👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Pour son sixième film et le premier des années 90, le grand Hayao Miyazaki décide d'abonner ses habituelles histoires fantasques et transpose sa nouvelle intrigue dans l'Italie du début de siècle, au temps des pirates de l'air, des aviateurs héroïques et des femmes peu influençables. Son scénario est donc plein de romance, d'humour et d'action parfaitement dosés pour une histoire originale et instantanément captivante. Il faut dire qu'avec son héros, pas le temps de s'ennuyer : aviateur casse-cou, bougon au grand cœur amateur des bonnes choses et charmeur à ses heures, Porco Rosso est sûrement l'un des personnages les plus marquants créés par le réalisateur japonais.

Afin de dévoiler le côté purement humain de ce porc dégouté de l'espèce humaine qui préfère être un chasseur de primes rebelle plutôt qu'un patriote envers un pays fasciste, Miyazaki lui coltine une jeune mécanicienne amoureuse de l'aviation aussi intrépide qu'imprudente. Les prises de vues sont tout simplement à tomber, le metteur en scène réussissant encore une fois à nous éblouir grâce à des plans aériens plus vrais que nature autour de décors peints à la main d'une beauté saisissante. Nous avons donc droit à des batailles aériennes passionnantes contre rivaux ou encore ces fameux pirates de l'air aussi débiles qu'attachants.

Vous l'aurez compris, Miyazaki conserve ses personnages (comme dans Le Château dans le Ciel ou encore Nausicäa, dix ans après) et nous les ressert à une nouvelle sauce typiquement italienne. Le ton du film est d'ailleurs plus adulte. En effet, toujours non dénué d'humour, Porco Rosso recèle tout de même d'une histoire moins infantile et d'un fond très sérieux : la continuelle bêtise humaine et ses guerres interminables mais aussi une profonde histoire d'amour déchirante (le terme est un peu fort peut-être) autour de notre héros, son acolyte féminin et son amour de jeunesse, formant ainsi un triangle amoureux passionnant. Au final, après la légère déception du très sobre Kiki la petite sorcière, ce sixième long-métrage prouve une nouvelle fois que Hayao Miyazaki demeure un dieu de l'animation, se surpassant sans arrêt film après film.

Porco Rosso
Sergent_Pepper
8
Porco Rosso

« L’espèce humaine n’est pas entièrement foutue ».

Porco Rosso pourrait a priori se voir comme un long métrage qui n’appartient pas à son créateur. Les amoureux de Chihiro, Mononoké et Ponyo ne retrouveront pas la magie, l’univers foisonnant et...

Lire la critique

il y a 8 ans

136 j'aime

8

Porco Rosso
real_folk_blues
8
Porco Rosso

Il a la cote, ce porc.

En revoyant Porco Rosso je me suis rendu compte qu'il avait bien plus de qualités que ce que mes souvenirs me laissaient croire. Sûrement l'un des Ghibli les plus romantiques et les plus réussis,...

Lire la critique

il y a 10 ans

131 j'aime

25

Porco Rosso
SBoisse
10
Porco Rosso

Guerre cruelle, paix décevante

Cet opus tranche dans l’œuvre du maître. Si l’on y retrouve l’amour de l’aviation, de l’Italie des années trente et nos amis les pirates, il étonne par son romantisme occidental. Le monde animiste et...

Lire la critique

il y a 6 ans

73 j'aime

13

Wonder Woman 1984
MalevolentReviews
3

Tant qu'il y aura des hommes

Toujours perdu dans une tourmente de décisions visuelles et scénaristiques, de décalages et de tonalités adéquates, DC Comics se fourvoie une nouvelle fois dans un total manque de cohésion et par...

Lire la critique

il y a plus d’un an

62 j'aime

5

Kaamelott - Premier Volet
MalevolentReviews
5

Les prolongations

Il l'a dit, il l'a fait. Plus de dix ans d'absence, dix ans d'attente, dix ans de doute, une année de retard à cause de la pandémie. Kaamelott a marqué la télévision, de par son ampleur, son aura...

Lire la critique

il y a 10 mois

39 j'aime

10

Dune
MalevolentReviews
5
Dune

L'Épice aux étoiles

Attendu comme le Messie, le Dune nouveau aura été languissant avec son public. Les détracteurs de Denis Villeneuve s'en donne à cœur joie pour défoncer le produit à la seule vue de sa bande-annonce,...

Lire la critique

il y a 8 mois

38 j'aime

5