👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Une image frappe, singulière. Face à un drone qui l’a repérée, une femme décoche une flèche. L’engin, humilié, presque animal, semble se débattre alors qu’elle le tire au sol et l’achève à coup de pierre. Victoire de l’Homme sur la machine, de l’archaïque sur l’ultra-moderne. Le ton est donné.

La guerre qu’évoque le titre, c’est celle que mène Halla, prof de chant et terroriste écolo, contre l’industrie l’aluminium locale. L’énergique quinqua ne recule devant rien pour protéger sa chère terre islandaise des ravages environnementaux. Mais les autorités sont à ses trousses, et son désir de maternité pourrait tout faire basculer…

Benedikt Erlingsson réussit un très beau portrait de femme (Halldora Geirhardsdottir, sobre mais juste), une Amazone lucide, fiévreuse, portée par l’urgence d’agir, déchirée entre son désir de maternité et l’horreur du monde qu’elle transmet en héritage. Véritable OVNI cinématographique, son Woman at War est une tragédie poético-absurde, engagée, portée par un humour féroce. Le message peut sembler facilement consensuel (il faut protéger la planète), il se révèle au contraire plus ambigu qu’il n’y paraît. La violence est-elle acceptable quand la cause est juste ? Peut-on sauver le monde contre la volonté générale ? Halla elle-même, dans la lutte qu’elle mène contre le “monstre froid” capitaliste, tord le cou à certains de ses principes : la diffusion de son manifeste ressemble à un happening, et elle n’hésite pas à prendre l’avion pour aller chercher une enfant en Ukraine.

D’où vient ce sentiment d’étrangeté ? Peut-être des paysages islandais, grandioses. Ou de la musique, mélodies traditionnelles scandées par une sorte de choeur antique. Ou peut-être encore du tableau de cette société islandaise, tolérante et paisible, que l’on ne parvient pas à imaginer ravagée par la montée des mers. Jusqu’aux ultimes minutes, aussi belles que terribles, annonciatrices du drame qui attend les futurs réfugiés climatiques...

Pauline_Vallée1
8

il y a 4 ans

5 j'aime

2 commentaires

Woman at War
SBoisse
8
Woman at War

L’éco-warrior est bonne mère

Que peut-il venir de bon d’Islande ? Des sagas et des poésies scaldiques hermétiques, des sources d’eau chaude, des paysages plats et froids, du poisson surgelé et un film fascinant. Quinquagénaire...

Lire la critique

il y a 3 ans

31 j'aime

8

Woman at War
takeshi29
6
Woman at War

Attention, l'abus de "Woman at War" peut provoquer l'envie de faire des Free Hugs à Morano et Boutin

Drôle de film que celui-là qui a réussi à m'attraper au moment où je m'y attendais le moins. La première partie fut rude et mon irritation grande : ok je vois, film inattaquable à cause des sujets...

Lire la critique

il y a 4 ans

26 j'aime

5

Woman at War
Fritz_Langueur
8
Woman at War

Nouvelle guerre picrocholine ?

Halla est une quinqua accomplie et appréciée, célibataire, sportive, elle dirige une chorale. De prime abord, rien de bien exceptionnel. Mais Halla est aussi une femme en colère qui s'insurge de la...

Lire la critique

il y a 4 ans

20 j'aime

9

I Am Not Your Negro
Pauline_Vallée1
8

Face sombre des Etats-Unis

A partir d’un texte original de James Baldwin, Raoul Peck (ni plus ni moins que l’actuel président de la Femis) a décidé de réaliser I Am Not Your Negro, film-documentaire très étoffé sur la...

Lire la critique

il y a 5 ans

4 j'aime

Tempête de Sable
Pauline_Vallée1
7

(Re)mariage

Le film débute et se finit par deux moments forts, en miroir, presque en contraste. Suleiman et Layla, le père et la fille, dans la voiture, complices au début, elle apprenant à conduire, porteuse...

Lire la critique

il y a 4 ans

3 j'aime

The Young Lady
Pauline_Vallée1
7

Lady Chatterley meurtrière

Lady McBeth ou encore Emma Bovary, les comparaisons littéraires ne manquent pas pour inspirer Katherine, héroïne du dernier film de William Oldroyd, lui-même adaptaté du roman russe Lady Macbeth du...

Lire la critique

il y a 4 ans

2 j'aime