Jacen - Trip in Asia

Avis sur The World of Us

Avatar Jacen Likes  - Gwenael Germain
Critique publiée par le

The world of us (2016) – 우리들 / 95 min
Réalisatrice et scénariste : Yoo Ga-Eun – 윤가은.
Actrices principales : Choi Soo-In ; Seoul Hye-In ; Lee Seo-Yeon.
Mots-clefs : Corée ; Enfance ; Émerveillement.

Le pitch :
Sun rencontre Jia la veille des vacances estivales. Elle qui est toujours laissée à l’écart par ses camarades va se lier d’amitié avec cette nouvelle au cours de l’été. Mais la rentrée des classes approche, et Sun craint qu’à l’école, leur amitié ne change…

Premières impressions :
Avec Kissing Cousin de Jang Hyun-Sang, The world of us est LA révélation du FFCP 2016. Ayant jusqu’ici fait parler d'elle pour ses courts-métrages enchanteurs, Yoon Ga-Eun a franchi le cap du premier long métrage avec une telle maestria que beaucoup la compare déjà au fabuleux réalisateur japonais Kore-Eda Hirokazu (Nobody Knows, Tel père tel fils, Notre petite sœur).

Pour le moment, le travail* de la réalisatrice se concentre uniquement sur le seul thème de l’enfance et de l’adolescence. En interview, Yoon Ga-Eun révèle qu’elle s’inspire de son propre passé et qu’elle regrette particulièrement de n’avoir pas su garder contact avec une amie durant son enfance. De cette histoire personnelle douloureuse, elle a tiré deux films, son premier court-métrage « The taste of salvia » en 2009 et « The world of us » en 2016 qui en est une version longue et plus aboutie. Toutefois, malgré une catharsis certaine, il y a dans l’œuvre de la réalisatrice quelque chose de purement universel, une capacité formidable à capter le monde de l’enfance dans sa beauté, sa difficulté et sa complexité. Sans s’alourdir d’une quelconque morale éducatrice, le film nous parle avec énormément de justesse des relations sociales entre enfants, mais aussi de celles avec les adultes.

Tourner avec des enfants est certainement une des choses les plus compliquées pour un réalisateur, pourtant Yoon Ga-Eun y excelle. Dans The world of us, le jeu des enfants est formidable de naturel. Ce résultat est le fruit d’un énorme travail de casting, plus d’un an, ainsi que d’un gros travail d’observation et de complicité avec les acteurs. Plutôt que de faire apprendre des textes, la réalisatrice a préféré discuter avec les enfants pour connaître leurs ressentis et savoir comment ils réagiraient dans des situations similaires. Le tournage a alors été très libre et les personnages sont finalement très proches des acteurs qui les incarnaient.

Ce besoin de vraisemblable se ressent beaucoup dans la manière de filmer. La caméra de Yoon Ga-Eun reste toujours à la hauteur des yeux des enfants, souvent très près de l’action. La réalisatrice se concentre sur les visages et se focalise sur les sentiments. D’ailleurs, elle explique qu’elle n’utilise que très peu la musique car elle souhaite capter les émotions sur le vif et les rendre telles quelles, sans falsification. Toute cette bienveillance nous permet de glisser petit à petit dans un monde de l’enfance que nous avions oublié.

Se concentrant sur le quotidien sans être ennuyeux. Instinctif sans être brouillon. Baignant dans une parfaite lumière sans être contemplatif, The world of us est une perle rare que je conseille à tous et en particulier à ceux qui pense que le cinéma coréen n’est composé que de mauvais films d’actions et de drames longuets. Qu’on se le dise, Yoon Ga-Eun est une réalisatrice sur laquelle il faudra compter et j’ai vraiment hâte de découvrir ses prochains films que j’espère tournés vers l’adolescence.

*Les courts-métrages, The taste of salvia, Guest et Sprout ont également été diffusés au FFCP lors d’une Masterclass en présence de la réalisatrice. Tous les trois prennent l’enfance et l’adolescence pour thème.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 362 fois
2 apprécient

Jacen Likes - Gwenael Germain a ajouté ce film à 4 listes The World of Us

Autres actions de Jacen Likes - Gwenael Germain The World of Us