👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

C'est le vieux souvenir de ce film que je chronique à présent. En réalité, je pense que je serais incapable de le revoir aujourd'hui, tant ce long métrage suinte dans ma mémoire de cruauté, de mesquinerie, de haine plus ou moins ordinaire, mais aussi d'une tristesse insondable.

Bien sûr, il y a de l'humour pour faire passer la pilule. De l'humour noir, bien entendu. Comment faire autrement ? Et à la première vision, ainsi qu'aux deux suivantes, du haut de ma sage adolescence se réjouissant à affronter l'interdit et la transgression, j'ai ri. Moins que devant La Vie est un long fleuve tranquille, certes, et d'une manière différente. Mais j'ai ri, oui.

Ri de voir Tsilla Chelton (exceptionnelle dans le terrifiant rôle-titre) accumuler les vacheries et les marmonnements méchants, avec une jubilation manifeste.
Ri de la voir abandonner un gamin en plein milieu d'une ville, et se réjouir qu'il soit retrouvé traumatisé et en larmes.
Ri de l'écouter aligner les scud contre sa famille, sa vieille aide ménagère, puis contre la petite nouvelle, qu'elle entendait bien dompter comme tous les autres.

Ri, encore, de voir la petite nouvelle en question (Isabelle Nanty, révélation pour moi à l'époque, comme pour beaucoup de spectateurs sans doute) se rebiffer, se rebeller, et s'évertuer à bousculer les moches habitudes de sa cliente poussant la mégèritude à des altitudes insoupçonnables.

J'ai frémi, aussi, devant le spectacle effroyable de la cruauté. Et c'est ce qu'il me reste le plus, aujourd'hui, alors que le ressort du rire s'est émoussé au fil des visionnages, et qu'il ne reste plus que le propos, le véritable propos du film, mis à nu sans aucune pudeur.
C'est le tableau d'une solitude si violente qu'elle pousse à la destruction, la sienne à travers celle des autres. (Le traitement que dame Danielle inflige à sa vieille dame de compagnie au début du film, et la conclusion inévitable du dit traitement, sont d'une violence insupportable.)
C'est un portrait de la haine ordinaire, une exposition sans fard du harcèlement moral, avant que l'expression se fasse une place de choix dans les manuels de sociologie et les procès aux prudhommes intentés par des employés démolis par leurs patrons.

Avec le recul, demeure aussi l'idée d'une recette, élaborée par Chatiliez, qui est celle de son cinéma : la méchanceté, gratuite si possible, comme moteur de l'humour. Une méchanceté mise au service d'un regard intraitable sur la société, avec plus ou moins de bonheur - sauf quand il part traquer le dit bonheur dans le pré, remisant la méchanceté au second plan au profit d'une humanité peut-être un peu cliché, mais revigorante dans son travail créatif.

Avec Tatie Danielle, le réalisateur a sans doute poussé le concept le plus loin possible, outrepassant toutes les frontières avec insolence, et ne reculant devant aucune indélicatesse.
De ce jeu de massacre organisé avec un art certain du bain de sang psychologique, me reste tout de même aussi l'image bouleversante d'une vieille femme plongée au fin fond de sa solitude et de son désespoir existentiel, se mettant à nu, en larmes, devant son miroir, pour observer en face sa déchéance.
Un instant de grâce sombre, d'une sincérité absolue, qui fait de Tatie Danielle autre chose qu'un petit théâtre du mal.

ElliottSyndrome
6
Écrit par

il y a 2 ans

1 j'aime

Tatie Danielle
Behind_the_Mask
8

Le drame de la vieillesse ? Quel bonheur !

Difficile de ne pas penser, devant tant de mesquinerie et de méchanceté, qu'une bonne canicule nous débarrasserait bien de quelques vieilles carnes acariâtres comme Tatie Danielle. C'est qu'avec la...

Lire la critique

il y a 7 ans

22 j'aime

3

Tatie Danielle
B-Lyndon
5

Le comique du rien

Il y a un truc qui me frappe à chaque fois que je vois un film de Chatillez, particulièrement celui-ci : tout y est d'une laideur, d'une mocheté, d'un glauque si profond, si dépourvu de limites, que...

Lire la critique

il y a 8 ans

21 j'aime

Tatie Danielle
pierrick_D_
6

Critique de Tatie Danielle par pierrick_D_

Les Billard,braves bourgeois parisiens,ont l'imprudence de recueillir chez eux une vieille tante , véritable saloperie qui va bien leur pourrir la vie.Et les choses vont empirer lorsqu'ils partent en...

Lire la critique

il y a 1 an

13 j'aime

9

Un jour ce sera vide
ElliottSyndrome
6

Du trop-plein pour conjurer le vide

Pour développer ce genre d'histoire, il y a plusieurs moyens. Soit on raconte ses propres souvenirs d'enfance et, à moins d'avoir vécu quelque chose d'absolument exceptionnel qui justifie un...

Lire la critique

il y a plus d’un an

14 j'aime

3

Kaamelott - Premier Volet (Bande originale du film) (OST)
ElliottSyndrome
8

C'qui est chiant avec celle-là, c'est qu'elle reste

À défaut de pouvoir découvrir tout de suite le film, remis aux calendes romaines pour cause de Covidus, on peut depuis aujourd'hui déguster un petit bout de Kaamelott - Premier Volet grâce à la bande...

Lire la critique

il y a plus d’un an

10 j'aime

4

Équinoxe
ElliottSyndrome
10
Équinoxe

Le trac

Après le succès aussi monstrueux qu'inattendu d'Oxygène (18 millions d'exemplaires vendus dans le monde, une bagatelle), il y avait un risque certain de voir Jean-Michel Jarre souffrir du syndrome de...

Lire la critique

il y a 2 ans

9 j'aime

1