Deuxième critique subjective d’un film reconnu qui ne m’a pas autant enthousiasmé que la plupart.

L’ayant vu à de nombreuses reprises sur sens critique comme une œuvre culte de son époque, je me suis attelé à le découvrir. Voilà donc le « héros » de l’histoire, un homme pas très malin, se donnant lui-même le nom de The dude par une étrange excentricité, chômeur, avec une tenue débraillée, passant sa vie à jouer au bowling. Il traîne avec un autre gars lui non plus pas très malin, traumatisé par la guerre, piquant des crises de nerfs pour un rien, l’entraînant dans des combines qui n’ont aucune chance de marcher. Ce duo de bras cassé va se retrouver mêlé à une histoire d’enlèvements, et en contacts avec des gens tous aussi bizarres les uns que les autres. Tout dans l’histoire et les personnages relèvent de l’absurde, genre que d’ordinaire j’apprécie, sauf que ça n’a pas marché pour moi cette fois-ci. Paradoxalement, j’ai eu l’impression que le film ne va pas assez loin dans l’absurdité, pas assez loin en tout cas pour provoquer le rire, tandis qu’à d’autres moments il s’y engageait pleinement. Résultat l’histoire n’a qu’un intérêt limité, et les personnages en deviennent énervants, surtout le complice au comportement toujours identique qu’il en devient lourd. Pas de quoi compenser les quelques moments où les personnages atypiques et l’histoire improbable m’avaient éveillé un soupçon d’intérêt.
Donc si je me suis bien dit parfois « qu’est-ce que c’est que ce film ! », ce n’était pas vraiment positif…
Enlak
5
Écrit par

Le 19 août 2013

54 j'aime

1 commentaire

The Big Lebowski
Eren
9

La crème de la crème.

Soyez cool. Regardez la gueule du Dude. Avec sa posture tire-au-flanc, son caleçon douteux et ses sandales. Mais derrière son bouc touffu et sa touffe de cheveux, Lebowski est un gros nounours...

Lire la critique

il y a 9 ans

143 j'aime

7

The Big Lebowski
real_folk_blues
8

Coen si dense

Film emblématique du crépuscule de la génération 90's, encore un peu insouciante, encore un peu légère et flottante avant la gueule de bois des années 2000, et malgré quelques petits défauts, The Big...

Lire la critique

il y a 10 ans

124 j'aime

30

The Big Lebowski
Sergent_Pepper
9

Au jeu des bras cassés on se tire la bourre : Chanson de geste

“Sometimes there is a man”, hors des vicissitudes L’œil au risque aguerri, les jambes écartées De diverses boissons la barbe maculée Faites place au champion, l’inénarrable Dude. Chômeur invétéré...

Lire la critique

il y a 8 ans

118 j'aime

12

The Big Lebowski
Enlak
5

Critique de The Big Lebowski par Enlak

Deuxième critique subjective d’un film reconnu qui ne m’a pas autant enthousiasmé que la plupart. L’ayant vu à de nombreuses reprises sur sens critique comme une œuvre culte de son époque, je me...

Lire la critique

il y a 9 ans

54 j'aime

1

Minority Report
Enlak
9

Critique de Minority Report par Enlak

Deuxième adaptation de Philip k Dick la plus réussie, après « Blade runner ». Vu, revu et rerevu à une époque où les films disponibles étaient limités, ce qui explique mon affection personnelle pour...

Lire la critique

il y a 9 ans

48 j'aime

4

Transcendance
Enlak
5

De très bonnes idées gâchées par un traitement maladroit

Des scientifiques tentent de mettre au point la première intelligence artificielle, dans le but de changer le monde, d’accéder à une nouvelle étape de l’évolution et de régler les problèmes que...

Lire la critique

il y a 8 ans

34 j'aime

8