Affiche Van Gogh

Critiques de Van Gogh

Film de (1991)

« Une succession de moments de faiblesse ; mais au bout, quelle force ! »

Le dernier Pialat qui me restait à voir est celui qui, après la Palme de Sous le soleil de Satan, le voit poursuivre son ambition d’un cinéma de grande envergure. Reconstitution historique, grand sujet, la peinture, grand homme, Van Gogh, un film inédit par son ampleur, 2h40, soit presque le double d’un bon nombre de ses films antérieurs. Pialat, le chef de gare de ce monument, a clairement... Lire la critique de Van Gogh

30 3
Avatar Sergent Pepper
8
Sergent Pepper ·

Critique de Van Gogh par Cinemaniaque

Le projet de Pialat en filmant une nouvelle biographie de Van Gogh s'oppose a celui de Minnelli dans "La vie passionnée de Vincent van Gogh" : filmer le reel au sein d'une representation hyper-codifiee alors que Minnelli filmait la peinture au sein d'une biographie hyper-codifiee. Car ce n'est pas tant l'artiste que sa douleur qui interesse Pialat, son immense solitude qu'il voudrait briser mais... Lire l'avis à propos de Van Gogh

11
Avatar Cinemaniaque
8
Cinemaniaque ·

Critique de Van Gogh par ghyom

A l'opposé du lyrisme de Minnelli, Pialat nous offre une vision sèche, brute de Van Gogh. Rien ne semble fantasmé ou nourrir le fantasme du spectateur. Van Gogh n'est pas le peintre maudit, sa folie n'est pas exaltée comme l'est souvent celle des créateurs. Van Gogh est un être humain certes torturé mais surtout peu aimable. Il est froid, cassant, manque de considération pour les autres même... Lire l'avis à propos de Van Gogh

19 4
Avatar ghyom
9
ghyom ·

Lumière d’été.

Les soixante-sept derniers jours de la vie de Vincent van Gogh (Jacques Dutronc) jetés à la figure du spectateur par Maurice Pialat avec une sorte de brutalité magnifique et un étrange film trop long. D’abord, si l’on n’a pas quelques lumières sur l’itinéraire du peintre, que comprend-on en voyant descendre du train le 20 mai 1890 à Auvers sur Oise un vagabond lunaire ? Un vagabond qui prend... Lire la critique de Van Gogh

8 4
Avatar Impétueux
6
Impétueux ·

Puissance vitale

Le "Van Gogh" de Pialat est honni par les puristes, sans doute parce qu'il se refuse à toute opposition romantique entre l'Art et la vie (façon Minnelli), et qu'il choisit de ne montrer que la vie (et donc la mort). Pire, l'oeuvre de Van Gogh n'est pas exaltée (les tableaux montrés sont de pauvres copies), et il n'apparaît pas comme... Lire l'avis à propos de Van Gogh

8
Avatar Eric Pokespagne
9
Eric Pokespagne ·

Chronique d’une mort annoncée

L’actuelle rétrospective Mubi m’ayant donné l’occasion de me plonger dans les longs-métrages de Maurice Pialat (seuls Le Garçu, et L’Enfance nue me manquent encore au moment où j’écris ces lignes), je ressors de Van Gogh avec l’impression d’avoir assisté à une somme audacieuse. Regarder à peu de temps d’intervalle autant de films d’un même... Lire l'avis à propos de Van Gogh

3 1
Avatar Paul Wew
9
Paul Wew ·

Critique de Van Gogh par corumjhaelen

Chef d'oeuvre anti-biographique qui évite tous les pièges du sujet : pas ou presque de tentative de sublimation à l'écran de la peinture Van Goghienne, pas d'oreilles coupées et de method acting imbécile, mais une réflexion puissante sur la place de l'artiste dans la société. Le film brille par sa simplicité, son absence de volonté de bien faire, sa beauté vraie, sa reconstitution minitieurse... Lire l'avis à propos de Van Gogh

5
Avatar corumjhaelen
10
corumjhaelen ·

Un génie en folie.

Van Gogh fut au départ un projet très personne pour Pialat car ce dernier avait voulu être peintre, avant de s'orienter vers le cinéma, ce qui explique certainement la longueur du film, dont on sent qu'il veut s'attarder sur cet univers qu'il semble aimer. Le film relate les deux derniers mois de la vie de Vincent Van Gogh et ses relations conflictuelles avec son frère, Théo, et on voit son... Lire la critique de Van Gogh

4
Avatar Boubakar
7
Boubakar ·

La tristesse durera toujours

Printemps 1890, Vincent Van Gogh arrive à Auvers-sur-Oise. Bientôt un coup de pistolet va éteindre à jamais ses soleils et la faux de la mort moissonner pour toujours ses récoltes blondes. Ce Van Gogh-là ne ressemble pas au peintre que l’on dissèque sur un prie-dieu dans les écoles d’art. Il a les traits exclusifs de son père d’adoption, créature bicéphale et tourmentée : Maurice Pialat et... Lire l'avis à propos de Van Gogh

1
Avatar Thaddeus
9
Thaddeus ·

Tu pousses le bouchon un peu trop loin, Maurice !

La comparaison de ce Van Gogh de Maurice Pialat avec La Vie passionnée de Vincent van Gogh réalisé par Vincente Minnelli ne peut être évitée. Là où le réalisateur américain opère une véritable démonstration du génie du peintre, Maurice Pialat se contente de décrire les derniers jours de l'artiste, sans qu'aucun indice quant à sa postérité ne soit révélé. Ce choix artistique... Lire l'avis à propos de Van Gogh

2 1
Avatar Kevin R
6
Kevin R ·