Le cinéma asiatique semble avoir un don propre à sa culture, (que, je le confesse, je connais assez mal) qui consiste à dire beaucoup dans la pudeur. Dans un milieu où il n’est pas commun de formuler ce qui agite le cœur, par sens de la dignité, humilité mais aussi refoulement, le rôle dévolu à l’image et particulièrement celle du cinéma, est fondamental : des portraits, des situations, des échanges, même peu prolixes, occasionnent le surgissement d’une autre émotion. C’est le cas dans la fixité austère du cinéma d’Ozu, dans le mutisme du personnage de Kitano dans Hana-Bi, et dans ce film de Kore-eda.


L’argument narratif avait pourtant de quoi susciter bien des pics émotionnels : l’échange de bébé appris 6 ans après bouleverse deux familles qui vont devoir faire un choix : l’échange ou non. Le film ne se départit pratiquement jamais de sa délicatesse, grâce à une photo soignée et des comédiens subtils : l’interaction entre les personnages et leur espace fait l’objet d’une attention particulièrement soutenue, par le recours aux plans d’ensemble (les cages d’ascenseurs, le centre commercial, mais aussi la rivière dans cette scène au tournant du film) qui leur assigne un rôle souvent contraint. Les enfants, particulièrement bien dirigés, mènent sans le savoir une danse traumatisante et presque immobile : observés, auditionnés, ils vivent sans le savoir les derniers instants d’une forme d’innocence.


L’intérêt du point de vue conditionne tout le récit : en commençant par la famille la plus propre sur elle, Kore-eda joue un jeu assez malin qui rappelle la manipulation opérée par Farhadi dans Une séparation : feindre le parti-pris. La nette opposition entre les deux cellules va permettre un regard sociétal approfondi, ainsi qu’une leçon d’apprentissage sur la paternité. Entre course à la performance (le travail dévorateur, le piano, l’école privée) et l’ode à la procrastination, un père mitan et idéal semble se dessiner.


C’est peut-être là la limite du film : la volonté insistance avec laquelle il pose sa démonstration. La dichotomie entre les deux familles n’est pas loin du plan de dissertation, chaque élément se retrouvant systématiquement contré par son opposé. Si la délicatesse du jeu le rend touchant, la pesanteur du discours l’émousse quelque peu, notamment dans des redondances un peu poussives, comme le thème du camping par exemple : évoqué comme un mensonge à l’audition pour l’école privée, puis mis en pratique par un père « nouveau » ayant bien compris la leçon…


(Spoils)
L’autre point délicat est ce primat accordé au sang, et qui laisse supposer que ne serait notre fils que l’être par lequel on serait lié biologiquement : un discours que défendent bien des personnages, et notamment le culte religieux des ancêtres. La question centrale du statut des enfants non biologiques (qu’on pourrait considérer a posteriori comme des adoptés) est finalement peu creusée : certes, les parents évoquent l’idée de garder les deux (là aussi, chacun leur tour, histoire de bien asseoir la structure binaire…), mais la déchirure de la séparation, voire l’avis des enfants sont considérés comme secondaires. Etonnante évidence, cet échange occasionne certes la réconciliation entre le père et son premier enfant, mais pour mieux le quitter. Cet incontournable contraint les personnages de façon assez violente, sans qu’aucun regard critique ne vienne vraiment la nuancer, et c’est peut-être là le plus grand fossé qu’on peut constater entre les personnages et un spectateur qui voudrait voir leur sensibilité davantage questionnée.


Mais reconnaissons-le : en dépit de ses airs de copie de premier de la classe, si Tel Père, tel fils occasionne de telles réactions, c’est bien grâce à la délicatesse avec laquelle il aura su incarner ses personnages et les choix cornéliens auxquels ils sont confrontés.

Sergent_Pepper
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Enfance, Social, Famille, Asiatique et Les meilleurs films sur la famille

Créée

le 12 mai 2016

Critique lue 1.9K fois

57 j'aime

6 commentaires

Sergent_Pepper

Écrit par

Critique lue 1.9K fois

57
6

D'autres avis sur Tel père, tel fils

Tel père, tel fils
Sergent_Pepper
7

Autorisation (trans)parentale.

Le cinéma asiatique semble avoir un don propre à sa culture, (que, je le confesse, je connais assez mal) qui consiste à dire beaucoup dans la pudeur. Dans un milieu où il n’est pas commun de formuler...

le 12 mai 2016

57 j'aime

6

Tel père, tel fils
Gothic
7

En-cas d'urgence, brisez la glace

13h35: quelques minutes seulement avant le début de la projection, PFloyd, Noménale et moi nous retrouvons devant le ciné. Je suis presqu'en retard, on dirait mon père. Ambiance légère, quelques...

le 20 janv. 2014

49 j'aime

24

Tel père, tel fils
Gand-Alf
8

L'échange.

Prix du jury à Cannes en 2013 et présenté dans de nombreux autres festivals, "Tel père, tel fils", le nouveau film du japonais Hirokazu Kore-Eda, raconte l'histoire de deux familles au statut social...

le 16 janv. 2015

45 j'aime

1

Du même critique

Lucy
Sergent_Pepper
1

Les arcanes du blockbuster, chapitre 12.

Cantine d’EuropaCorp, dans la file le long du buffet à volonté. Et donc, il prend sa bagnole, se venge et les descend tous. - D’accord, Luc. Je lance la production. On a de toute façon l’accord...

le 6 déc. 2014

767 j'aime

104

Once Upon a Time... in Hollywood
Sergent_Pepper
9

To leave and try in L.A.

Il y a là un savoureux paradoxe : le film le plus attendu de l’année, pierre angulaire de la production 2019 et climax du dernier Festival de Cannes, est un chant nostalgique d’une singulière...

le 14 août 2019

704 j'aime

54

Her
Sergent_Pepper
8

Vestiges de l’amour

La lumière qui baigne la majorité des plans de Her est rassurante. Les intérieurs sont clairs, les dégagements spacieux. Les écrans vastes et discrets, intégrés dans un mobilier pastel. Plus de...

le 30 mars 2014

615 j'aime

53