Vivez toutes les émotions du cinéma avec Orange

Les endormis

Avis sur Sleepers

Avatar elfemere
Critique publiée par le

SPOIL COMPLET

Comme vous avez pu le lire dans la description, Sleepers évoque le parcours tortueux (et torturé) de 4 garçons à la fin des années 60, dans une Amérique rongée par la violence.

Le film est divisé en deux parties bien distinctes, l’une éclairant l’autre. Alors que la plipart des longs métrages privilégierait la mise en scène d’un présent entrecoupés de flash-back, celui-ci prend le parti de prendre le temps de raconter le passé par l'intermédiaire d’un des protagonistes de l’époque.
Ces 4 mioches ont une vie somme toute assez classique, ils se cherchent une voie entre la règle de la religion et l’aventure qui les attends dans la société. Suite à une bêtise devenue trop grosse, ils blessent involontairement un homme et se retrouvent en maison de redressent pendant 1 an. Dans cet endroit, ils subiront les pires sévisses de la part des gardiens censé les surveiller. Intimidation, coups, torture, viol, c’est le lot quotidien des pensionnaires. Pour y échapper, ils échafaudent un plan qui va se retourner une fois de plus contre eux et provoquer l’assassinat d’un de leur camarade de cellule par ces mêmes gardiens vexés de leur action à leur encontre. Ce meurtre est masqué et les enfants finissent par purger leur peine et à sortir de prison.

On retrouve deux d’entre eux une bonne dizaine d’année après, ils ont vieillis et ont commis des crimes, ont purgés d’autres peines...sont devenus des pauvres types perdus et perturbés. Justement, c’est là qu’ils rencontrent dans un bas le tortionnaire de leur enfance, le plus sadique des 4 de leur geôlier. Sans trop d’hésitation, ils le tuent à bout portant et sont arrêtés et jugés.
Heureusement pour eux, leurs amis ne les ont pas abandonné. L’un est devenu avocat et échafaude avec le second un plan risqué mais osé pour qu’ils puissent ressortir libre de cette vendetta.
Grâce à leur contacts, ils recrutent un avocat alcoolique et drogué mais très efficace qui va reprendre du poil de la bête et qui sera bien entendu guidé par les deux amis en liberté pour démontrer que le gars qui est mort n’était qu’une ordure avec ces autres potes et qu’il manque suffisamment de preuve tangible pour accuser les deux assassins. En plus de cela, l’avocat de la défense n’est autre que cet ami d’enfance, qui joue un jeu dangereux d’accusation en sabotage complet.

Le résultat n’est pas surprenant, puisque les vrais coupables sont desti(tués) les uns après les autres tandis que les deux accusés sont libérés et retournent à leur souffrance personnelle.

En soit, ce film a cela d’intéressant qu’il propose une vision très réaliste d’un fait qui a certainement vraiment eu lieu. Mais le tout est très mal amené. Malgré un casting de rêve (Robert de Niro, Brad Pitt, Dustin Hoffman, Kevin Bacon...) qui rehausse le niveau d’acceptabilité, il manque une certaine cohérence dans l’ensemble. Le choix de la temporalité est audacieux mais ne fonctionne pas. Le film s’enlise dans la jeunesse, les éléments de présentations et de contextualisations sont trop longs. Quant à la partie «prison», elle est insoutenable. Les effets sont répétés, et on a l’impression que les idées manquaient pour produire un nouveau schéma.
Seul le procès a un réel intérêt, malgré des faits encore une fois trop évidents.

Sleepers est loin d’être un film à la hauteur de ses attentes. C’est le genre de film qui devraient se laisser regarder, mais son propos et son engagement sont tel qu’on exige un traitement correct.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1519 fois
5 apprécient

Autres actions de elfemere Sleepers