" L'important c'est d'aimer " est à remettre dans son contexte.

1972, Zulawski réalise " Le diable " en Pologne, qui tombe sous le coup d'une censure très violente. Il décide de venir tourner en France " L'important c'est d'aimer " en 1975 avant de rencontrer une vraie reconnaissance avec " Possession " en 1981. " L'important c'est d'aimer " est donc réalisé dans une période de crise pour le réalisateur, ce qui s'en ressent tout le long du film.

Romy Schneider y incarne une actrice de seconde zone, partagée entre son amour pour son mari, porté à l'écran par Jacques Dutronc, et pour un photographe (Fabio Testi). Cependant réduire le film à une simple histoire d'amour contrariée serait très injuste au vu de la complexité du scénario.

" L'important c'est d'aimer " débute sur une scène inoubliable. Romy Schneider est sur le tournage d'un obscur porno horrifique et doit déclamer un " Je t'aime " qui ne parviendra jamais à sortir. Les larmes coulent sur son visage, dans un décor ensanglanté où une réalisatrice s'époumone. Et alors que Fabio Testi immortalise dans un coin cet instant de fragilité avec son appareil photo, elle lui dira dans un souffle : " Je suis une comédienne, vous savez, je sais faire des trucs bien. Ça ici, je le fais pour bouffer, c'est tout, alors ne prenez pas de photos ".

Tout est dit. L'incapacité à aimer dans un monde aussi agressif, les multiples facettes de l'être, l'amour du cinéma, la violence des rapports humains. Zulawski, par une réalisation baroque et volontairement artificielle (zooms et dézooms, cadres dans le cadre, sons omniprésents) déclinera ces thématiques à travers une galerie de personnages sadiques, fêlés, perdus, hors normes.

On retiendra Romy Schneider évidemment, magnifique, capable de transmettre n'importe quelle émotion par un simple regard, rongée par la peur de vieillir. Jacques Dutronc, dont c'est ici le premier rôle principal au cinéma, cache sous des airs de clown insouciant un homme blessé et effrayé. Mais Zulawki n'oublie pas les seconds rôles non plus, même si on ne peut pas vraiment parler de " seconds " ici, tels que Klaus Kinsky incarnant son doppelgänger, acteur excessif et révolté.

Tous se croisent dans un monde pourri, sombre, sadique d'où pourtant émergeront les sentiments les plus passionnels. Finalement " L'important c'est d'aimer " pourrait être vu comme le pendant colérique et brutal du " Mépris " de Godard. On y retrouve le cinéma personnalisé à l'écran mais un cinéma bis, rejeté et mal aimé, où pullulent freaks et acteurs ratés. Romy Schneider est aussi paumée que Brigitte Bardot, mais là où celle-ci incarnait un fantasme sexiste de la femme légère et volage, Romy Scheinder ne cédera jamais à la facilité, même si tiraillée entre son intelligence et son image, allant jusqu'à expliquer à Jacques Dutronc pourquoi elle ne le méprise pas.

Zulawski nous livre un film extrêmement violent et poisseux, insistant dans chaque plan sur la bassesse et les failles de l'être humain. Cruel sans jamais être gratuit, " L'important c'est d'aimer " nous laisse nauséeux mais nous permet d'émerger d'une certaine indifférence insidieuse. Salutaire.
Miho
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur.

Le 14 février 2011

45 j'aime

3 commentaires

L'Important c'est d'aimer
oso
7

Alimentaire, mon cher public

Andrzej Żuławski n’est pas le genre de bonhomme qui fait du cinéma pour flatter la rétine de son public. Lui, son truc, c’est de le mettre mal à l’aise, de le plonger au fond d’un gouffre peuplé...

Lire la critique

il y a 7 ans

22 j'aime

3

L'Important c'est d'aimer
Alligator
4

Critique de L'Important c'est d'aimer par Alligator

janv 2011: J'avais de ce film un souvenir, lointain il est vrai, où les pleurs de Romy Schneider et la musique de Georges Delerue jouaient le rôle de catalyseur de grandes émotions, mais par trop...

Lire la critique

il y a 9 ans

19 j'aime

2

L'Important c'est d'aimer
LouvedAvalon
10

L'Important c'est qu'il ne laisse pas indifférent

Ce film divise et ce film me divise aussi même après revisionage, je dirais surtout pour ce sentiment d'attraction-répulsion constant. Au delà de la recherche du sordide, du subversif volontaire,...

Lire la critique

il y a 4 ans

17 j'aime

37

Take Shelter
Miho
5
Take Shelter

Protège-moi

Après son remarqué Shotgun Stories, Jeff Nichols fut consacré cette année lors de la Semaine de la Critique à Cannes avec Take Shelter, chronique sociale et familiale matinée d'ambiance paranoïaque...

Lire la critique

il y a 11 ans

65 j'aime

7

L'Important c'est d'aimer
Miho
9

Love me two times

" L'important c'est d'aimer " est à remettre dans son contexte. 1972, Zulawski réalise " Le diable " en Pologne, qui tombe sous le coup d'une censure très violente. Il décide de venir tourner en...

Lire la critique

il y a 11 ans

45 j'aime

3

Shortbus
Miho
9
Shortbus

Le bus magique

Premier avertissement : si vous n'avez pas envie de voir des bites, des chattes, des seins en gros plans et des partouzes, passez directement à un autre film. Deuxième avertissement : si le cinéma...

Lire la critique

il y a 11 ans

45 j'aime

1