La déliquescence de l’âme humaine dans un thriller horrifique qui sort des sentiers battus.

Avis sur Relic

Avatar RENGER
Critique publiée par le

Relic (2020) met en scène trois générations de femmes. La plus âgée ne donnant plus signe de vie, sa fille et sa petite-fille décident de se rendre chez elle. Une fois sur place, l’atmosphère se fait de plus en plus pesante…

Premier long-métrage pour Natalie Erika James qui s’est attelée à un film d’horreur psychologique qui a le mérite de sortir des sentiers battus, puisqu’il y traite de la sénilité. On a clairement affaire à un film d’auteur horrifique qui prend le temps de poser les bases pour mieux nous surprendre par la suite (dans la droite lignée de Mister Babadook - 2014).

Natalie Erika James met en scène la sénilité d’une façon peu commune. On plonge littéralement dans l’esprit torturé de cette pauvre femme, tiraillé entre ses pertes de mémoire et ses changements de comportement. En pénétrant dans sa maison, sa fille et sa petite-fille vont malgré-elles se retrouver (ainsi que les spectateurs) dans l’esprit torturée de la vieille femme. La maison devenant aussi labyrinthique que peut l’être l’esprit de cette octogénaire sénile. On se retrouve alors confronté à ses propres démons.

La réalisatrice distille ici et là quelques pistes mais prendra le soin de toujours nous laisser dans le vague et ce, jusqu’à la toute fin. D’ailleurs, le film risque fort d’en dérouter plus d’un, tant son niveau de lecture et donc, d’appréciation dépendra du public qu’il a face à lui.

http://bit.ly/CinephileNostalGeekhttp://twitter.com/B_Renger

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 288 fois
1 apprécie

RENGER a ajouté ce film à 1 liste Relic

Autres actions de RENGER Relic