Mystério et Bout de Toiles, l'illusion avant tout

Avis sur Spider-Man : Far From Home

Avatar Sinar1107
Critique publiée par le

Contrairement à Homecoming, mes attentes étaient grandes, surtout quand j'ai découvert que le film allait traiter de la relation amoureuse entre Peter et MJ. Une seule peur demeurait, celle d'être déçu comme à la séance du dernier opus. Ayant la lourde tâche de sortir après Avengers Endgame et de clôturer la phase 3, Spider-Man Far From Home s'avère être un long-métrage aussi divertissant que sympathique. Décryptons ensemble tous les points importants dans cette critique garantie faite avec le coeur !

Commençons par aborder la partie scénario, celle qui m'intéresse le plus. Normal me direz-vous pour un futur scénariste ? ^^ J'aime le fait que l'histoire mette un peu de distance avec le surplus de technologie que j'avais trouvé sur Homecoming. On retrouve l'essence de spidey avec un costume plus traditionnel et des scènes de voltiges (pas encore assez nombreuses ni complètement satisfaisantes). L'héritage de Iron Man occupe d'ailleurs une place centrale dans l'intrigue, devenant de manière ingénieuse l'oncle Ben du MCU. C'est véritablement dans ce film que Peter va se confronter et dépasser la mort de son mentor, le suivant partout comme une ombre. Certes, il pose sur son nez les mêmes lunettes mais c'est pour mieux s'en séparer. Comme le dit si bien Happy, Spider-Man "ne sera jamais Iron Man". La thématique de l'héritage est traitée efficacement et subtilement, aidant le personnage à prendre son envol.

L'idée de situer notre héros favori à différents endroits du monde marche bien et apporte un vent de fraicheur bienvenue, confirmant une nouvelle fois que le MCU veut s'éloigner de ce qui a été fait dans les précédentes représentations du tisseur. Le côté parodique et cliché des villes visitées rentrent complètement dans le ton léger et humoristique de cette nouvelle trilogie. Malgré ça, un des défauts majeurs de Far From Home, c'est bien son humour et son rythme. Là où Homecoming arrivait à enchainer les gags et les blagues et même son intrigue avec une fluidité étonnante, sa suite souffre de plusieurs dialogues qui tombent à plats, certains arrivent même à être assez lourds (coucou les professeurs). De même que le rythme qui pâlit à cause de deux parties distinctes qui n'arrivent pas à se mélanger. D'un côté, nous avons le début mélangeant teen-movie et comédie romantique et de l'autre un acte plus héroïque et porté sur l'action. C'est dommage que l'équilibre ne soit pas très bien géré. Je déplore également quelques facilités scénaristiques qui, par exemple, placent les personnages principaux au coeur de l'action d'une manière assez vulgaire et forcée.

Au niveau de l'intrigue dans son ensemble, on pourrait lui reprochait d'être prévisible, surtout pour les connaisseurs, mais cela n'empêche en rien d'apprécier le spectacle qu'on nous offre sous les yeux. En parlant justement de spectacle, les effets spéciaux sont très satisfaisants, beaucoup plus que ceux de Captain Marvel je trouve. La séquence d'illusion, ressemblant à un trip tout droit sorti de Doctor Strange, rejoint le classement des meilleures scènes du MCU, tout simplement éblouissante. Pour ce qui est des personnages et de leurs interprètes, on applaudit toujours autant Tom Holland pour nous livrer le spider-man le plus fidèle aux comics, alliant avec brio son charme juvénile et une force de caractère qui rend son personnage immédiatement attachant. Des efforts ont également été faits pour les personnages secondaires qui disposent de quelques petits éléments les rendant plus "profonds" (toute proportion gardée). Comme prévu, je suis évidemment tombé amoureux de la nouvelle MJ, interprétée par une ensorcelante et magnifique Zendaya. Elle mérite clairement un rôle plus important pour le prochain opus. Enfin, il est nécessaire de parler de Mystério (Jake Gyllenhaall), personnage très dificil à adapter au cinéma. Finalement, Jon Watts a réussit son pari en trouvant le juste équilibre entre un costume kitsch mais pas trop et un caractère extravagant. Il aurait cependant gagné à être plus développé au niveau de son histoire personnelle ainsi qu'un investissement plus important de la part de l'acteur, bien moins charismatique que Michael Keaton en Vautour (en même temps, c'est ardu de faire mieux ^^).

J'aime beaucoup le discours que livre l'histoire sur les Fake News, les médias et les apparences. A une époque où l'information se partage, sans filtre et sans barrière, immédiatement au quatre coin du monde, l'intrigue arrive à pointer du doigt ce phénomène avec une justesse et un intérêt appréciable. Bien plus qu'élever le personnage de Mystério, ses motivations interrogent le spectateur sur la place des écrans et du faux dans nos vie, remettant en question ce que l'on voit ou ce que l'on croit. La mise en abime du cinéma renforce le propos du film et offre les coulisses d'un blockbuster actuel, dénonçant presque le désir de grandeur et de pouvoir des hommes de l'ombre. Une auto-critique? Disney serait-il assez courageux pour tenter pareille folie? Je ne pense pas mais on peut toujours y croire... Cela n'en reste pas moins une grosse surprise qui fait franchement plaisir !

Ensuite, je suis au regret de vous annoncer que la mise en scène est toujours aussi banale et calibrée. Il y a certaines fois, j'avais l'impression d'être devant une pub ou un téléfilm TF1 (avec uen pointe d'exagération tout de même ^^). Excepté la bataille finale et la séquence d'illusion, il n'y a pas grand chose à se mettre sous la dent de ce côté là. C'est dans ces moments là que la caméra de Marc Webb (les Amazing Spider-Man) accompagnant Spidey dans ses voltiges nous manque. Les scènes d'actions sont cependant plus lisibles que dans le premier. La musique est quant à elle entraînante mais n'arrive pas à marquer les esprits. La mélodie de Danny Elfman traîne encore dans le coin de ma tête, éternellement associée au personnage. Il manque toujours des thèmes propres et marquants pour Mystério par exemple qui aurait encore embelli le maître des illusions. Sans oublier le petit coup de gueule pour la scène romantique finale entre MJ et Peter accompagnée d'une musique presque parodique qui chasse toute crédibilité et rend presque les dialogues ridicules...

Ainsi, Spider-Man Far From Home s'avère un meilleur opus que son prédécesseur par les thèmes traités, plus intéressants, et par ses scènes d'actions efficaces. Le troisième acte en tout cas marche mieux et offre une bonne conclusion à une intrigue parfois maladroite et déconstruite. On notera aussi deux scènes post-génériques incroyables (ce n'est qui n'est pas coutume), véritable cri de joie pour les fans. Léger et sympathique, ce dernier long-métrage du MCU peut paraître calibré et assez superficiel mais dispose d'un capital sympathie très élevé et fait le boulot: à savoir, divertir. En espérant que le troisième opus évolue avec son héros, devenant plus mature et mettant en scène d'aussi bons antagonistes.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 140 fois
4 apprécient

Sinar1107 a ajouté ce film à 5 listes Spider-Man : Far From Home

Autres actions de Sinar1107 Spider-Man : Far From Home