Détective à la recherche de l'inspiration

Avis sur Pokémon : Détective Pikachu

Avatar Mr_Step
Critique publiée par le

(CONTIENT DU SPOIL)

Pokémon et moi, c'est fini depuis longtemps. Enfin, quand je dis "fini", je veux dire que je n'attends plus rien des nouveaux jeux vidéos, produits à la chaîne et qui amènent avec eux leur lot de créatures aux designs de moins en moins inspirés. Je respecte totalement celles et ceux qui prennent leur pied avec ces divertissements, il est vrai de plus en plus jolis et sans doute complets en termes de gameplay. Pour le natif de 1995 que je suis, "l'âme pokémon" a pris fin quelque part entre la (superbe) deuxième génération et la (médiocre) troisième.
Du coup, contrairement aux fans toujours en attente de nouvelles productions et terrifiés à l'idée de voir leur univers favori tâché par un film live dégradant, je n'avais pas grand chose à faire de ce "Détective Pikachu". Après une première réaction de l'ordre de "WTF is that ?!" devant le trailer, j'en suis venu à l'hypothèse qu'un monde pokémon en live-action avec un Pikachu servi par la voix de Ryan Reynolds pouvait être soit la pire idée du siècle, soit un bon gros délire régressif et hautement sympathique. Le problème ? Ce n'est ni l'un ni l'autre. Parce que malgré sa com' barrée et colorée, "Détective Pikachu" roule sur les rails bien fixés du blockbuster hollywoodien de base, sans jamais prendre la tangente.

Pourtant, le cachet visuel est clairement là. Le travail de post-production est même carrément impressionnant. On se délectera de l'affrontement illégal entre un Tortank et un Ectoplasma, qui renvoient le geek que je suis à l'écran de démarrage de sa version rouge sur Gameboy. On rira devant le Snubbull grincheux de l'inspecteur de police, extrêmement réussi. On s'attendrira devant cette joyeuse bande de Bulbizarres.
Mais ça s'arrête souvent là tant le scénario convenu et revu mille fois enterre l'originalité du projet. Là encore, quelques fulgurances. Déjà, la scène introductive avec la destruction d'un labo scientifique secret par un Mewtwo plus badass que jamais. Il faut vous dire que je pleure encore devant une ou deux scènes du premier long-métrage Pokémon, "Mewtwo contre Mew", donc ce genre de fan service bien foutu dès les premières secondes, ça fait bien sur plaisir.
Ensuite, le film emprunte et détourne tous les codes du film noir, parfois pour le meilleur, avec cet interrogatoire hilarant de M.Mime.
Pour le reste, on est sur le tiercé gagnant : méchant à la tête d'un empire économique énorme/expériences génétiques sur des créatures innocentes/héros en recherche de la figure paternelle qui va tomber sur un love-interest au milieu... Je pense qu'entre "Ready Player One", "X-Men", "Les Indestructibles II", on a même pas besoin de revenir à deux ans en arrière pour sentir le réchauffé et le manque d'inspiration criant. On atteint des sommets avec ce plan machiavélique sorti du tréfonds des enfers de faire fusionner dresseurs et pokémons en un seul corps. Même le dessin animé dans ses heures les plus sombres n'aurait pas osé.
Rajoutez à tout ça un jeu d'acteur pas terrible, une réalisation qui fait tout juste le taff (sauf dans certaines scènes vertigineuses, comme le "Jardin de Torterras""), une sur-explication d'absolument TOUS les éléments d'intrigue et vous ressortez avec la sensation d'avoir mis la main dans le bas du panier du divertissement grand public.
Et tout ça est très dommage parce qu'on sent, et ce pendant tout le long métrage, deux tendances qui s'affrontent : un amour inconditionnel et sincère pour l'univers pokémon et la volonté de lui donner vie le plus dynamiquement possible VS tabler sur le succès de Ted pour faire de ce Pikachu une sorte de version un peu aseptisée de l'ourson beauf.
Un Pikachu qui parle ? soit. Qu'il soit un peu espiègle et drôle ? soit. Mais ici, il ne parle que par one-liners, fait des réflexions en dessous de la ceinture... mais c'est Pikachu, bordel ! Cette tendance des studios à vouloir "Deadpooliser" tout ce qu'ils touchent m'agace passablement. La punchline remplace le dialogue, la blague remplace la tension et le sens du danger, et le pire c'est que le résultat est totalement aseptisé, n'a rien de provocant ou subversif. C'est juste la garantie d'un rire gras général dans le public. Pikachu nous gratifie donc de la blague pipi, la blague prout, la blague zizi... passons.

Pour conclure, je dirais qu'il faut distinguer deux choses dans un projet comme "Détective Pikachu" : L'intention et la mise en oeuvre.
Beaucoup de fans ont gueulé à l'annonce du long-métrage parce qu'un film live pokémon serait forcément un échec. Pourtant, l'imagerie léchée de "Détective Pikachu", l'ambiance qui se dégage de certaines scènes amoureusement respectueuses de l'esprit de la série, prouvent bien que ce n'est pas une mauvaise idée en soi. La mise en oeuvre, fainéante, banale, vulgos, classique, incohérente, ruine une intention de base qui avait tout pour séduire.
Je mets la moyenne parce que j'ai quand même passé un moment pas désagréable. J'ai parfois été agréablement surpris par la pertinence de l'utilisation des pokémons, par des fulgurances vite oubliées. Tout ça n'est pas bien vilain, mais reste médiocre.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 171 fois
Aucun vote pour le moment

Mr_Step a ajouté ce film à 6 listes Pokémon : Détective Pikachu

Autres actions de Mr_Step Pokémon : Détective Pikachu