👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Quand on parcourt la filmographie de David Lynch, il est assez facile de repérer ses gimmicks de réalisation, sa patte si particulière. On trouvera des couleurs franches et symboliques, des coups de téléphone mystérieux, des clés, des objets fétiches, une galerie de personnages tous plus étranges et énigmatiques les uns que les autres. Il est cependant toujours difficile d’en tirer quelque chose. Ça demande de l’implication et de la concentration.

Wild at Heart est faussement accessible. Bien sûr on y retrouve la touche lynchesque dans les fondus colorés, le montage très parlant d’un point de vue symbolique. L’histoire est plus ou moins linéaire, la narration classique mais bien tenue. On se laisse facilement prendre par l’histoire. Les acteurs sont très bien dirigés. Le film se déroule tout seul. David Lynch mène son film d’une main de maître, tout se touche et se connecte magnifiquement. Les cigarettes, Sailor et Lula se consument dans un road trip bien rythmé.

Malgré tout, Wild at Heart est une imposture. Il n’a pas d’existence propre. C’est un écran de fumée, une sorte de fine membrane qui trouble notre attention en nous détournant de son cœur véritable. La diégèse de Wild at Heart n’est que le symptôme incongru du véritable film mené par Lynch. Le voile n’est cependant pas uniforme, il est troué par endroit, perturbe l’équilibre du film et nous permet de brefs moments de clairvoyance.

Des reflets verts, rouges, jaunes transparaissent brièvement. Des histoires de sorcières incomprises par les protagonistes eux-mêmes qui ne sont que des marionnettes. L’univers mythologique de Wild at Heart est ressenti intuitivement par les personnages au travers de vagues évocations de fées et magiciens, de comportements étranges ou de pensées sans queue ni tête. Ils ne s’en formalisent pas, certains d’être pris d’un délire passager. Certains personnages sont même clairement en décalage avec l’univers du film et ne semblent arriver de nulle part et disparaitre sans laisser de trace (parfois littéralement dans un même plan).

Wild at Heart est un film multiple. On peut appréhender l’œuvre à travers plusieurs pistes de lecture non pas parce qu’on peut en voir plusieurs interprétations mais parce qu’elles existent véritablement au sein du long-métrage. La première couche, cette fin en forme de happy end ne sont qu’une distraction, couvrant quelque chose de profondément dérangeant.

Sailor & Lula
takeshi29
10

Grâce à David, Sailor et Lula, j'aurai toujours 17 ans...

Nous poursuivons ce Festival Sofilm Summercamp de Nantes avec l'un des films qui a bercé mon adolescence. Et je me suis ce 21 juin 2018 trouvé un nouveau point commun avec Bertrand Mandico, venu en...

Lire la critique

il y a 4 ans

43 j'aime

10

Sailor & Lula
Sergent_Pepper
7

Toutes les aiguilles atteignent le rouge

Après le sombre Blue Velvet, Sailor & Lula pourrait se voir comme son pendant lumineux, au sens premier du terme : ici, tout (ou presque) se déroule en extérieur, au grand jour, sous le soleil...

Lire la critique

il y a 9 ans

36 j'aime

2

Sailor & Lula
RemyD
10

Seuls contre tous

David Lynch revisite le Magicien d'Oz, vu par les yeux d'un couple d'enfants devenus trop vite adultes par la brutalité du monde qui les entoure. Mai 1990, Bernardo Bertolucci, président du Jury du...

Lire la critique

il y a 11 ans

31 j'aime

1

Idées noires : Intégrale
Neeco
10

Des cernes noirs sous les yeux du monde.

Cet album ne devrait jamais être ouvert. Il ne devrait même pas exister. Franquin a fait une belle connerie. Dans mon ignorance, cette superbe ignorance, j’ouvre donc ces Idées Noires. La tranche...

Lire la critique

il y a 5 ans

31 j'aime

13

Elephant Man
Neeco
8
Elephant Man

Il était beau. Il avait peur.

Par un clair-obscur mélancolique et dans un noir et blanc nous épargnant la vision trop crue des abominables difformités de John Merrick, David Lynch nous plonge dans les ruelles poisseuses de...

Lire la critique

il y a 5 ans

26 j'aime

5

Le Décalogue
Neeco
9

Sous les cendres, la braise.

Krzysztof Kieslowski. Un nom qui mérite de naître sur toutes les bouches, d’en solliciter tous les muscles et de les faire souffrir de cet excès de consonnes. Ce nom mérite d’être écrit en gros sur...

Lire la critique

il y a 5 ans

24 j'aime