Ca fait belle lurette que Besson ne m'a plus émoustillé avec ses films mais à l'annonce d'un tel projet c'était un peu revenu. Au même titre qu'un Ridley Scott par exemple la nostalgie de ses premiers films continue à agir assez pour se mettre à attendre ce fameux Valérian. Il faut dire que notre bonhomme nous tease son "fleuron du cinéma Français" depuis des années, une promo également relayée par une complicité médiatique bienveillante ou intéressée.


Besson n'est pas devenu un mauvais réalisateur malgré sa récente filmographie, le problème survient quand il coiffe sa casquette de scénariste devenue un peu trop grande pour lui. Sa plume est plutôt efficace quand il s'agit de série B musclée avec des top models dans des voitures mais pour les intrigues plus complexes c'est difficile.


Le 5ème élément réussissait pourtant là ou Valérian se loupe, la faute premièrement aux personnages. D'un côté ils sont charismatiques et débitent des punchlines qui font mouche à chaque réplique, de l'autre on a un couple qui joue un jeu de séduction maladroit au milieu de personnages secondaires assez random. Les dialogues pas très inspirés vont de paire avec un casting inadapté qui sautait aux yeux dès la bande annonce.


Finalement Cara Delevingne s'en sort moins mal que prévu malgré un mauvais doublage en V.F qui l'a fait chuchoter pendant tout le film. Clive Owen et Ethan Hawke font le boulot sans vraiment convaincre, quant à l'apparition de Rihanna c'est bizarre comme une impression de voir un clip musical au milieu du film. Ceci dit le subterfuge de son apparence changeante permet de la reléguer au hors champ la plupart du temps. Beaucoup de personnages d'ailleurs font un passage express pour ne pas dire vain avant de repartir dans les profondeurs, celui d'Alain Chabbat par exemple.
Concernant Valérian l'erreur de casting saute aux yeux, Dehaan n'est pas très crédible en James Bond de l'espace. Il n'a pas la séduction nécessaire ni le charisme d'un Bruce Willis, il ne correspond tout simplement pas au personnage pourtant rajeuni dans le film. Ca aurait pu passer à condition qu'il y ait une alchimie palpable entre lui et Laureline mais elle ne transparaît guère.


Outre les personnages l'intrigue est trop confuse en devenant de moins en moins prenante au cours du film jusqu'à paraître longuette. Pourtant le début du film s'annonçait très sympa, l'intro façon documentaire pas forcément utile sur les poignées de mains intersidérales était au moins une bonne idée de départ.


Les idées de petits gags et de gadgets S.F fonctionnent d'ailleurs très bien notamment lors de la meilleure séquence du film, celle du Big market . On retrouve cette richesse dans les détails au niveau des costumes et autres accessoires loufoques, ce n'est plus Jean Paul Gaultier qui tient la machine à coudre mais ça a de la gueule. Valérian ne porte pas de marcel orange fluo ni Laureline de robe en rouleaux de P.Q mais ça reste plus coloré qu'un film de S.F classique.


L'esthétique du film dans son ensemble est une réussite y compris les nombreux effets spéciaux. J'avais un peu peur à ce niveau là en voyant certains personnages dans la bande annonce ou quand on m'a dit que c'était la boîte de Peter Jackson qui gérait le truc, les films de ce dernier ne brillant pas dans ce domaine. Andy Serkis ne prête pas ses traits à un alien ou une quelconque bête pour une fois et malgré l'habituelle lenteur des expressions ceux-ci sont assez crédibles.


Ce bel écrin et ce casting bling bling peuvent faire illusion pendant un temps mais l'absence d'enjeux clairs et les problèmes de scénario sont trop préjudiciables. Les trucs obvious comme les robots tueurs ou les incohérences énormes telles que la survie des Pearls réfugiés dans une épave de vaisseau alors que toute leur planète explose, sans parler de leur apprentissage express, sont également dommageables. A noter aussi que les voyages temporels ne sont pas utilisés alors que c'était un élément sexy qui démarquait la série des autres sagas de S.F.

Créée

le 27 juil. 2017

Critique lue 10K fois

112 j'aime

15 commentaires

archibal

Écrit par

Critique lue 10K fois

112
15

D'autres avis sur Valérian et la Cité des mille planètes

Valérian et la Cité des mille planètes
guyness
3

Les gens vils, selon Saint Luc

Traverser les galaxies, réunir 1000 planètes pour découvrir que tous les aliens de la création ont l'humour de Luc Besson... Foncer droit vers les étoiles, et tomber sur la cité d’Emile pas net...

le 6 déc. 2017

79 j'aime

32

Du même critique

Mad Max - Fury Road
archibal
10

Les fous du volant

Enfin un film qui tient ses promesses, les multiples bandes annonces faisaient plus que saliver et je redoutais qu'elles aient défloré trop de choses sans parler de la déception qui suit...

le 14 mai 2015

92 j'aime

9