The Dark Spider-Man

Avis sur Spider-Man 3

Avatar BatDark
Critique publiée par le

Combien de temps un homme peut-il combattre les ténèbres ? Avant que les ténèbres ne s’emparent de lui. Dans ce troisième et dernier volet Spider-Man de Sam Raimi, notre super-héros affronte son côté obscur.

Introduire le symbiote et Venom n’était pas l’idée de base de Sam Raimi dans ce troisième volet. Cette idée lui a été soumise par les fans de Spider-Man. Non seulement Sam Raimi a été obligé d’introduire l’antagoniste de Spider-Man mais il a dû en plus ajouter des nouveaux personnages du Marvel Comics pour que le scénario puisse coïncider avec son projet.

Après le Bouffon Vert et le Dr. Octopus, les ennemis que Spider-Man devra affronter dans ce dernier film sont : l’homme sable, Venom et une fois encore le Bouffon Vert.

Un générique de début avec introduction de scène qui résume ces précédents mais comparé au précédent, ce générique change de musique appréciée en ténébreuse en remplaçant les toiles d’araignées par des flots de symbiote exagérés et un léger fond de poussière de sable. Alors que dans les deux volets précédents, le film commençait avec la voie OS de Tobey Maguire dans son rôle respectif et faisait apparaitre Peter Parker, cette fois-ci c’est Spider-Man qui se la pette en se balançant sur grand écran et résumant sa vie actuelle. Ayant enfin trouvé un équilibre dans sa vie d’étudiant et super-héros, Peter continue son rôle de protecteur et sauveur de New-York en tant que Spider-Man et poursuit en parallèle les cours à la Fac. Connaissant désormais sa vraie identité, Mary-Jane et Peter sont tous les deux heureux, ce qui n’est pas le cas d’Harry. Ayant découvert le laboratoire secret dans lequel Norman Osborn s’est transformé en Bouffon Vert, Harry succède à son père défient et prend sa place. La transformation réussi sans effet secondaire, Harry enfile un nouveau costume alors qu’il aurait pu visiblement prendre celui de son père.

Pendant que Peter est tellement heureux à l’idée de demander Mary-Jane en mariage, son entourage va changer sa personnalité une fois de plus. D’un côté, il va découvrir que l’homme qui a tué son oncle Ben court toujours en liberté ; un nouveau photographe au Daily Bugles va lui faire de l’ombre et pour finir les tensions entre lui et les personnes qu’il aime vont devenir floues et sombres. Alors que lui et Mary-Jane contemplent une pluie de météorite traversée la stratosphère en s’échangeant un baisé passionné, il ne se doute pas que l’une des météorites vient de s’écraser tout prêt et que quelque chose de vivant en est sorti. Alors que Peter est en colère vis-à-vis de la police et de l’homme qui a tué son oncle, la chose en profite pour s’incruster sur le costume du super-héros et libérer en lui son côté ténébreux, sombre et violent.

Alors qu’Harry n’est qu’un ennemi de second degré et sans importance voulant à tout prix venger la mort de son père, Eddie Brock et Flint Marco sont les deux ennemis du film les plus mauvais de la trilogie Spider-Man. Dans la mesure où, la transformation de Flint Marco en l’homme sable n’aurait pas dû être et Venom n’étant pas cité une fois dans le film. Ayant dût réaliser un budget plus élevé que les deux prédécesseurs, ce troisième film Spider-Man marque la fin de la première araignée au cinéma.

Avoir été obligé de mettre Venom n’est pas le problème de Sam Raimi, il a quand même réussi à créer un Venom plutôt bon. Le problème c’est l’acteur qui joue Eddie Brock, Topher Grace, qui n’a absolument aucun charisme et n’est pas convainquant dans son rôle. Déjà en tant qu’Eddie Brock il est naze alors en tant que Venom c’est encore pire.

Pour que la personnalité de Peter change dans ce film, il fallait lui montrer que même si la vie d’un super-héros c’est génial, la vie humaine ne l’est pas toujours. Chacun de nous possède un côté noir et sombre. Pour que Peter passe du côté rouge et bleu en noir, il fallait crée quelque chose qui le briserait. Alors, les scénaristes ont décidé que l’homme qui a tué oncle Ben n’était pas le bon et en profiterait pour introduire un ennemi de l’univers de Spider-Man : Flint Marco. L’acteur Thomas Haden Church n’est pas extraordinaire mais n’est pas non plus mauvais dans ce film. Entre l’homme qui veut sauver sa fille et l’homme sable qu’il est devenu, il reste le même pendant tout le film à se lamenter sur son sort et celui de sa fille mourante.

Quant aux autres acteurs principaux : Tobey Maguire enfile le costume de l’araignée pour la dernière fois et sans regrets. À part le voir beaucoup chouiner et faire un strip-tease en pleine rue qu’on se passerait bien, la transformation de sa personnalité n’est pas assez flagrante comme il l’était dans le deuxième volet. Et quand il décide d’affronter Venom et l’homme sable à lui tout seul, on est d’accord qu’il n’avait clairement aucune chance de s’en sortir.

James Franco n’est plus aussi important qu’il était dans les deux volets. Son costume de Bouffon Vert est juste quelconque. Alors qu’il fracasse Peter à plusieurs reprises sans qu’il ait la moindre blessure, lui se prend seulement trois coups et tombe inconscient. Amnésie passagère, il finit par comprendre au bout de 1h45 que Peter est en fait son meilleur ami, il part donc l’aider à arrêter ses ennemis pour au final mourir comme son père.

Kirsten Dunst et Bryce Dallas Howard sont deux pauvres filles à qui l’une d’entre elle arrive que des misères dans ce film. Mary Jane perd son travail, doute de sa relation avec Peter et une fois de plus joue les demoiselles en détresse. Quand à Gwen, à part essayer de comprendre ce qu’elle vient faire dans ce film et à quoi elle sert, elle manque simplement d’émotion. Et bien sûre Rosemary Harris est également moins importante et moins présente dans ce dernier volet.

Et pour finir, J.K Simmons dans son rôle de Johnny Jonah Jameson semble avoir mauvaise mine et moins drôle qu’il ne l’était dans les deux premiers volets.

Pour conclure, ce dernier film Spider-Man de la trilogie Sam Raimi marque donc la fin d’une première toile. Une fin légèrement décevante j’ai trouvé, surtout la scène dans un bar avec Peter et Mary-Jane ensemble. Un film qui se laisse quand même regarder, malgré les incohérences du comics Spider-Man. L’apparition de Gwen Stacy dans le film, permet à Marc Webb de se servir d’elle en personnage féministe dans son reboot The Amazing Spider-Man. Et nous sommes d’accord qu’Emma Stone est plus convaincante que Bryce Dallas Howard. Mon meilleur Spider-Man de la trilogie Sam Raimi reste et demeure le 2 suivi du 1 et du 3.

Un grand merci à Sam Raimi d’avoir réalisé ce projet de cinéma.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 111 fois
1 apprécie

BatDark a ajouté ce film à 1 liste Spider-Man 3

Autres actions de BatDark Spider-Man 3