The Ghost Dressmaker

Avis sur Phantom Thread

Avatar Docteur_Jivago
Critique publiée par le

Il y a quelque chose d'étrange dans Phantom Thread ainsi que dans la carrière de son auteur Paul Thomas Anderson, l'impression d'une rupture avec ce qu'il a pu réaliser jusque-là, lui qui traverse pour la première fois l'Atlantique en y laissant de côté sa vision de la dérive du rêve américain.

Ce qui l'intéresse ici, c'est le portrait d'un homme aussi talentueux qu'enfantin ou encore minutieux, puis de sa relation avec une de ses muses, qui va profondément le marquer, le transformer et vice-versa. Il mêle à ces tableaux une vision de la haute couture et du Londres classe des années 1950, dans lequel il nous immerge, parvenant à créer un véritable lien avec les personnages, une alchimie qu'il sublime par une mise en scène classieuse, dont il évite tous les pièges pour en faire une grande oeuvre.

Une mise en scène dans laquelle on retrouve la rupture du cinéaste avec ses films précédents, les travellings vertigineux sont absents ou presque, et il pose sa caméra, s'inspirant de la patience, du soin et de l'aspect méticuleux du milieu qu'il décrit. L'obsession est au cœur du récit, tout comme les failles dans la noblesse britannique, l'hypocrisie, les faux semblants, mais surtout l'amour et l'attachement, guidant nos deux protagonistes vers une relation mêlant l'amour et la haine, la domination et la soumission ou encore la force et la faiblesse, jusqu'à entrevoir les fissures les plus profondes, à l'image du fantôme maternel planant sur le personnage de Reynolds Woodcock.

Paul Thomas Anderson parvient à s'imprégner de cette relation ambiguë pour créer une atmosphère de plus en plus troublante, où la tension et les démons intérieurs vont, dans la seconde partie du métrage, régulièrement prendre le dessus. Il parvient à faire oublier l'homme derrière la caméra pour mieux plonger le spectateur au cœur de Phantom Thread, de faire vivre son oeuvre et qu'on y ressente toutes les sensations possibles.

Il joue aussi avec divers éléments comme la bande-originale, arrivant toujours aux moments adéquats, le cadrage ou encore la direction d'acteur pour sublimer son récit. Effectivement, que serait le film sans son comédien principal, un extraordinaire Daniel Day-Lewis, méticuleux, habité et parfaitement hanté, dont c'est d'ailleurs, et malheureusement, le dernier rôle au cinéma, qui s'avère aussi très bien entouré, à commencer par une froide Lesley Manville ainsi qu'une ambiguë et très jolie Vicky Krieps.

Paul Thomas Anderson quitte les dérives du rêve américain pour s'imprégner de la haute couture anglaise, signant avec Phantom Thread une oeuvre aussi glaçante qu'obsessionnelle, portée par de remarquables comédiens ainsi qu'un savoir-faire indéniable d'un auteur qui n'hésite pas à se réinventer.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 5477 fois
59 apprécient

Docteur_Jivago a ajouté ce film à 7 listes Phantom Thread

Autres actions de Docteur_Jivago Phantom Thread