👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Je le dis tout de go : non seulement je suis fan de la saga vidéoludique Mortal Kombat mais, plus globalement, j’adore les jeux de baston et ça me fait systématiquement mal de voir les adaptations de merde qu’ils offrent malgré eux. Et qu’on ne me sorte pas l’argument en carton “ce sont des jeux où y a pas d’histoire !” car 1/ si, y en a, pas tous mais y en a et 2/ c’est le boulot du scénariste de trouver un truc cohérent dans le panel de personnages, pas mon problème.

Le premier Mortal Kombat signé Paul W.S. Anderson (eh oui, déjà) avait pourtant laissé entrevoir… Pas une possibilité de miracle, soyons sérieux, mais une chance tout de même d’évincer l’approche tantôt infantilisante (coucou Street Fighter) tantôt mercantile (bouhou Double Dragon) de l’adaptation du jeu de fight. Ça ne se prenait pas vraiment au sérieux, c’était assez proche de l’esprit du jeu et, malgré sa nécessité de rester grand public, ça offrait de jolis moments de corps à corps de la part d’acteurs ayant troqué cours Florent pour Dojo & Cie. Ca pissait pas loin, mais c’était fun. Mortal Kombat II fut un étron a bien des égards, et un des pires abcès de ce fruit du démon n’était rien de moins qu’un script se prenant grave au sérieux sans en avoir les moyens. Ce reboot Mortal Kombat version 2021 surfe sur cette seconde option malaisante.

Quel besoin de créer un personnage qui n’existe pas, unidimensionnel, et de lui coller une sombre histoire d’armure d’or ché pas quoi à la sauce Jackie Chan Adventures ? A nouveau on se trompe de cible, on fait n’importe quoi, on se couvre un poil en promo via “y aura du sang et des fatalities !” mais tout cela reste globalement gentil et, surtout, noyé dans un gloubi-boulga narratif qui ralentit tout, laissant peu de place aux artistes martiaux de talents (Joe Taslim définitivement sous-exploité).

Moyennement amusant, à peine divertissant, diablement chiant, Mortal Kombat nouveau cru aurait eu limite plus de gueule en 15 fps avec b.o. en 8 bits. Reste à se refaire la première édition de Paul W.S. Anderson, qui du haut de ses 25 ans, met toujours des raclées aux petits jeunes.

Cinemaniaque
3
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Défi 2021

il y a 8 mois

Mortal Kombat
Moizi
1

Aussi intense qu'une baise en maison de retraite

Je... Faut vraiment que j'arrête de vouloir voir ce genre de truc, quelle perte de temps... Difficile de faire plus affligeant que ce triste spectacle. Je me demande si ce n'est pas pire que le...

Lire la critique

il y a 1 an

42 j'aime

22

Mortal Kombat
Franck_Plissken
7

Flawless Victory !

Well, voilà que je vais écrire un petit quelque chose sur le reboot de Mortal Kombat !!! Alors, il est d'abord à noter que je connais le jeu original créée chez Midway depuis sa sortie en 1992, mais...

Lire la critique

il y a 1 an

20 j'aime

19

Mortal Kombat
lacasadejohn
4

Quelle bonne idée d'avoir pris un réalisateur qui ne sait pas filmer les combats...

Bon éliminons la question tout de suite, Oui cette version 2021 de Mortal Kombat est bien meilleure que celle de 1995 tout en racontant exactement la même histoire. Enfin tenter que l’on puisse...

Lire la critique

il y a 1 an

11 j'aime

4

Frankenweenie
Cinemaniaque
8

Critique de Frankenweenie par Cinemaniaque

Je l'avoue volontiers, depuis 2005, je n'ai pas été le dernier à uriner sur le cadavre de plus en plus pourrissant du défunt génie de Tim Burton. Il faut dire qu'avec ses derniers films (surtout...

Lire la critique

il y a 9 ans

51 j'aime

2

American Idiot
Cinemaniaque
7

Critique de American Idiot par Cinemaniaque

Il est amusant de voir comment, aujourd'hui, cet album est renié par toute une génération (et pas seulement sur SC)... À qui la faute ? À un refus de la génération née début 90 de revendiquer les...

Lire la critique

il y a 10 ans

44 j'aime

3

Hiroshima mon amour
Cinemaniaque
4

Critique de Hiroshima mon amour par Cinemaniaque

Difficile d'être juste avec ce film : il faudrait pour pouvoir l'apprécier être dans le contexte socio-culturel de sa sortie, ce qui est impossible à reproduire aujourd'hui. Je distingue relativement...

Lire la critique

il y a 11 ans

44 j'aime

1