Oh yeah, this is happening... I guess?

Avis sur Sonic, le film

Avatar Sonicvic
Critique publiée par le

Enfin !
Depuis 2014 on entend parler de ce film, d'abord sous la forme d'une rumeur, puis son officialisation par Sony avant d'être racheté par Paramount, sans parler du fameux backlash de mai dernier sur le design du hérisson...
Et il est enfin là, dans nos salles de cinéma. Alors, qu'est-ce qu'il vaut ? Est-ce que ça méritait que j'aille à la première séance dans ma ville et que je m'inflige la douce voix de Malik Bentallha ?

City Escape

Sonic a grandi dans un monde où il était traqué à cause de ses pouvoirs surhumains. A la suite d'un triste événement, il est contraint de migrer sur notre Terre et de prier pour que jamais cette situation se reproduise. Mais quand un fou de robots au QI de 300 est dans les parages, comment voulez-vous être tranquille ?

Je dois avouer avoir été agréablement surpris par le scénario dans son ensemble, et par la caractérisation de Sonic en particulier. Si on est face à une origin-story, le hérisson reste fidèle à son incarnation dans les jeux vidéo, en particulier ceux de l'ère Adventure.
J'avais particulièrement peur des premiers leaks qui nous annonçaient un Sonic méchant qui devait se faire recadrer en permanence par un policier pour finalement sauver l'Humanité. Si des bribes de ces leaks subsistent, on a échappé au Sonic rebelle et on est surtout face à un gamin seul qui désire se faire des amis mais qui est maudit par ses pouvoirs. Et si Eggm...Robotnik a vaguement des plans de conquête du monde, son but premier dans le film est bien de capturer le hérisson.
Quand à Tom, j'avais peur qu'il devienne un Chris 2.0 (les fans de Sonic X comprendront), mais il est heureusement capable de se défendre et ne sera jamais une épine dans le pied du héros (ironique pour un hérisson).

Au final, l'histoire se laisse suivre. Elle n'est hélas pas exempte d'incohérences (comment Jean-Motard peut savoir que Sonic et Tom sont en route pour San Francisco ?), mais on est tellement loin du désastre annoncé.
J'apprécie également les références mises ici et là, qui prouvent que les directeurs savaient un minimum ce qu'ils faisaient. Je les mets ci-dessous en spoiler.

Une tribu d'échidnés ressemblant furieusement aux ancêtres de Knuckles, un hibou-mentor comme dans l'OAV de 1998, de courts extraits de Green Hill Zone et du main theme de Sonic Mania, un Sanic, le panneau d'indication Hill Top (de Sonic 2), un simili-Mushroom Hill (Sonic & Knuckles), et bien sûr, la scène post-générique...

Enfin, agréablement surpris par la VF. J'étais dégoûté à l'avance, mais au final Bentallha s'en sort avec les honneurs. Il ne vaut pas Alexandre Gillet, son doubleur français depuis 2003, mais il insuffle suffisamment d'énergie dans le personnage pour qu'on y croit un minimum. Dommage tout de même que ce brave Gillet soit passé à la trappe, puisqu'un certain autre personnage des jeux est doublé par sa VF officielle.
Bon, et Emmanuel Curtil reste un excellent doubleur pour Carrey, si c'était encore à prouver.

Crisis City

Sauf que, si le scénario est correct dans les grandes lignes, il est parfaitement prévisible. Comme pour Détective Pikachu, à peu près tous les clichés possibles sont enfilés pendant 1h40, à commencer par la fausse mort du héros. Deux fois.
Du coup, on s'ennuie un peu. Et si vous avez regardé ne serait-ce que les deux premières bande-annonces (c'est mon cas, j'ai évité les teasers de ces dernières semaines), alors vous avez quasiment tous les éléments scénaristiques du film déjà en votre possession.

Dommage que l'intro, pour le coup inédite, soit très vite expédiée aussi. On aurait aimé en savoir plus sur le monde d'origine de Sonic avant d'être tout de suite plongé dans la campagne américaine.

Et si les détails du lore montrent que le film a été supervisé par des passionnés, n'oublions pas qu'il vise avant tout les enfants de 6 ans et plus. Donc, amusez-vous bien lorsque vous entendrez des vannes sur les pets ou d'autres types d'odeur corporelles, elles reviennent à peu près toutes les 20 minutes.
Le film se noie aussi dans les références à la pop-culture, c'est assez relou. On avait déjà The Rock dans une bande-annonce, mais on peut y rajouter Star Wars, Apocalypse Now ou encore... Fortnite. Évidemment.

Par contre, un passage qui m'aura vraiment fait marrer, c'est la danse de Robotnik. Ça sort de nulle part mais c'est bien con et ça ne dure pas trop longtemps, j'aime.

Quand aux scènes d'action, il y en a seulement deux et elles sont peu intéressantes. Je sais que le principe d'un personnage qui court vite impose une séance de course-poursuite, mais finir le film là-dessus, meh. La première scène d'action est meilleure et fait presque preuve d'inventivité, mais elle est un peu courte.

C-Rank

Pour reprendre une citation d'un grand philosophe, "Je ne m'attendais à rien, mais..."
Eh bien je ne suis pas déçu. Plus de 5 ans que je m'attends à une catastrophe, au final on hérite juste d'un film correct, c'était la chose que j'espérais le plus.
Le film tease une suite dans sa scène post-générique. Si ça devait sortir, j'irai la voir puisque je suis un fanboy sans race, mais je préférerais que le premier film assure un équilibre dans ses recettes, et que la suite soit plus modeste afin d'échapper au star-talent (histoire qu'on n'ait pas Squeezie et Natoo qui doublent Big et Amy), et peut-être donner plus de libertés aux scénaristes.
Ou sinon, sortez une version avec le vieux design, ce serait rigolo à regarder les soirs d'Halloween.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 2119 fois
28 apprécient

Autres actions de Sonicvic Sonic, le film