La critique de Stoker (sur screenreview.fr)

Avis sur Stoker

Avatar ScreenReview
Critique publiée par le

Pour son premier film américain, Park Chan-wook (Old Boy, Thirst, ceci est mon sang) adapte le scénario de Wentworth Miller (Michael Scofield dans Prison Break). India qui vient de perdre son père dans un étrange accident de voiture, se découvre un oncle dont elle ignorait l'existence. D'abord sceptique, l'ado se laisse apprivoiser par cet énigmatique tonton lui permet de découvrir sa véritable nature.

Référence directe à Bram Stoker (l'auteur de Dracula), le titre du film est en fait le nom de famille porté par les personnages. À l'instar du héros de l'écrivain, l'oncle Charlie vampirise son entourage. Dans le rôle de l'inquiétant tonton, Matthew Goode fait froid dans le dos. Avec son physique de gendre parfait, on hésite entre méfiance et fascination. Un peu à l'instar d'India qui ne sait pas vraiment quoi penser de cet oncle aux faux airs de Norman Bates (Psychose), jusqu'à la révélation finale. Excellent quand il joue le gentleman ambigu, on l'aime un peu moins quand son passé refait surface et met à jour les faiblesses de son personnage jusque là bien enfouies. India est elle une sorte de Dexter au féminin. Sauf que la jeune fille laisse son "Dark Passenger" prendre le dessus quand elle perd son père, ce pilier qui canalisait ses pulsions morbides. Dans le rôle de l'ado perturbée qui n'est pas sans rappeler une certaine Carrie (la sympathie en moins), Mia Wasikowska laisse l'innocence d'Alice (au pays des merveilles) au placard et se révèle troublante, prête à bien des concessions.

La complicité quasi incestueuse d'India et Charlie laisse malheureusement peu de place à Nicole Kidman dont le personnage de maman indigne pourtant très intéressant, est relégué au second plan. Un rôle bien en dessous des capacités de l’actrice australienne. Autre défaut du film, Stoker se révèle vite être un thriller inégale. Si au début, on est séduit par ce huis clos malsain aux accents mi-hitchcockiens mi-lynchiens qui nous offre quelques scènes de pure génie (ex : la scène de la ceinture), celui-ci sombre presque dans le ridicule à mesure que le mystère entourant Charlie se désépaissit. Dommage !

Venez découvrir ma critique de STOKER sur mon blog ScreenReview : http://www.screenreview.fr/la-critique-de-stoker-en-avant-premiere/

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1706 fois
17 apprécient

Autres actions de ScreenReview Stoker