Robotporn & Cocaïne

Avis sur Transformers : The Last Knight

Avatar ycatlow
Critique publiée par le

On n'en sort certainement pas grandi. Sans doute un peu moins intelligent. C'est idiot, grandiloquent, sexiste.
Mais c'est visuellement époustouflant. Même Star Wars et Star Trek ont du mal à rivaliser... En même temps, Michael Bay a réinventé le blockbuster moderne en 1996 avec The Rock, et l'a re-réinventé en 2011 avec Transformers 3 et la bataille de Chicago, et tous ensuite (d'Avengers 1 et 2 à Star Trek Into Darkness, en passant par Man of Steel, voire Rogue 1) s'en sont en partie inspirés, plus ou moins consciemment. Ce n'est pas forcément un bel héritage, mais il est là, et Michael Bay semble avoir les coudées toujours plus franches pour en mettre plein la vue tout en paraissant s'en contrefoutre royalement.

Certains plans, certaines images iconiques, la musique lyrique et puissante de Steve Jablonsky, la photographie de Jonathan Sela, la beauté formelle et mécanique de batailles storyboardées à en rendre jaloux les Wachowski, pourraient faire regretter que Michael Bay n'essaie pas de réaliser un film plus sérieux, comme le film de SF ultime par exemple.
Si ça explose, l'homme peut tout filmer.

Mais non, il y a aussi des robots débiles, des docteurs diplômées en littérature et philosophie à Oxford qui s'habillent en minijupe parce qu'être le croisement de Megan Fox et Angelina Jolie ne suffit pas à la caméra complaisante de Michael, et il y a, bien sûr, Mark Wahlberg dans l'un de ces rôles bas-du-front dont il est malheureusement si familier.

Heureusement, si les 20 premières minutes sont une sorte de racolage à l'attention des pré-pubères, la suite donne l'impression que le scénariste a passé la main à son pote cocaïné jusqu'aux yeux. Il n'y a plus aucune cohérence de ton si ce n'est celle qu'aurait la course aveugle et magique d'un poulet cyborg décapité. Et c'est plutôt drôle à regarder.

Reste cette interrogation : Anthony Hopkins. Pardon, Sir Anthony Hopkins. Plusieurs BAFTA, un Oscar, un Golden Globe... Sa page wikipédia commence ainsi :

Figure majeure du cinéma britannique et américain, parfois considéré
comme l'un des meilleurs acteurs encore vivants...

Elephant Man, Le Silence des agneaux, Dracula, Les Vestiges du jour... mais aussi Transformers 5.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 343 fois
4 apprécient

Autres actions de ycatlow Transformers : The Last Knight