👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Te dire que les méchants c'est pas nous

Ils sont de retour, mais cette fois-ci pas pour nous jouer un sale tour à coup de montage traficoté sur la table d'opération (cf la première bande-annonce du Suicide Squad de 2016...). En effet James Gunn profite là de passer une tête dans la porte de l’écurie DC avec un film R-Rated à faire rougir les fesses de Deadpool sous le coup de fouet. Et l’occasion aussi ici d’avertir contre d’éventuels spoilers dans ce qui suit.

Obstáculos Son Oportunidades

Pour revenir rapidement sur l’origine incongrue du projet, il suffit de prendre à partie le t-shirt jaune poussin de Rick Flag (Joel Kinnaman). Sur son torse est sérigraphié ce qui ressemble à un lapin brandissant une pancarte « Obstáculos Son Oportunidades ». Ce qui se révèle ici être la dimension méta du film, même si elle ne réveillera pas les foules en pleine nuit, a tout de même le don de montrer comment James Gunn a pris avec philosophie son renvoi de chez Disney. La raison à des tweets antédiluviens ressortis à son encontre et sur fond de cette bonne vieille cancel culture dont le holster est titillé au moindre écart de mauvais goût dans l'expression des uns et des autres.

L’opportunité pour lui, à ce moment-là, de se laisser alpaguer par DC. L'occasion faisant le larron, il réalisera sur le vif ce The Suicide Squad censé redorer un tant soit peu le blason de Warner Bros niveau super-héros. Le temps pour Disney de se bouffer quelques doigts avant de rappeler illico presto James Gunn pour Les Gardiens de la Galaxie Vol.3.

Cette dimension méta, assez satisfaisante pour ceux qui prendront le temps d’observer, se double d’un discours politique plus ostentatoire, se résumant surtout à des bribes sur l’impérialisme sauvage américain mais qui n’ira pas nécessairement plus loin que nourrir les aversions des spectateurs pour certaines parties prenantes de l’histoire (quoique...). Le divertissement étant ici le maître-mot de James Gunn et ses génies du mal.

Gunn’s goons

Car ce qui nous intéresse ici, bas du front que nous sommes, c’est de savoir qui va vivre, qui va crever, mais surtout sous quelles types de tortures les vies seront-elles salement ôtées ? Par un "game of thrones" carrément précipité les cadavres s’entassent dès l’introduction. Avec des effets gores régressifs, poussifs et finalement jouissifs pour qui s’abandonnera sous les giclées de sang et dislocations avec côtes apparentes.

Sous ces drames à la pelle, les super-vilains, tant connus que plutôt obscurs de l’univers DC Comics et choisis par James Gunn, ne manqueront pourtant pas de s'essayer à des envolées drolatiques et comiques qui m’auront fait lâcher de nombreuses petites exultations incontrôlées. Par exemple, sans en dévoiler trop, Peacemaker (John Cena) en slip blanc éclatant au milieu de la jungle, Polka-Dot Man (David Dastmalchian) et la retranscription visuelle de son syndrome d’Oedipe carrément inversé ou encore King Shark (Sylvester Stallone) en cousin très éloigné de Kevin Malone dans The Office.

Au delà de ça, dans la droite lignée de ses gardiens de la galaxie et des films de bande, James Gunn, sans réinventer la recette des blockbusters super-héroïques certes, offrira cependant une belle dynamique d’ensemble par des relations et des interactions travaillées par petites touches entre les membres d’infortune de sa suicide squad. Par exemple la relation entre Bloodsport (Idris Elba) et Cleo Cazo (Daniela Melchior) qui se retrouvera une forme de figure paternelle. Tout cela aboutissant à une authenticité et une alchimie qui peuvent se révéler assez rares dans ce genre de productions. Si bien qu'à un moment avancé du film j'ai pu me dire, ayant eu mon quota de massacres, que ceux qui se feraient zigouiller à partir de maintenant me feraient vraiment un peu de peine en dedans la cage thoracique.

Fantabulous Harley Quinn part 2

En plus de créer un nouveau film, James Gunn prend appui sur le travail précédemment réalisé dans le DCEU. Démontrant ainsi le consciencieux de sa démarche et sa volonté de respecter et renouveler le semblant de direction artistique pas toujours bien entretenue par Warner Bros jusqu'ici. Il fera en particulier la part belle au film sur Harley Quinn et sa fantabuleuse émancipation (Birds of Prey, un film plutôt réussi en fait). Il s’en inspire tant visuellement que thématiquement offrant à Harley Quinn (Margot Robbie bien sûr) non pas un rétropédalage dans le développement de son personnage mais des confirmations et continuités pavant un peu plus avant le chemin de son émancipation. Il y a d’ailleurs à ce titre une évasion virevoltante qui rappelle en écho direct la séquence du film précédent dans le commissariat, ses chorégraphies et son approche visuelle tout en montrant un personnage plus méthodique et serein dans les bottages de fesses.

C’était là d’ailleurs la seule invitation du studio intimée à James Gunn : essayer d’intégrer Harley Quinn à l’histoire. Pour le reste il a eu ce qui semble être une carte blanche. Il en résulte un divertissement qui m’aura tout du long convaincu de ne pas bouder mon plaisir. Les spectateurs friands de ce genre de délires spontanés -qui tentent une générosité moins aseptisée par des plans précalculés sur la comète de la rentabilisation et du profit à long terme- ne s'en porteront vraiment pas plus mal.

il y a 10 mois

14 j'aime

9 commentaires

The Suicide Squad
Sergent_Pepper
6

Gore to the picture

Pour être la première puissance mondiale, il faut forcément être plus malin que les autres. Ça pique un peu de l’admettre, mais c’est un cercle vertueux - ou vicieux, selon le point de vue adopté :...

Lire la critique

il y a 9 mois

61 j'aime

1

The Suicide Squad
Behind_the_Mask
8

Des n'oeil plein les étoiles... Ou l'inverse

C'est fou ce que l'ajout d'un seul mot dans un titre peut tout changer. Car en 2016, Suicide Squad, c'était le fond du panier du film de super. Tandis que, comme d'hab' quand il s'agit de mauvais...

Lire la critique

il y a 10 mois

58 j'aime

5

The Suicide Squad
Ketchoup
10

Ratatouille, au rapport!

Yeah! Trop content! C'est vraiment fou l'expérience que l'on vit avec le cinéma à mesure que les années défilent. D'abord, avec Justice League, en 2017, j'étais abasourdi en sortant de la salle de...

Lire la critique

il y a 10 mois

39 j'aime

19

Spider-Man: No Way Home
-Thomas-
1

#BalanceTonSpiderCochon

(Attention aux spoilers éhontés) Douloureux d’un marketing enclin à jouer les précieuses ridicules (au point de livrer des affiches pleines de trous censées garder le secret de soi-disant orgasmes...

Lire la critique

il y a 5 mois

44 j'aime

44

Nomadland
-Thomas-
8
Nomadland

L'Empire de la solitude

"No, I'm not homeless, I'm just... houseless, not the same thing, right ?" - Fern Chloé Zhao, d’origine chinoise et vivant aux Etats-Unis, signe avec Nomadland un film d’une ambition cachetée...

Lire la critique

il y a plus d’un an

35 j'aime

5

John Wick : Parabellum
-Thomas-
8

30 millions d'ennemis

Parabellum commence là où le deuxième volet finissait. John Wick est épuisé, tailladé de partout, mais il doit combattre une armée d'assassins dont chacun espère bien décrocher les 14 millions de...

Lire la critique

il y a 3 ans

31 j'aime

4