👉 1er juillet : Les extraits de commentaires sont à nouveau disponibles dans les feeds 🥳.
Et toutes les mises à jours sont à retrouver ici : journal de bord de SensCritique.

Pioché au hasard parmi les quelques téras de films qui dorment sagement dans les divers disques durs de la maison, nous étions bien partis pour nous moquer franchement de ce film pragmatique d'un aplomb sans failles (c'est-à-dire : lourdeau). Le début commence comme une romance érotique : un bg de soldat, insolemment rasé et le sourire en coin, frappe à la porte d'une maison de banlieue (ou à la campagne, j'ai rien compris) où se trouve une mère esseulée, prête à jeter son dévolu sur le premier soldat qui pourrait remplacer son fils décédé au combat.
Parce le coquin de David Collins (c'est le nom du soldat bg), ce fut un grand ami du fils disparu ! Il est venu porter la parole du défunt, tout gentil et attentionné qu'il est. A un moment, je me suis demandée s'il allait faire son coming-out tellement il était copain avec Caleb (le mort). Heureusement, la fille de la famille est arrivée, et un plan à trois dans cette romance érotique a pu être engagé dans mon cerveau.
Bref, en fait David est très chelou car il est parfait. Il est formidable. A un moment, il porte des kegs de bière comme Schwarzy porte des troncs d'arbre, je me suis dit que peut-être j'allais un jour l'aimer autant qu'Arnold s'il continuait dans cette voie-là. Il est super fort à la bagarre, vraiment, c'est un expert ; il est aussi fin séducteur (avec les filles, avec les mamans mais aussi avec les jeunes hommes et les papas). Toute cette perfection se double d'une étrangeté extra-terrestre ou robotique (coucou Terminator), bien rendue avec la mise en scène froide, un montage rigolo et une musique x-filesques ; face à lui tous les personnages sonnent justes et ont l'air d'être de vrais humains, on sent une véritable authenticité dans leurs réactions débiles.
Il y a un second degré permanent assez redoutable dans cet film (souligné par le beau titre en bleu sci-fy), puis ça prend des proportions hors-norme quand le black chauve de the wire et de fringe entre en scène, toujours en train de refermer sa veste, en mode "i'm military police, shut the fuck up and let me go", il débarque parce qu'en fait David serait un méchant (ce qui expliquerait pourquoi il veut se couper les doigts et changer de visage tu me diras). S'ensuit fusillade, semi-course poursuite, pléthores de morts violentes et gratuites (les mieux), et une dernière séquence dans un lycée avec les décors de la fête Halloween over the top : un putain de labyrinthe hanté trop cool, des éclairages très chouettes et de la fumée disco partout. David traîne sa jambe blessée et me rappelle le papa de Shining, c'est un clin d'oeil grossier et mignon à la fois.

ça me fait bien marrer de voir que The Guest est indiqué comme "thriller psychologique", ça lui donne un air sérieux alors qu'il s'agirait plutôt d'une bonne série B.
slowpress
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur.

il y a 7 ans

15 j'aime

1 commentaire

The Guest
slowpress
7
The Guest

How to get laid : the movie

Pioché au hasard parmi les quelques téras de films qui dorment sagement dans les divers disques durs de la maison, nous étions bien partis pour nous moquer franchement de ce film pragmatique d'un...

Lire la critique

il y a 7 ans

15 j'aime

1

The Guest
g0urAngA
8
The Guest

Critique de The Guest par g0urAngA

The Guest ne paie pas de mine comme ça, mais se révèle être diablement efficace et malin. En effet, le film utilise énormément les codes du cinéma et les rend à l'écran à sa manière afin de pouvoir...

Lire la critique

il y a 7 ans

11 j'aime

1

The Guest
Fatpooper
5
The Guest

Don't trust U.S.

Un peu mitigé face à ce film. C'est surtout le scénario qui est étrange : d'un côté, il y a cette intrigue intimiste avec cet intrus qui pénètre cette famille et de l'autre il y a cette trame digne...

Lire la critique

il y a 7 ans

9 j'aime

Carrie au bal du diable
slowpress
10

If you want some terror, take Carrie to the prom

Ceux qui me suivent depuis un moment savent que je m'intéresse de près à la figure de la femme dans les films d'horreur : le genre dans le genre comme dirait Superjèr. (Ceux qui ne le savent pas le...

Lire la critique

il y a 7 ans

54 j'aime

12

Terminator 2 - Le Jugement dernier
slowpress
9

Une nounou d'enfer

Déjà, Terminator premier du nom était sexy avec ses lumières bleues et son synthétiseur. Je m'étonnais moi-même de ne pas cracher sur Schwarzy et je fondais comme une petite fille devant Sarah...

Lire la critique

il y a 8 ans

49 j'aime

7

Une femme sous influence
slowpress
10

La mort du cygne

Quelques femmes, dans l’univers, virevoltent au ralenti, les bras lourds tentent de faire s’envoler le corps par la grâce. Mabel est l’une d’elles. Personne ne veut danser - les costumes-cravates...

Lire la critique

il y a 8 ans

46 j'aime

8