👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Preuve qu'il faut toujours se faire son avis perso à soi tout seul comme un grand, je ne partage pas l'avis assassin de Drexl/Françoi Cau, entrainant ainsi un effondrement cataclysmique de la cohérence éditoriale de Nanarland comme nous le feront savoir à coups de diatribes comminatoires nos gardiens du temple d'internet. En effet, The Disaster Artist m'est apparu comme un film intéressant et même marrant, sans pour autant être particulièrement féroce à l'encontre de son sujet, le désormais über-hypé Tommy Wiseau. Je dirais même, au regard de la soirée double séance que j'ai animée le mois dernier, et malgré mon appréhension déjà exprimée, qu'il s'est avéré être une bonne introduction à The Room pour un public qui n'aurait sans doute jamais pu s'enquiller ce nanar d'un genre inhabituel dans des conditions plus rêches.

Je ne me sens néanmoins pas en capacité de débattre de ce qui, dans la réussite de The Disaster Artist, relève des compétences cinématographiques de James Franco ou du matériau de base, à savoir la dinguerie toujours aussi épatante de la vie de Wiseau. Je concède au premier d'avoir bien bossé son imitation du second, quitte à tomber dans un perfectionnisme un peu stérile (les séquences rejouées et comparées aux originales dans le générique de fin). Par contre, je ne peux que constater un véritable choix de narration de la part de Franco qui décide de réaménager en grande partie le livre original pour arriver à un film édulcoré, sacrifiant totalement Sestero, faisant fi de la complexité pourtant passionnante des relations entre les 2 personnages principaux et montrant le tournage de The Room comme une belle aventure un peu fofolle là où la vérité est aussi fascinante qu'effrayante.

Le plus terrible est que d'une certaine manière, il scelle un peu plus le sort (la malédiction) de Sestero qui semblait avec son récit tenter d'exorciser ses démons. C'est là de mon point de vue le principal reproche à porter à The Disaster Artist : trop résumer la complexité en une belle histoire hollywoodienne, rabotant au passage toute la part sombre de Wiseau pour en faire un gentil gugusse. Mais sans doute que cet aspect n'intéresse que les aficionados et non le grand public (ou bien touche-t-on là du doigt ce qui vient agacer notre fibre geek quand un de nos objets de plaisir se transforme en une hype un peu artificiel et dénaturante).

Quoi qu'il en soit des débat à son sujet, reconnaissons à The Disaster Artist d'incarner une mise en abyme fractale inédite et assez vertigineuse du média filmique et sur le rapport à énième degré que l'on peut en avoir, particulièrement en tant qu'amateur de mauvais films sympathiques.

il y a 4 ans

The Disaster Artist
Fry3000
3

Leave your stupid movie in your pocket

Il y a beaucoup de nanars que je préfère à The room, mais ce qui ne cesse de me captiver avec ce film, c’est tout ce qu’il y a autour, et surtout, le personnage improbable de son créateur, Tommy...

Lire la critique

il y a 4 ans

19 j'aime

4

The Disaster Artist
Moizi
5

Outre le fac-similé, c'est un peu vain

Si comme tout le monde j'ai découvert The Room il y a quelques années, avec ses répliques cultes, ma scène préférée étant forcément le « Oh, Hi Mark » (pas bien original), ça n'est de loin pas mon...

Lire la critique

il y a 4 ans

16 j'aime

1

The Disaster Artist
InterRidge
8

"I'm glad you liked my comedic movie"

Oui James/Tommy j'ai adoré ton film. En ce début d'année 2018, The Disaster Artist se hisse tout en haut de mes films préférés de l'année pour le moment pourtant, objectivement, c'est loin d’être le...

Lire la critique

il y a 4 ans

12 j'aime

2

The Dead Don't Die
Pascoul_Relléguic
2

Quand l'hommage vire à l'escroquerie

Au début, j'ai trouvé le film gentiment intrigant ; par la suite, j'ai ressenti ça comme sans intérêt ; à la fin, j'ai conclu à une détestable escroquerie. Jarmusch s'est contenté de fragmenter...

Lire la critique

il y a 3 ans

8 j'aime

Titane
Pascoul_Relléguic
4
Titane

Critique de Titane par Pascoul Relléguic

Euuuuh... mais quoi le phoque aurais-je envie de dire. Par quel bout prendre le machin ? Allez, partons sur le positif : le film est très beau, la photographie sert parfaitement la recherche de plans...

Lire la critique

il y a 10 mois

7 j'aime

1

Le Jour des fous
Pascoul_Relléguic
7

Critique de Le Jour des fous par Pascoul Relléguic

On parlait récemment de slashers nanars, et bien autant vous prendre à contre pied tout de suite, ce Jour des Fous n'en est pas un. Je l'avais vu il y a des années de cela, gardant une bonne...

Lire la critique

il y a 2 ans

7 j'aime