👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

J'ai comme tout le monde un énorme capital sympathie pour Eric Judor, qui élève tout de même la comédie hexagonale au-dessus de la merde ambiante de ces 20 dernières années.
Le mec est fan de Ricky Gervais, qui lui fut paraît-il recommandé par son pote Quentin Dupieux. Dans son film on retrouve l'humour de malaise du premier (certes moins patent que dans Platane) et un peu de la fantaisie du second dans un scénario (certes écrit par Blanche Gardin et Noé Debré) décalé mais pas pompeux.
On trouve aussi un air de comédie à l'italienne, dans cette galerie d'être humains qui ne méritent décidément pas d'être sauvés, si ce n'est par la politesse du désespoir : l'humour.

J'ai lu de ci de là des reproches quant à l'épaisseur et au rythme des gags. Les comédiens incarnent en effet plus ou moins bien des rôles plus ou moins bien écrits. Mais le vrai défaut du film réside plutôt dans le déséquilibre des forces.
Si moquer le zadiste et le couillon écolo-gaucho est un exercice moins courant que fustiger la droite et son pendant crasseux de l'extrême, ça n'en n'est pas moins facile. Car quoi que l'on nous rabâche, la connerie est encore la seule chose qui parvienne vraiment à "dépasser le clivage gauche-droite".
Le contre-point est proposé par le scénario : c'est la pollution qui tue l'humanité, et l'individualisme qui l'enterre. Pour autant ça manque d'acuité dans le contraste entre le petit bourgeois médiocre et ces marginaux au mieux complètement cons, au pire hypocrites ou vraiment barges. Il aurait peut-être fallu un meilleur acteur, quelqu'un qui sache se faire détester en finesse, incarner aussi bien la rigidité que le cynisme, l'égoïsme ou l'hypocrisie version conservatisme... A vrai dire il aurait fallu un Christian Clavier, plutôt qu'un Eric Judor, qu'il est décidément impossible de ne pas sauver.

claucloc
7
Écrit par

il y a 5 ans

1 j'aime

Problemos
Cultural_Mind
3
Problemos

Aux frontières du réel

Une satire ne fonctionne généralement qu'à la condition de s’appuyer sur un fond de vérité, de pénétrer dans les derniers quartiers de la caricature sans jamais l’outrepasser. Elle épaissit les...

Lire la critique

il y a 4 ans

43 j'aime

7

Problemos
Moizi
5
Problemos

C'est facile d'être féministe !

Je ne sais pas si on ne me l'avait pas un peu survendu ce Problemos, mais je suis assez déçu. Je ne savais quasiment rien du film, juste que ça se moquait un peu de certains aspects du féminisme un...

Lire la critique

il y a 3 ans

22 j'aime

Problemos
wante-mandret
5
Problemos

A moitié drôle ou drôle à moitié ?

L'irruption d'une famille de plus que bobo dans une communauté de zadistes isolés nous vaut dès le début du film un tsunami de répliques cruelles et acides qui font mouche. Judor y distille un humour...

Lire la critique

il y a 4 ans

18 j'aime

2

The End of the F***ing World
claucloc
4

La profondeur de surface ou l'esthétique petit bras de notre époque

Comment flatter à peu de frais une forme d'intellect auprès du spectateur moderne avec sa f***ing série (ou son f***ing film / clip) ? Disposer d'un à plusieurs des ingrédients suivants : Photo...

Lire la critique

il y a 4 ans

27 j'aime

2

Devs
claucloc
5
Devs

Beau et con à la fois

Ou quand Winding Refn rencontre Christopher Nolan. On peut dire que l'ambiance est chiadée entre la très belle bande son, le spectaculaire des images et la lenteur savante de la réalisation. Mais la...

Lire la critique

il y a 2 ans

13 j'aime

6

The Feed
claucloc
3
The Feed

Fast Feed

Futur proche : on a inventé la puce qui fait ordinateur avec câble ethernet direct dans ton cerveau. C'est génial, t'as plus qu'à cligner des yeux pour appeler tes potes, balancer des vidéos prises...

Lire la critique

il y a 2 ans

9 j'aime

2