Besson reste Besson et sera toujours Besson...

Avis sur Valérian et la Cité des mille planètes

Avatar Armand Saussac
Critique publiée par le

J'ai résisté, résisté... puis comme je suis pas rancunier, une fois de plus, je me suis lancé dans un film de Besson après qq semaines de mise en condition. Promis, juré, craché : avec l'esprit ouvert !!! Juste en espérant me régaler devant les personnages de Mézière et Christin enfin portés sur grand écran en essayant d'oublier, non seulement ses autres films, mais surtout le massacre total du personnage de Tardy d'il y a qq années. Donc me voilà devant Valérian dans d'excellentes conditions (vidéoprojecteur HD, son 7.1, image de 3m de base et en VOSTFR bien sûr).

Et bin... au moins Besson est un mec constant et sur qui on peut compter pour la régularité : il ne fait que des merdes !!! Non non, ça se respecte ça, surtout qu'il arrive à faire du blé avec...

Non mais, franchement, déjà un Valérian avec une gueule de poupon à peine sorti de l'adolescence, faut arrêter de déconner quoi ! Pourquoi ne pas avoir pris directement un acteur de 12 ans tant qu'à faciliter l'identification de la cible ado ? Je sais pas, moi à 10 balais mon cœur battait quand même au rythme des aventures d'un "vieux" comme Harisson Ford dans les Indiana Jones. Même critique pour Laureline mais qui a au moins l'avantage d’être vraiment mignonne (bon oui ok, je reste un mec). En plus on peu pas dire qu'ils soient très bons le duo là, mais au vu de leurs autres films, je pense que c'est plus la faute du metteur en scène et des dialogues nazes qu'on leur met en bouche... Scénario de qui déjà ?

Le top (involontairement) hilarant du film : les animations sur la planète pleine de plages avec des petits bestiaux qui font caca des boules de couleur et où les gens ont des portes d'entrées de maison qui ressemblent à des vagins... heu... on passe d'un film à... un dessin animé style un pixar pauvre en idées et érotisé à la Marc Dorcel de la grande époque. On attend presque l'arrivée d'un Buzz l'éclair tout braquemart dehors pour honorer la princesse qui se balade à moitié à poil... En tout cas on est loin d'Avatar (dont les personnages, ici, sont bien un peu pompés sur ceux de Cameron, même s'ils sont plutôt bien troussés ainsi que leur culture qu'on comprend avec une immédiateté instinctive... Tu me diras, elle est pas compliqué non plus à saisir leur culture, ça reste du Besson... Disons qu'elle est assez basique pour qu'on la comprenne vite...).

Mais tout ça ne serait rien sans l'incapacité éternelle de Besson à savoir écrire un bon scénar et à le filmer. Que dis-je un "bon" scénar... qu'il essaie déjà un scénar tout court serait pas mal... Un scénar où les enjeux et les personnages seraient au centre du film juste pour, je sais pas... le rendre simplement intéressant et pas un prétexte à des scènes d'actions interminables...

Bon la photo d'Arbogats est toujours plutôt chouette mais c'est bien le seul atout, comme dans tous les autres films de Luc me direz vous... Valérian c'est et ça reste du Besson : aucune invention de réalisateur, que du pompage, des dialogues lourds et plats, une intrigue qui tient sur un morceau de papier toilette (et encore, sur le petit bout du morceau qui est resté propre un lendemain de cuite), un humour qui ne manque jamais... de rater sa cible, des séquences inutiles et ratées (ici en place et lieu de l'essayage de la gamine dans Léon, une prestation de Rihanna qui lap-dance en transformiste extra-terrestre qui dure 3 plombes. Ha il était content de l'avoir sur son plateau pour nous la faire supporter si longtemps...).
Le film n'est que poursuites interminables qui s'enchainent sans enjeu ni suspens dans un univers où on étale bien qu'on a eu plein de sous pour en foutre plein la vue. Donc au final un film jetable et inintéressant surmonté d'une musique plate et oubliable avant même de l'avoir dans les oreilles (mais c'est vrai, elle a au moins l'avantage de ne pas être insupportable comme celles de son copain d'avant : Eric Serra. Serra qui, avec sa musique de m..., a réussi l'exploit de fusiller à lui tout seul un Bond plutôt sympa... Les producteurs de 007 étant loin d’être cons, il n'a jamais pu réitérer son massacre sur la franchise ).

Pour résumer et c'est un engagement : BESSON NE ME VOLERA PLUS JAMAIS DE TEMPS DE VIE !!! Je pense que s'il n'a toujours pas compris ce qu'était un bon film, voire même un film moyen, voire même un film regardable sur la 6 un soir comateux, il est trop tard désormais pour que ce miracle se produise... En tout cas je ne me ferai plus jamais avoir par ce monsieur qui n'a pour seul talent que celui de savoir faire du blé en montant des productions ambitieuses... Tu me diras, ça fait au moins bosser quelques potes techniciens et c'est déjà pas si mal.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 197 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Armand Saussac Valérian et la Cité des mille planètes