👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Un film comme on en fera jamais plus. Deux monstres sacrés, un plus que l'autre à ce moment-là, et quel monstre : Gabin, qui bouffe l'écran, qui file mal au ventre tout le film, soit parce qu'on se bidonne de ses tirades et fanfaronnades, soit parce qu'il colle une boule à faire chialer rien qu'en mangeant un bonbon sur un banc. Et puis Audiard, le génie du verbe, la quintessence du phrasé, le vocabuliste sublime, lui aussi tour à tour plaisantin et philosophe de comptoir. J4ai compté, j'arrive à deux répliques cultes à la minute. Pour le coup, Verneuil s'efface, il laisse la place aux génies, et il a bien raison. Gabin-Audiard, les princes de la réplique, les seigneurs. Ils nous laissent à nos putasseries les seigneurs, ils sont à 100 000 mots à nous. Eux ils tutoient les anges. Hélas, au propre comme au figuré aujourd'hui.
Cinemaniaque
10
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Les meilleurs films sur l'amitié masculine

il y a 11 ans

9 j'aime

1 commentaire

Un singe en hiver
SBoisse
10

Un singe en hiver : un chef d’oeuvre à déguster avec modération

Quelle belle rencontre que celle de trois monstres sacrés du Septième art gaulois – Henri Verneuil, Jean Gabin et Jean-Paul Belmondo – et de deux des plus fines plumes de notre littérature...

Lire la critique

il y a 6 ans

65 j'aime

7

Un singe en hiver
Alexandre_Bainé
10

Vague à l'âme

Adapté du roman éponyme d'Antoine Blondin ayant reçu le prix Interallié en 1959, Un singe en hiver réunit pour l'unique fois la star du cinéma français et la vedette de la Nouvelle Vague. Au début du...

Lire la critique

il y a 7 ans

65 j'aime

13

Un singe en hiver
JZD
10

Mourir saoûl, c'est mourir debout !

Je vous accorde que j'avais sans doute terriblement soif, avant de commencer ; peut être que le film ne vaut pas tant, mais est-ce important ? Ce film est la rencontre entre deux alcoolismes, entre...

Lire la critique

il y a 10 ans

64 j'aime

17

Frankenweenie
Cinemaniaque
8

Critique de Frankenweenie par Cinemaniaque

Je l'avoue volontiers, depuis 2005, je n'ai pas été le dernier à uriner sur le cadavre de plus en plus pourrissant du défunt génie de Tim Burton. Il faut dire qu'avec ses derniers films (surtout...

Lire la critique

il y a 9 ans

51 j'aime

2

American Idiot
Cinemaniaque
7

Critique de American Idiot par Cinemaniaque

Il est amusant de voir comment, aujourd'hui, cet album est renié par toute une génération (et pas seulement sur SC)... À qui la faute ? À un refus de la génération née début 90 de revendiquer les...

Lire la critique

il y a 10 ans

44 j'aime

3

Hiroshima mon amour
Cinemaniaque
4

Critique de Hiroshima mon amour par Cinemaniaque

Difficile d'être juste avec ce film : il faudrait pour pouvoir l'apprécier être dans le contexte socio-culturel de sa sortie, ce qui est impossible à reproduire aujourd'hui. Je distingue relativement...

Lire la critique

il y a 11 ans

44 j'aime

1