👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Au départ annoncé comme un reboot de ce qui semble devenir une saga, The Suicide Squad avait déjà réussi à créer une grande attente chez les fans de comics et bizarrement des fans du film de David Ayer. Parce qu’aussi surprenant que cela puisse paraître, il existe des gens qui ont passé un agréable moment devant Suicide Squad.

James Gunn quitte Marvel (pour finalement le re-rejoindre) mais entre temps Warner Bros saute sur l’occasion pour lui donner la suite de Suicide Squad, sans un Will Smith fatigué et un Jared Leto qui en fait trop (pour notre plus grand bonheur).
Le réalisateur des Gardiens de la Galaxie a pu déployé l’univers qu’il voulait, le studio lui ayant laissé carte blanche.

Et premier constat, quand James Gunn fait ce qu’il veut, on obtient un joyeux bordel complètement délirant. Et autant vous le dire d’entrée, The Suicide Squad est un excellent film de divertissement.
La séquence d’introduction impose déjà le tempo d’une partition sans fausse note : c’est bête, c’est gore, c’est imprévisible.

Je pense avoir dérangé la moitié de la salle à hurler de rire. On ne sait jamais à quoi s’attendre et il s’agit là d’une des plus grandes forces du film. The Suicide Squad n’aura aucune limite et aucune pitié pour ses personnages (le nombre de morts dans le film est hallucinant).

Impossible de s’ennuyer devant le nouveau film du DCEU tant le rythme ne laisse pas une seule seconde de répit. Il y a de l’action tout le temps, de la violence gratuite certes mais très graphique et créative. Le film se renouvelle sans cesse et fourmille d’idées amusantes et de personnages attachants.

Le nouveau casting de la Suicide Squad avait tout pour rebuté et pourtant tout pour réussir. En reprenant le meilleur du pire du dernier opus, à savoir Margot Robbie (qui incarne Harley Quinn à la perfection, donnant toujours plus de profondeur à son personnage et qui montre tout son talent comique), Joel Kinnaman en soldat qui casse des bouches et Viola Davis froide et cruelle.
Côté nouveaux entrants, Idris Elba est aussi classe que ridicule puisque surtout présent pour se moquer ouvertement du personnage de Will Smith. John Cena a enfin un bon rôle au cinéma, Hollywood s’étant décidé à finalement lui faire jouer de vraies chorégraphies, chose assez logique pour un catcheur. Son Peacemaker est peut-être le plus taré de la bande. « Je tuerai femmes et enfants pour faire régner la paix »
King Shark est un parfait prétexte pour des scènes à la violence inouïe et Ratcatcher parvient à nous émouvoir.

Derrière toute cette violence se cache un sous-texte intéressant (pas très subtil, mais on prend quand même) sur les forces américaines. Des soldats américains qui font des dommages collatéraux, s’occupent de conflits d’autres nations, ça vous rappelle quelque chose ?
Ainsi, la scène où Harley Quinn zigouille des soldats avec des flingues et que des fleurs apparaît tout autour d’elle, on comprend rapidement la bonne dose de seconde degrés derrière. (En plus d’être une géniale idée de mise en scène)

Avec son Suicide Squad, Gunn envoie un message aux studios américains. Oui, il est possible de faire de la mise en scène dans un film de super-héros, d’utiliser le montage pour autre chose que simplement regrouper plein de scènes entre elle, qu’il est possible de créer des décors non pas impressionnants mais qui à l’image paraissent intéressants.
En fait, ce n’est pas parce qu’on crée un film de super-héros qu’on n’a pas pour autant le droit de faire du cinéma.

Ainsi, James Gunn s’amuse avec son commando de bâtards comme il s’amuse avec son spectateur. Et dans une ère cinématographique où les blockbusters ont tendance à se répéter, (et surtout les productions de films super-héroïque) voir une telle prise de risque donne beaucoup d’espoir pour la suite.

Dems
8
Écrit par

il y a 10 mois

2 j'aime

The Suicide Squad
Sergent_Pepper
6

Gore to the picture

Pour être la première puissance mondiale, il faut forcément être plus malin que les autres. Ça pique un peu de l’admettre, mais c’est un cercle vertueux - ou vicieux, selon le point de vue adopté :...

Lire la critique

il y a 10 mois

61 j'aime

1

The Suicide Squad
Behind_the_Mask
8

Des n'oeil plein les étoiles... Ou l'inverse

C'est fou ce que l'ajout d'un seul mot dans un titre peut tout changer. Car en 2016, Suicide Squad, c'était le fond du panier du film de super. Tandis que, comme d'hab' quand il s'agit de mauvais...

Lire la critique

il y a 10 mois

59 j'aime

5

The Suicide Squad
Ketchoup
10

Ratatouille, au rapport!

Yeah! Trop content! C'est vraiment fou l'expérience que l'on vit avec le cinéma à mesure que les années défilent. D'abord, avec Justice League, en 2017, j'étais abasourdi en sortant de la salle de...

Lire la critique

il y a 10 mois

39 j'aime

19

Le Dernier Voyage
Dems
7

Voyage dans la Lune (Rouge)

Annoncé à peine quelques jours avant sa sortie salle, (et donc la réouverture des cinémas) Le Dernier Voyage de Romain Quirot avait surpris et en même temps fasciné de par son affiche aux couleurs...

Lire la critique

il y a 1 an

9 j'aime

1

Loki
Dems
8
Loki

Loki l’avait prédis ?

Qu’on aime ou qu’on n’aime pas, la fin tonitruante des deux derniers films Avengers marquait l’achèvement du Marvel Cinematic Universe. Et je dois être honnête, à part quelques films pour qui j’ai de...

Lire la critique

il y a 10 mois

4 j'aime

1

Titane
Dems
9
Titane

Alexia au dos d’argent

Après son excellent Grave, la réalisatrice Julia Ducournau avait généré une grande attente de la part des cinéphiles et cinéphages. Sa bande-annonce cryptique, cadencée à la musique She’s not There...

Lire la critique

il y a 10 mois

4 j'aime