Après son remarqué Shotgun Stories, Jeff Nichols fut consacré cette année lors de la Semaine de la Critique à Cannes avec Take Shelter, chronique sociale et familiale matinée d'ambiance paranoïaque. Le film choisit, dès l'introduction, de s'axer sur son personnage principal et sur ces visions cauchemardesques qui gangréneront progressivement sa vie tout comme celle de son entourage. Curtis La Forge, mari et père de famille tranquille, devient en effet rapidement persuadé qu'une tempête étrange se prépare et se convainc qu'il doit tout mettre en œuvre pour se protéger.

On retrouve dans le film de Nichols quelques thèmes forts du cinéma indépendant d'outre-Atlantique : une ruralité tombée dans l'oubli, la sécurité en apparence protectrice d'une vie répétitive, la cellule familiale comme rempart faillible à la violence extérieure, etc. En y ajoutant une dimension apocalyptique, le réalisateur se démarque cependant de la représentation d'un danger imminent généralement incarné de l'intérieur – on pensera parfois à Sam Peckinpah – pour le déplacer vers quelque chose de plus diffus, incontrôlable, qu'est celui engendré par la nature.

Take Shelter placera alors sans cesse son personnage entre ciel et terre, le premier élément étant source d'angoisse, changeant et imprévisible, là où l'autre est tangible, façonné par la main de l'homme, source de vie. La photo d'Adam Stone, habitué aux documentaires, souligne du reste brillamment cette dichotomie, tout en douceur froide.

Mais si formellement le film est une réussite, il pêche par une écriture approximative et un sérieux manque de rythme. Nichols a voulu rendre cette montée graduelle de l'angoisse qui s'empare de Curtis en privilégiant les silences et les plans fixes, ce qui pour résultat de lénifier toute la seconde partie du film, bien trop longue. La faute probablement à une mise en scène qui ne nous implique pas émotionnellement, multipliant maladroitement les pistes afin d'appréhender cette paranoïa envahissante. Car si la soudaineté de la peur panique est parfaitement rendue, Nichols se sert d'une symbolique trop appuyée pour illustrer son propos.

Les différentes clefs permettant de saisir la personnalité de Curtis ne seront finalement qu'effleurées, bien trop simplistes pour qu'elles permettent d'élever Take Shelter au-delà du métrage anecdotique. La question de la maladie mentale – la mère du personnage principal étant schizophrénique depuis des années – constitue une peur supplémentaire mais qui est vite balayée par quelques scènes de justifications approximatives. Idem pour la crise économique qui sous-tend le film, Nichols explicitant chaque détail : les crédits qui pèsent sur la famille, les difficultés d'accès aux soins médicaux ou l'appréhension du chômage. Assez inutiles tant on comprend immédiatement dans quelle situation se trouve cette famille figurant la middle class américaine, ces plans extrêmement répétitifs alourdissent la narration, galvaudant l'onirisme et la poésie du film.

Si Michael Shannon et surtout Jessica Chastain, solaire et tout en colère intériorisée, sont très justes ; là encore le réalisateur ne sort pas des sentiers battus dans sa façon de présenter un couple en crise. L'amour et l'attachement à leur fille sourde-muette devant sortir Curtis de son délire psychotique ne sont pas suffisamment exploités, ne nous permettant pas de nous sentir touchés par ce lien censément salvateur.

Le final contraste alors étonnamment avec l'ensemble du film, osé et dénotant d'une vraie prise de risque. Nichols cesse enfin de nous prendre par la main pour nous déstabiliser, ce qui amène son film dans une dimension bien plus intéressante. Dommage donc qu'en dehors de quelques séquences saisissantes, Take Shelter n'ait pas suivi cette voie tout du long, restant bien trop sage et convenu.
Miho
5
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Vu ou revu à l'Etrange Festival 2011

Le 12 juin 2011

65 j'aime

7 commentaires

Take Shelter
takeshi29
9
Take Shelter

D'ores et déjà un classique

Si vous n'êtes pas contre une bonne dose de cinéma anxiogène, ou si vous aimez Terrence Malick, ou si vous frissonnez encore en vous remémorant le dernier plan de "Melancholia" (1), ou si vous êtes...

Lire la critique

il y a 10 ans

83 j'aime

9

Take Shelter
guyness
7
Take Shelter

Twist lent au bal orageux de la fin du monde

Bâtir un film sur son dénouement est éminemment casse-gueule. D'autant que d'entrée de jeu, seule deux options sont proposées: soit notre héros est fou, soit il est visionnaire. De ce nœud classique...

Lire la critique

il y a 10 ans

79 j'aime

10

Take Shelter
Alexis_Bourdesien
6
Take Shelter

Take ta baffe dans la figure

Enfin, je l’ai vu, ce cher Take Shelter, et dire que je l’attendais beaucoup est un euphémisme, depuis que j’ai pu voir cette année Mud Sur les bords du Mississippi, pour moi le film de cette morne...

Lire la critique

il y a 9 ans

78 j'aime

22

Take Shelter
Miho
5
Take Shelter

Protège-moi

Après son remarqué Shotgun Stories, Jeff Nichols fut consacré cette année lors de la Semaine de la Critique à Cannes avec Take Shelter, chronique sociale et familiale matinée d'ambiance paranoïaque...

Lire la critique

il y a 11 ans

65 j'aime

7

L'Important c'est d'aimer
Miho
9

Love me two times

" L'important c'est d'aimer " est à remettre dans son contexte. 1972, Zulawski réalise " Le diable " en Pologne, qui tombe sous le coup d'une censure très violente. Il décide de venir tourner en...

Lire la critique

il y a 11 ans

45 j'aime

3

Shortbus
Miho
9
Shortbus

Le bus magique

Premier avertissement : si vous n'avez pas envie de voir des bites, des chattes, des seins en gros plans et des partouzes, passez directement à un autre film. Deuxième avertissement : si le cinéma...

Lire la critique

il y a 11 ans

45 j'aime

1