Mauvaise foi nocturne

Avis sur Star Wars : Les Derniers Jedi

Avatar Behind_the_Mask
Critique publiée par le

˗ Dis Luke !

˗ ...

˗ Hé ! Luke...

˗ ...

˗ Dis Luke, c'est quoi la Force ?

˗ TA GUEULE ! Laisse-moi tranquille !

˗ Mais... Mais... Luke, je suis ton padawan ?

˗ Pfff... La Force. Vous commencez à tous me faire chier, là, avec votre Force...

˗ Mais, Luke, c'est méga cool la Force ! Plus de trente ans après, on continue à en faire des films ! C'est pas génial ça ?

˗ Ouais... Bon... Pfff...

˗ Et puis d'ailleurs, pourquoi t'es tout seul sur ton caillou et que tu te rases plus ?

˗ C'est une longue histoire. Elle commence ainsi : Il y a bien longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine...

˗ Ouais bon, Luke, on connait tous, là, ton truc, tu peux le zapper et aller à l'essentiel. Parce que tu l'as vu, toi, Les Derniers Jedi !

˗ Oui.

˗ Et alors, c'est comment ?

˗ Bin, la Force, c'est déjà résister à la salle pleine, agitée et bavarde même quand tu t'amènes à la séance de 14H00 bien en avance et que tu as déjà réservé tes billets au préalable. Y'a un peu de cela dans le concept, tu vois, padawan ?

˗ Mais après, le film ?

˗ La Force, c'est aussi résister à la première demi-heure des Derniers Jedi, tant celle-ci, passée une bataille spatiale en forme de one man show centré sur Poe Dameron, ressemble à l'allumage bruyant et laborieux d'un moteur diesel en fin de vie. C'est mou, l'intrigue patine et un humour très Thor Ragnarok s'invite même le temps d'une conversation radio assez gênante dans la saga. Je m'y suis senti étranger et je n'ai pas pu rentrer dans le film...

˗ Ah ouais, quand même ? Trop dur là...

˗ Mais quand le film pose le pied sur mon caillou au milieu de l'océan, il revivrait presque, uniquement sur mon aura de personnage culte.

˗ Yeah Luke ! Trop fort !

˗ Les Derniers Jedi, à cette occasion, change carrément de braquet, comme s'il prenait conscience de ses enjeux, en sondant les différentes fêlures de ses trois personnages principaux, qui semblent comme entrer en communion. Et le temps, aussi et surtout, de remettre en perspective l'image même du bien, qui ne peut finalement être que gris, ainsi que l'aura du héros reclus qui remâche son échec en tant que mentor et guide. Le tout dans des séquences nocturnes, des conversations à distance et une scène basée sur des jeux de miroirs tout simplement bluffante et qui prend par surprise, jeune padawan.

˗ Donc, la Force est encore avec eux, cette fois ?

˗ ...

˗ Hein Luke ?

˗ D'une certaine façon, oui. On se le dit aussi ensuite lors de cet incroyable final sur cette planète minérale, un des meilleurs passages de toute la saga, où le blanc du sel cache le rouge écarlate de la terre, magnifique image qui rappelle le décor que Guillermo Del Toro utilisait pour son Crimson Peak. Les affrontements des Derniers Jedi sont puissants, que ce soit à coups de sabre laser ou à bord d'engins bien connus. Il y a même des AT-AT walker superbement réinterprétés et qui adoptent la silhouette massive des gorilles. Une certaine forme de classe dans le design.

˗ Mais Luke, pourquoi êtes-vous si pensif et chagrin, alors, vu qu'à vous entendre, vous avez apprécié ?

˗ C'est que c'est difficile à exprimer, jeune padawan. Parce que la Force n'est peut être pas toujours là, après tout. Outre cette première demi-heure laborieuse, le plaisir semble beaucoup moins immédiat, comme celui éprouvé devant Le Réveil de la Force. Et c'est que Les Derniers Jedi, ce coup-ci, ne pourra pas être taxé d'entreprise de recyclage déguisé. Kylo Ren le dit d'ailleurs lui-même : toutes ces anciennes choses doivent s'éteindre. Qui résonne comme une note d'intention. Sauf que ce nouveau Star Wars ne va pas au bout de ses ambitions. S'il raye de la carte tout un pan de sa mythologie, comme le faisait l'Episode VII, il servira dans un même mouvement une scène de résurrection des plus what the fuck, digne des Gardiens de la Galaxie...

˗ Quoi ?

˗ Oui, jeune padawan, l'entreprise est des plus louables, mais un peu maladroite. Cependant, elle a le mérite d'annoncer un prochain épisode quasi totalement débarrassé de la tutelle des plus anciens et d'un affrontement au sommet. Et surtout, l'avènement d'un méchant qui a fini sa crise d'adolescence. Dommage par ailleurs que l'on se débarrasse un peu trop rapidement à mon goût d'une autre figure du mal qui promettait beaucoup niveau charisme. Mais là, c'est une autre histoire.

˗ ...

˗ ...

˗ Dis, Luke... Tu as aimé quand même, Les Derniers Jedi, hein ? Parce que là, c'est le prix prohibitif de ma place de cinéma qui en dépend, quoi !

˗ Oui, au final, c'était pas mal. Mais de folles attentes point tu nourriras, jeune padawan. Sinon, déçu un peu tu seras.

˗ Toi comme Maître Yoda en désordre tu parlas, Luke.

˗ Ta gueule petit con. Puis Yoda, de toute façon, c'était qu'une marionnette, hein...

˗ Et comme Maître Yoda tu radoteras... Aïe !!!

˗ Ta gueule jeune padawan. Je médite... Je ne sais même plus où j'ai muché mon sabre laser...

Luke Skywalker, Days of Future Past.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 3908 fois
170 apprécient · 21 n'apprécient pas

Behind_the_Mask a ajouté ce film à 3 listes Star Wars : Les Derniers Jedi

Autres actions de Behind_the_Mask Star Wars : Les Derniers Jedi