👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Alors comme ça, On l'appelle Jeeg Robot serait un film de super-héros ? A l'italienne, certes, mais indéniablement influencé par le genre. On fait comment quand on déteste ce type de films, trop souvent synonymes de divertissements décérébrés ? Eh bien, on s'assoit dans son fauteuil de cinéma et on se laisse surprendre par une histoire originale, par la folle mise en scène d'un réalisateur, Gabriele Mainetti, qui s'est fait la main sur 4 courts-métrages, par l'outrance de certaines scènes, par la bizarrerie de beaucoup d'autres et enfin par son réalisme dans sa vision d'une banlieue romaine. C'est somme toute l'itinéraire d'un gars assez ordinaire et plutôt mal parti dans la vie qui hérite de super-pouvoirs par hasard. Ce n'est évidemment qu'un prétexte pour Mainetti qui expose une vision sociale sans concession mais d'une justesse imparable (et qui serait valable pour de nombreux pays européens) : environnement vicié, réseaux sociaux addictifs, terrorisme agissant, mafias omniprésentes ... Un tableau accablant. Où les notions de bien et de mal ne veulent plus rien dire pour des citoyens lobotomisés et accros à Youtube et ses vidéos qui font du moindre délinquant une star instantanée, le voyou en question s'intéressant d'ailleurs moins à l'argent qu'à la quête de notoriété. Quelle époque ! Et pour en revenir à notre soi-disant super-héros, ne serait-ce pas plutôt la tendresse qui lui confère de nouveaux pouvoirs, à commencer par un début d'altruisme et de bienveillance. Bref, On l'appelle Jeeg Robot, avec ses différents niveaux de lecture, mais aussi son humour goguenard et son sens du suspense, est une jolie surprise transalpine qui, contrairement aux apparences, ne peut se réduire à un genre en particulier. Et c'est la raison pour laquelle on l'aime, libre et émancipé, malgré ses influences qu'il digère et domestique avec aisance.

6nezfil
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Au fil(m) de 2017 ...

il y a 5 ans

3 j'aime

On l'appelle Jeeg Robot
Fosca
8

Jeeg in my pants

Banlieue Romaine, de nos jours, Enzo traine sur son sofa. L'appartement est merdique, le papier peint élimé, les meubles tiennent à peine debout. Lui, on le retrouve affalé comme une baleine échouée,...

Lire la critique

il y a 5 ans

26 j'aime

6

On l'appelle Jeeg Robot
Chocodzilla
9

Critique de On l'appelle Jeeg Robot par Chocodzilla

Les films de surper-héros on connaît. On connaît même bien puisque les sorties régulières en viendraient presque à nous fatiguer du genre. Bons ? Mauvais ? Tout le monde se tire la bourre. Les «...

Lire la critique

il y a 5 ans

21 j'aime

1

On l'appelle Jeeg Robot
jérômej_
7

Et non, tous les super-héros ne sont pas américains !

Fallait avoir de l'audace pour oser marcher sur les plates-bandes des films de super-héros américain, et surtout, ne pas se planter ! Et bien, un italien, un certain Gabriele Mainetti, inconnu au...

Lire la critique

il y a 4 ans

18 j'aime

21

The Power of the Dog
6nezfil
8

Du genre masculin

Enfin un nouveau film de Jane Campion, 12 ans après Bright Star ! La puissance et la subtilité de la réalisatrice néo-zélandaise ne se sont manifestement pas affadies avec Le pouvoir du chien, un...

Lire la critique

il y a 8 mois

61 j'aime

12

Mon inconnue
6nezfil
7
Mon inconnue

Relativité restreinte

Et si on supprimait les bandes-annonces des salles de cinéma ? Celle de Mon inconnue, outre le fait qu'elle dévoile copieusement tous les tenants et presque les aboutissants du film, en accentue la...

Lire la critique

il y a 3 ans

55 j'aime

9

Drunk
6nezfil
8
Drunk

Mélan(al)colique

Le problème de Thomas Vinterberg est d'avoir atteint un niveau très élevé dès son deuxième long-métrage, Festen, sans être capable de réitérer pareille performance par la suite, malgré quelques...

Lire la critique

il y a plus d’un an

51 j'aime