Affiche Submarino

Critiques de Submarino

Film de (2010)

  • 1
  • 2

"on a fait ce qu'on pouvait"

Ayant enchaîné la séance de "Piranha 3D" avec "Submarino", autant vous dire que le contraste a été assez vif ! Contrairement au premier film mentionné, Submarino m'habite encore. C'est poignant, c'est cru de réalité sordide, c'est boulversant, vraiment. Je n'y ai vu aucun misérabilisme, pathos, ou mélodrame crasseux. Juste une image grise dépeignant des vies fracassées... Le film commence sur... Lire l'avis à propos de Submarino

18 1
Avatar pbdh
9
pbdh ·

Vies.

Il est intéressant d'envisager "Submarino" comme une partie intégrante de l'oeuvre de Thomas Vinterberg, plus particulièrement en le connectant avec "Festen" et "La Chasse". Ces trois films flirtent avec le côté sombre de l'être humain, son vrai visage caché derrière une apparence qui semble obligatoire pour survivre, pour s'affirmer L'inceste avoué dans "Festen" qui débouche ensuite sur une... Lire l'avis à propos de Submarino

12
Avatar 21st Century  Christ
8
21st Century Christ ·

Immersion dans les bas-fonds

Thomas Vinterberg semblait avoir abandonné toute ambition. Avec ce mélo social, aussi noir que l'hiver scandinave, il retrouve enfin son talent. Moins corrosif, mais tout aussi désenchanté que Festen, son film est une tragédie moderne sur deux frères que la vie semble s'acharner à détruire. Dans la foulée de Lars von Trier et du... Lire la critique de Submarino

9 2
Avatar Blake 無
7
Blake 無 ·

What A Death

Ce texte a été conçu dans le cadre d'une activité critique concernant le Festival Lumière de 2020. Tomber pour mieux se relever. Voici un dicton qui pourrait synthétiser la carrière du cinéaste danois, Thomas Vinterberg, venu présenter son film méconnu « Submarino » (2010) au Festival Lumière. Après la... Lire la critique de Submarino

2
Avatar Jolan F.
7
Jolan F. ·

Brothers in arms

On n’avait plus beaucoup de nouvelles de Thomas Vinterberg qui, en 1998, marqua fortement les esprits cinéphiles avec son désormais culte et "dogmatique" Festen. C’était, depuis, un peu morne plaine pour le réalisateur danois (It’s all about love fut un échec cuisant malgré l’ambition du projet) et Submarino, presque dix ans après Festen, vient à nouveau... Lire la critique de Submarino

5 2
Avatar mymp
9
mymp ·

Misérabilisme acharné

(Je déconseille la lecture de cette bafouille à charge aux personnes qui n'auraient pas vu ou pas détesté le film.) Thomas Vinterberg fait partie de ces auteurs que j'aimerais aimer, et dont les œuvres peinent à me convaincre pour des raisons qui m'échappent parfois, tributaires de détails malheureux. Mais ici, la déception est frontale, catégorique : en adaptant le roman... Lire l'avis à propos de Submarino

7 2
Avatar Morrinson
4
Morrinson ·

Critique de Submarino par Le Blog Du Cinéma

Thomas Vinterberg continue de nous tétaniser ; de nouveau son œuvre, Submarino, laissent en nous une empreinte indélébile de malaise. Il s'intéresse encore une fois à la famille brisée par un souvenir d'enfance. Comme les enfants violés de Festen, ceux de Submarino entretiennent toujours d'étranges rapports avec les autres et avec eux-mêmes. Les questions sont silencieuses, les réponses absentes.... Lire l'avis à propos de Submarino

2
Avatar Le Blog Du Cinéma
8
Le Blog Du Cinéma ·

Noir de chez noir

Submarino n'est assurément pas un film facile. Marqué par une noirceur constante et assez implacable, le dernier film de Thomas Vinterberg n'offre guère d'occasions de se réjouir. Et pourtant, son portrait d'une société défavorisée où la misère appelle en permanence la misère n'est pas complètement noir et offre même une vision plutôt contrastée. L'espoir est permis malgré tout, et on peut... Lire l'avis à propos de Submarino

2
Avatar nicolinux
7
nicolinux ·

Critique de Submarino par squal13

Thomas "festen" Vinterberg est de retour et Evidemment ça n'est pas très gai.Parfois glauque à l'excés mais finalement lumineux grâce notamment à la prestation de Jacob Cedergren, sublime comédien, qui, s'il se débarrasse de son accent est promis à une belle carrière internationale. Lire la critique de Submarino

2
Avatar squal13
6
squal13 ·

Critique de Submarino par Eowyn Cwper

Je ne connaissais encore Vinterberg que pour son Festen (1998), délire expérimental concocté sur fond de manifeste Dogma avec la complicité de Von Trier. Le réalisateur, héritier de la tradition cinématographique danoise depuis que son père est critique, était bien obligé de prendre ses marques et d’épater la galerie avant de créer Submarino, drame social au fil rouge cousu avec la seringue... Lire l'avis à propos de Submarino

Avatar Eowyn Cwper
7
Eowyn Cwper ·
  • 1
  • 2