Like a vagin

Avis sur Vidéodrome

Avatar Miho
Critique publiée par le

Si il y a bien un truc qui m'énerve quand je regarde un film, c'est d'avoir le sentiment que quelque chose m'échappe, ce qui est exactement le cas dans « Videodrome » ci. J'ai beau l'avoir vu et revu, pas même encore plus tard qu'il y a quelques jours, il me laisse toujours la désagréable et frustrante impression que je n'ai pu l'appréhender dans sa totalité et qu'il me résiste. Cette frustration est malgré tout ce qui rend « Videodrome » si génial puisque c'est l'effet recherché par Cronenberg, le film jouant sans cesse sur la frontière entre illusion et réalité.

Max, magistralement interprété par James Wood, est à la tête d'une petite chaîne de télé câblée, racoleuse à souhait, proposant des programmes axés sur le porno soft et la violence. Alors qu'il est à la recherche de nouvelles émissions à diffuser, il tombe sur une retransmission pirate appelée Videodrome, montrant des jeunes femmes qui subissent sévices sexuels et torture. Mais suite au visionnage répété des séquences de Videodrome, Max commence à être victime d'hallucinations de plus en plus étranges qui l'éloignent du réel.

Cette sensation d'être sans cesse perdu en regardant ce film provient d'abord du choix de Cronenberg de nous montrer le déroulement de l'histoire uniquement du point de vue de Max. Terre à terre, parfaitement lucide voire un peu cynique, il s'adonne à des rituels sado-masochistes avec Nicky, une animatrice radio rencontré sur un plateau de télévision. Débute alors la mise en abîme puisque qu'il semble tout autant captivé par les images de Videodrome que nous le sommes par les images de « Videodrome », mais celui de Cronenberg dans notre cas.

Le réalisateur interroge, par l'intermédiaire de son personnage principal, nos pulsions enfouies, le plaisir éprouvé face à la représentation visuelle de la violence, de la sexualité et par là même, évidemment, notre coté voyeuriste. Nous sommes donc dès le départ confrontés à nos propres contradictions, tout comme Max qui répétera à plusieurs reprises qu'il ne regardait ces séquences de torture uniquement dans un but professionnel.

Au fur et à mesure que Max hallucine et s'enfonce dans la folie, le questionnement passe sur notre capacité à discerner le réel du virtuel. Videodrome est-il mis en scène ou est-ce réellement en train de se produire ? Sommes nous certains, alors que les hallucinations ont cessé, que ce n'est pas une nouvelle qui la remplace ?

Et au final qui se cache derrière Videodrome ? Il semblerait que ces vidéos, provoquant une tumeur cérébrale, aient pour but d'être utilisées par des yes-men à la solde d'obscurs politiciens afin de dominer les accros du tube cathodique. Mais ces informations viennent du mystérieux professeur Brian O'Blivion, expert en médias, dont on ne connait de lui qu'une identité virtuelle alors que personne ne l'a aperçu depuis des années. Vous suivez toujours ? Non ? C'est normal.

La complexité du scénario et cette théorie du complot vient volontairement accentuer la paranoïa ambiante, nous égarant alors non seulement dans l'idée de virtualité mais également dans celle de la moralité. Que cela soit le bien ou le mal, ces concepts disparaissent car perdent leur sens dans le délire engendré par Videodrome.

Néanmoins, si le rapport aux images caractérise Cronenberg, on peut en dire tout autant de son attrait pour l'organique et le corps humain.

Rick Baker, maquilleur ayant bossé entre autres pour Lucas, Dante, Burton, etc. n'est probablement pas étranger dans le rendu esthétique abasourdissant des hallucinations de « Videodrome ». Le corps de Max s'ouvre au niveau de l'abdomen en une fente vaginale pour accueillir la cassette de Videodrome devenue vivante, des bouches sensuelles sortent de l'écran, un flingue fusionne avec un bras devenant arme de chair et de métal...

Chez Cronenberg tout est sexuel et corporel, tout est fait de fluides et de tissus mais en étant dans le même temps froid et irréel. Ce décalage nous immerge dans un univers poisseux, où nous alternerons sans cesse entre fascination morbide et dégoût instinctif. Cette thématique sera d'ailleurs reprise à nouveau par Cronenberg et explorée sous l'angle vidéoludique bien plus tard dans « eXistenZ » mais c'est une autre histoire ici encore.

« Videodrome » frappe bien entendu en tant qu'œuvre viscéralement dérangeante mais également par sa modernité visionnaire. Alors que nous pataugeons dans la médiocrité avilissante de la télé-réalité et la facilité complaisante des torture movies à la « Saw » ou autres « Hostel », Cronenberg nous expliquait déjà il y a plus de 25 ans l'impact conscient ou non des images. Il me semble donc que ce film devrait être déclaré d'intérêt public et diffusé en boucle sur TF1 à 20H50 le dimanche soir.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 4142 fois
126 apprécient · 2 n'apprécient pas

Autres actions de Miho Vidéodrome