Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Années 1960. George Falconer perd le goût de vivre quand il apprend par téléphone la mort de son compagnon, Jim, avec qui il partageait sa vie depuis seize ans. (Il ne sera même pas autorisé à aller à l'enterrement, "famille seulement" ). Le film commence huit mois plus tard. George est hanté chaque nuit par le souvenir de son amour perdu, s'imaginant la scène de l'accident. Il doit alors se lever, la sensation de sa solitude s'installant au plus profond de lui, chaque matin. Et rituellement, il enfile le masque de George, professeur d'université, classe et bien habillé, sa seule devise étant de survivre à la journée qui s'annonce. Jusqu'au jour où il en a assez.

Colin Firth est éblouissant dans la triste peau de George Falconer. Il m'aura encore plus ému que dans "Le Discours d'un Roi", c'est pour dire. Il n'en fait jamais trop, et la moindre de ses actions nous blesse, on en arrive à ressentir la souffrance qu'il éprouve rien qu'en regardant ses yeux divaguer vers des souvenirs heureux (les scènes avec Matthew Goode, empreintes d'une certaine mélancolie). Une Julianne Moore triste et raffinée dans son élégante robe noire, magnifique dans son rôle d'amie. Un Nicholas Hoult à tomber avec ce charme uniquement réservé aux anglais, et les quelques minutes en compagnie de Jon Kortajarena raviront tout amateur(trice) de beauté.

Tom Ford aura fait de son premier film une vraie perle visuelle. C'est littéralement beau. Des couleurs évoluant en fonction des émotions ressenties par George, ces dernières normalement grises et saturées, augmentant en intensité lors d'une vision de beauté ou d'un souvenir heureux. Les costumes sont dignes de la garde robe la plus chic de James Bond, les coiffures sont méticuleusement pensées et la musique signée Abel Korzeniowski accompagne divers plans magnifiques.

- SPOILERS -
George n'a plus rien à perdre. Il est seul. Souffre. Ne ressent plus. Est invisible.

("But a minority is only thought of as one when it constitutes some kind of threat to the majority. A real threat or an imagined one. And therein lies the fear. If the minority is somehow invisible, then the fear is much greater. That fear is why the minority is persecuted. So, you see there always is a cause. The cause is fear. Minorities are just people. People like us.")

George décide de dire adieu à la vie. Après notes, démission, achat de munitions, et plusieurs tentatives, il tombe sur Kenny, un de ses élèves qui l'a suivit. George va alors recommencer à vivre le temps d'une nuit, "à sentir, plutôt qu'à penser". Et c'est en faisant la paix avec sa détresse, sous les derniers tic-tac d'une horloge que George tombera finalement.

Véritable sujet de réflexion quant à la perte d'un être cher, je sors très émue de ce film dont mes yeux n'auront pas loupé une seconde, mais auront versé quelques larmes. Ce serait bien que Tom Ford nous en refasse un comme ça!

Créée

le 28 déc. 2013

Critique lue 2.7K fois

55 j'aime

19 commentaires

Oberyn

Écrit par

Critique lue 2.7K fois

55
19

D'autres avis sur A Single Man

A Single Man
Nushku
9

Just get through the goddamn day

Le cadre du film, situé en Californie en pleine crise de Cuba, est somptueux. Le héros est habillé comme un dieu, encore plus que Don Draper de Mad Men, vivant dans une glass house héritée de Frank...

le 29 mars 2011

64 j'aime

24

A Single Man
takeshi29
9

Quand un vieux bouffeur de cinéma blasé est bouleversé...

http://youtu.be/JK45fn7wGMc Voilà la raison pour laquelle le cinéma continue à me dévorer, et peut-être aussi la raison pour laquelle je suis parfois sévère avec certains films : celle de sortir...

le 18 juil. 2011

63 j'aime

11

A Single Man
Oberyn
10

La tristesse d'un homme

Années 1960. George Falconer perd le goût de vivre quand il apprend par téléphone la mort de son compagnon, Jim, avec qui il partageait sa vie depuis seize ans. (Il ne sera même pas autorisé à aller...

le 28 déc. 2013

55 j'aime

19

Du même critique

Reservoir Dogs
Oberyn
10

Are you gonna bark all day, little doggy?

Or are you gonna bite? Pour son premier film (sans compter l’abimé et très amateur « My Best Friend’s Birthday » bien évidemment), Quentin Tarantino, avec Reservoir Dogs, réinvente les codes du film...

le 16 sept. 2014

152 j'aime

21

A Single Man
Oberyn
10

La tristesse d'un homme

Années 1960. George Falconer perd le goût de vivre quand il apprend par téléphone la mort de son compagnon, Jim, avec qui il partageait sa vie depuis seize ans. (Il ne sera même pas autorisé à aller...

le 28 déc. 2013

55 j'aime

19

Aliens, le retour
Oberyn
4

Aliénation

Déjà, il faut savoir un truc: non, je n'ai rien contre James Cameron en général. J'aime beaucoup Titanic (oui), les blockbusters, et je fais partie de ceux qui ont bien aimé Avatar (je peux vous...

le 6 juil. 2014

50 j'aime

15