C'est chaud, man!

Avis sur The Greatest Showman

Avatar Oswald 雷雷雷
Critique publiée par le

Oui le titre est naze mais attendez de voir ce qui vient après, ou avant (je n'aurais pas la prétention d'affirmer ce qui était là avant l'après ou l'après dedans).
Bouton lecture (mais dans votre tête please):

Il y aurait deux choses infinies: l’univers et la bêtise humaine [insérer une image d’Einstein qui tire la langue], et bien en voici une troisième - l’infinie connerie de ce The Greatest Showman. J’ai, honnêtement, rarement vu film aussi con. Oui c’est galvaudé de dire con, peut-être, but I mean it (l’italique c’est décalé).
[Bon j'ai aussi vu Mange, prie, aime - et la dentition de Julia Roberts peut elle aussi rentrer dans le cahier des charges de l'∞, mais ne parlons pas du passé!]

Contexte : vu dans un vol China Eastern, entre deux bouchées de nourriture lyophilisée labellisée Airbus. Pourtant, j’aime bien ça la bouffe d’avion, et j’étais curieux – et naïf – ô oui naïf… - de voir ce que pouvait donner une comédie musicale au sujet de P.T. Barnum, l’homme de spectacle OK, mais aussi le bonimenteur de foire, el maestro a monstro (je parle pas italien), autant dire un homme qui ne passerait clairement pas le test de bechdel des petits papiers/mouchoirs de la bien-bien-pensance so petit Journal de nos jours présents. Point de vue hein, et comme tout est powerpoint de vue (rapport au succès qui lui monte à la tête dans le film et dans l'histoire inspirée par...des...faits...réels...), chacun mangera l’herbe verte du voisin à quatorze heures.

Du coup, je lance le film sur mon mini cosy écran plasma perso (en deuxième classe, du calme les filles), coude à coude avec une dame de Shanghai qui respire fort dans un sac en plastique. La première fois, ça fait toujours peur…
Un message s’affiche : « edited…blabla..content..blabla…china » (-nn mé cé tro comme ds black mirror kwa – insert emoji, insert coin – nous dirait un commentaire facebook sous le wall du mur du firewall même du petit journal sus-cité, oui j’essaie de créer du liant comme une boule de riz à un bout de poisson au soja ; non je n’ai pas fait BTS cuisine, et oui PUISQUE VOUS DEMANDEZ j’ai pris pork et pas fish dans ce charter supersonique siège 23A (ou tout comme) 549400 pieds au-dessus d’un nid de coucou.

Et pour en revenir à notre causette sinophilique (lol), et donc sur Terre : 1 minute se passe, 2, 3, et je me dis « mais ça se lance quand en fait ? » (vu à la TV), persuadé d’être face à une sorte de pré bande-annonce clipesque de ce qui allait suivre, pour faire monter la sauce Maggi à la bouche : méthode chinoise peut-être? A vrai dire je n’ai pas fait management des unités commerciales chinoises (insert diploma) donc je n’en sais rien (j’ai pour ainsi dire raté ma vie universitaire, vous verrez dans mon biopic). Et justement en parlant de biopic surtout pas un abysse de merde comme celui-ci svp; oui car en fait le film avait , de fait, commencé... Ambiance clip hystérique de Taylor Swift (je n’en ai jamais vu, j’étais occupé à arrêter de fumer) x The Voice (c’est vraiment l’inspiration numero uno), il y a Hugh Jackman qui est bien trop vieux pour ces conneries (et je dis ça en ayant pleinement conscience qu’il a fait The Fountain, que j’adore), il y a aussi Michelle Williams qui est insupportable tout en sourire de meuf qui s'est épanoui dans l'équitation et la flûte traversière et avec qui il a deux gamines blondes qui ont des touuuuutes petites voix comme çaaa (je mets l’italique ?), des rêves et une grande très grande maison – the simple life of toute petite anglo saxone de l’époque victorienne du chemin de fer, il y a bien sûr une grosse femme à barbe à la voix de cristal (Mika se serait-il retourné? non je n’ai jamais regardé non plus vous m'en posez des questions!), mais aussi des frères siamois qui font du breakdance (ça parle de freaks je rappelle), Zac Efron le gossbo et sa copine aux cheveux roses qui est censée être une freak (du coup) car elle fait du trapèze – elle en pleure même à un moment, lol bis. Zendaya selon Google, Disney Channel selon les organisateurs.

Si j’avais eu la motivation de faire un schéma j’aurais donc pu commencer à dessiner ce schéma avant de me rendre rapidement compte que c’est peut-être pas une si bonne idée mais en gros ça dessinerait un rythme type tension cardiaque qui ferait penser à une chanson de Katy Perry affreuse (j’ai déjà cité Taylor Swift et The Voice et je ne veux pas me répéter, Bac L after effect) que vous entendriez malgré tout et malgré vous partout : en allant à McDonald’s utiliser un ticket restaurant retrouvé sous un coussin (et pourquoi pas? il y a bien des gens qui naissent avec 4 bras 4 chocolats, on les appelle d'ailleurs des Kinder Country), en amenant votre petite sœur chez le coiffeur du village, à votre dentiste (on dit chez nianiania), dans l’autoradio, dans vos cauchemars... un peu d’imagination....
[c'était le paragraphe pop...pardon, ct le paragraf pop]

Synthèse (et oui déjà, on ferme à 2H comme tous les bars) : Cette MASCARADE est à Moulin Rouge ce que Dino & Shirley est à 2001 l'odyssée de l'espace et au cinéma ce qu’une espadrille par temps de canicule est au gel douche Tahiti Amandes aux amandes douces de Tahiti.

Alors oui je vous vois venir : ces livres (dont vous êtes le héros? à vous de voir) où chaque phrase a une annexe chiante en sus...le bac...votre bac...notre bac...bonne chance...
Alors oui bis exemple même de critique que j’ai adoré écrire et que je détesterai relire, peut-être, quoi on peut pas être méta deux secondes? et qui s'auto-détruira comme les dinosaures...jadis...on en reparle plus tard? On s'appelle.

PS : Malgré l'absence notable et notée de chicken au menu du vol, je recommande tout de même la compagnie China Eastern.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 200 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Oswald 雷雷雷 The Greatest Showman