👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Le thème principal de 'Soshite chichi ni naru' ne parlera pas à tout le monde, les sensibilités sur la question de la famille, de l'éducation, de l'hérédité variant suivant les cultures. De fait, le dilemme des parents concernant l'échange d'enfants peut laisser de marbre ceux qui accordent plus de valeur à la relation qu'au lien de sang.

Le film de Hirokazu Kore-eda propose tout de même un second sujet, universel celui-ci : la figure du père. Opposant la famille affectueuse au cocon familial aseptisé, les divertissements simples à l'éducation ambitieuse, les revenus modestes aux heures supplémentaires des cadres aisés, l'oeuvre dresse deux portraits très contrastés de la paternité. Le réalisateur prendra toutefois parti, sans surprise, pour les sentiments au détriment de la tradition, dans un final assez convenu.

Néanmoins, le chemin pour y parvenir est assez touchant : la mise en scène est cotonneuse, le récit file sans violence, les drames semblent n'être que des nuages rapidement dissipés, la direction des enfants est adorable. Le casting est d'ailleurs très bon, notamment l'acteur Masaharu Fukuyama qui offre une belle évolution à son personnage initialement antipathique.

Kroakkroqgar
6
Écrit par

il y a 4 ans

Tel père, tel fils
Sergent_Pepper
7

Autorisation (trans)parentale.

Le cinéma asiatique semble avoir un don propre à sa culture, (que, je le confesse, je connais assez mal) qui consiste à dire beaucoup dans la pudeur. Dans un milieu où il n’est pas commun de formuler...

Lire la critique

il y a 6 ans

53 j'aime

6

Tel père, tel fils
Gothic
7

En-cas d'urgence, brisez la glace

13h35: quelques minutes seulement avant le début de la projection, PFloyd, Noménale et moi nous retrouvons devant le ciné. Je suis presqu'en retard, on dirait mon père. Ambiance légère, quelques...

Lire la critique

il y a 8 ans

48 j'aime

24

Tel père, tel fils
Al_
7

Un autre long fleuve tranquille

Kore-Eda explore une nouvelle fois les relations familiales et peaufine son tableau de la société japonaise à travers l’histoire de deux couples qui découvrent que leurs enfants de six ans ont été...

Lire la critique

il y a 8 ans

47 j'aime

4

La La Land
Kroakkroqgar
4
La La Land

Critique de La La Land par Kroakkroqgar

Difficile de dissocier 'La La Land' de sa couverture médiatique : plébiscité par les médias et triomphe absolu aux Golden Globes, la comédie musicale surfe sur la vague qu'elle a cherché à provoquer...

Lire la critique

il y a 5 ans

36 j'aime

3

Persona
Kroakkroqgar
4
Persona

Critique de Persona par Kroakkroqgar

Que le propos d’une œuvre ne soit pas tout à fait limpide pour le spectateur permet d’ouvrir la réflexion. En revanche, que les clefs de la compréhension du récit correspondent à des principes...

Lire la critique

il y a 8 ans

33 j'aime

5

Sonatine - Mélodie mortelle
Kroakkroqgar
5

Critique de Sonatine - Mélodie mortelle par Kroakkroqgar

A la manière des imperturbable yakuzas que le film met en scène, ‘Sonatine’ m’a laissée de marbre. D’une part, la narration n’est pas claire. On a du mal à saisir les tenants et aboutissants de la...

Lire la critique

il y a 8 ans

27 j'aime

3