Un singe en hiver : un chef d’oeuvre à déguster avec modération

Quelle belle rencontre que celle de trois monstres sacrés du Septième art gaulois – Henri Verneuil, Jean Gabin et Jean-Paul Belmondo – et de deux des plus fines plumes de notre littérature contemporaine – Antoine Blondin et Michel Audiard ! Pourtant, innombrables sont les affiches prestigieuses à avoir accouché d'avortons : la grâce ne s’additionne pas et un brillant casting ne préjuge pas d’une œuvre durable.


Or, non seulement Un singe en hiver ne déçoit pas ses promesses, mais Verneuil parvient à allier drame social et franche comédie. Mieux, il obtient l’improbable osmose entre l’immense star et le jeune porte-drapeau de la Nouvelle vague… Il transcende jusqu’aux seconds rôles, Suzanne Flon joue magnifiquement sa partition toute en retenue.


Que reprocher à une telle réussite ? Rien, si ce n’est sa part d’ombre. Antoine Blondin a longtemps écrit comme il vivait, avec légèreté, impertinence et fulgurances… à la recherche d’une félicité impossible. Blondin buvait. Si l’alcool à vingt-cinq ans fait sourire ; Bébel excelle dans cet exercice ; de mémoire de noctambule, nul ne vit de vieil ivrogne arborer le panache triomphant d’un Gabin mûrissant. Les dernières années de Blondin furent pathétiques. Effrayés, ses ultimes amis le fuyaient. Il est mort seul, définitivement seul. Blondin construit son roman autour de l’idée, sa grande espérance, que l’amitié serait insoluble dans l’alcool. L'eau-de-vie délirait les langues, l’imaginaire et les talents… et favoriserait les rencontres. Hélas, si le drogué est triste, l’alcoolique chronique est seul. Une épopée nocturne, immobile et individuelle est certes possible, en Chine ou en Espagne, à vélo ou sur une jonque, mais les réveils sont solitaires et douloureux. L’âge accentue la difficulté. L’organisme vieillit, se dérègle et la béance entre vie rêvée et réalité s’accentue. Malheur au singe isolé dans Paris, l’hiver lui sera fatal.


J’ai bien conscience que ma critique pèche par sa noirceur. À ma décharge, J’invoquerai mon affection pour Blondin et, peut-être, une morale trop stricte. J’entends Blondin éclater de rire à tant de sottises. Le film demeure magnifique, Gabin et Bébel sont radieux. Foncez !


2019

Le 27 août 2015

65 j'aime

7 commentaires

Un singe en hiver
voiron
8

Critique de Un singe en hiver par voiron

Un singe en hiver, film d’Henri Verneuil de1962, adapté d’un roman d’Antoine Blondin du même nom. Jean Paul Belmondo nous laisse une filmographie impressionnante. Parmi tous ses films, le film Un...

il y a plus d’un an

65 j'aime

28

Un singe en hiver
SBoisse
10

Un singe en hiver : un chef d’oeuvre à déguster avec modération

Quelle belle rencontre que celle de trois monstres sacrés du Septième art gaulois – Henri Verneuil, Jean Gabin et Jean-Paul Belmondo – et de deux des plus fines plumes de notre littérature...

il y a 7 ans

65 j'aime

7

Un singe en hiver
Alex-La-Biche
10

Vague à l'âme

Adapté du roman éponyme d'Antoine Blondin ayant reçu le prix Interallié en 1959, Un singe en hiver réunit pour l'unique fois la star du cinéma français et la vedette de la Nouvelle Vague. Au début du...

il y a 7 ans

65 j'aime

13

Gran Torino
SBoisse
10
Gran Torino

Ma vie avec Clint

Clint est octogénaire. Je suis Clint depuis 1976. Ne souriez pas, notre langue, dont les puristes vantent l’inestimable précision, peut prêter à confusion. Je ne prétends pas être Clint, mais...

il y a 6 ans

122 j'aime

27

Mon voisin Totoro
SBoisse
10

Ame d’enfant et gros câlins

Je dois à Hayao Miyazaki mon passage à l’âge adulte. Il était temps, j’avais 35 ans. Ne vous méprenez pas, j’étais marié, père de famille et autonome financièrement. Seulement, ma vision du monde...

il y a 5 ans

121 j'aime

11

Astérix en Corse - Astérix, tome 20
SBoisse
10

Papa, Astérix et moi

J’avais sept ans. Mon père, ce géant au regard si doux, déposait une bande dessinée sur la table basse du salon. Il souriait. Papa parlait peu et riait moins encore. Or, dans la semaine qui suivit, à...

il y a 6 ans

119 j'aime

30