propos). L'amour est une chose formidable vous savez.
« I love you, but you don't know what you're talking about »
Est-il possible que Jason Schwartzman me marie avec ce film et qu'il y ait ensuite un ralenti parfait pour m'accompagner en dehors de la chapelle ? J'en doute, mais rêver est une bien jolie chose.

C'est drôle. Jamais lourd, toujours étrangement fin. Le fourmillement de petits détails que chaque image contient est enchanteur, aucun temps mort n'est à déplorer. Les accros aux captures d'écran auront du mal à se contenir en sachant qu'il est hélas impossible d'en faire au cinéma.

Les drôleries liées au scoutisme, les drôleries liées à l'époque, les drôleries liées à la vie.
La patte de Wes Anderson est là, mélancolie teintée de joie et d'humour, musique utilisée à la perfection : la scène avec « Le Temps de l'Amour » est vraiment délectable.
Chaque scène nous étonne et nous donne des étoiles dans les yeux.

« Thank you for marrying me »

Il est 22h39, je n'ai toujours pas diné et je suis amoureux. Je serai dans la lune pour au moins 4 bons jours. Ou plutôt au Moonrise Kingdom, havre de simplicité et un des meilleurs camps sur plage que Scout Master Ward ait jamais vu.
En 1964 Sam rencontre Suzy, en 1965 ils se marient, ils ont douze ans, sont un peu fous (déjà) pour leur âge, sont un peu asociaux et ils s'aiment.

Je suis bien parti pour aller voyager souvent au Moonrise Kingdom.

« thanks for listening »

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 5354 fois
246 apprécient · 14 n'apprécient pas

Flagblues a ajouté ce film à 3 listes Moonrise Kingdom

Autres actions de Flagblues Moonrise Kingdom