Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Quand un vieux bouffeur de cinéma blasé est bouleversé...

http://youtu.be/JK45fn7wGMc

Voilà la raison pour laquelle le cinéma continue à me dévorer, et peut-être aussi la raison pour laquelle je suis parfois sévère avec certains films : celle de sortir d'une séance sonné, bouleversé, avec des images, des sons, qui restent ancrés, qui vous suivent, qui vous obsèdent.

J'appréhendais un peu de voir ce film pour une raison très simple : Tom Ford. Je n'ai rien contre lui en particulier mais je craignais d'avoir à me taper un "produit" sophistiqué et froid, n'ayant pour unique ambition que de caricaturer le "In the mood for love" du grand Wong Kar-Wai. Alors oui, c'est sophistiqué, l'esthétique est tout simplement celle de "In the mood for love", mariant en continu couleurs chaudes et musique obsessionnelle.

Mais le miracle se produit, l'émotion grandit, le "produit" devient œuvre d'art, sans doute parce que Tom Ford ne se contente pas d'exploiter son idée de départ, même s'il la tient, et c'est une des forces du film, jusqu'au bout. Un nom m'est venu à l'esprit et c'est là que je me suis dit que ce film resterait probablement important pour moi : celui de Douglas Sirk, l'un des plus grands réalisateurs de mélos de l'histoire. Ce n'est pas tous les jours que je convoque ce grand monsieur en parlant du cinéma moderne, la dernière fois remontant au magnifique "Loin du paradis", avec déjà celle que je considère comme la plus grande actrice contemporaine, Julianne Moore.

Bon je m'arrête là, je pourrais continuer sur ce film pendant des pages, parler aussi de l'interprétation magistrale de Colin Firth, mais pour éviter de me faire sortir du site, je vais me laisser faire par ce film et comme à mon habitude quand je vis de tels moments cinématographiques, le laisser revenir me travailler quand il le souhaitera.

NB : Je m'étais contenté de l'achat du DVD, n'étant vraiment pas sûr de mon coup, quel c... ! Tant pis, je me rattrape en commandant la BO, comme à chaque fois en sortant d'un film où Umebayashi met son nez.

http://www.senscritique.com/album/A_Single_Man_Bande_Originale/critique/13205731
takeshi29
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de cœur et l'a ajouté à ses listes Ces scènes qui m'obsèdent, Mon Top 2010, Pour dire m.... au Top 10, J'aime les bobos... Oups pardon les BO et Allez, hop, à la bibliothèque !

Créée

le 18 juil. 2011

Critique lue 3.9K fois

63 j'aime

11 commentaires

takeshi29

Écrit par

Critique lue 3.9K fois

63
11

D'autres avis sur A Single Man

A Single Man
Nushku
9

Just get through the goddamn day

Le cadre du film, situé en Californie en pleine crise de Cuba, est somptueux. Le héros est habillé comme un dieu, encore plus que Don Draper de Mad Men, vivant dans une glass house héritée de Frank...

le 29 mars 2011

64 j'aime

24

A Single Man
takeshi29
9

Quand un vieux bouffeur de cinéma blasé est bouleversé...

http://youtu.be/JK45fn7wGMc Voilà la raison pour laquelle le cinéma continue à me dévorer, et peut-être aussi la raison pour laquelle je suis parfois sévère avec certains films : celle de sortir...

le 18 juil. 2011

63 j'aime

11

A Single Man
Oberyn
10

La tristesse d'un homme

Années 1960. George Falconer perd le goût de vivre quand il apprend par téléphone la mort de son compagnon, Jim, avec qui il partageait sa vie depuis seize ans. (Il ne sera même pas autorisé à aller...

le 28 déc. 2013

55 j'aime

19

Du même critique

Ernest et Célestine
takeshi29
8

Éric Zemmour : " "Ernest et Célestine" ? Un ramassis de propagande gauchiste "

"Ernest et Célestine" est-il un joli conte pour enfants ou un brûlot politique ? Les deux mon général et c'est bien ce qui en fait toute la saveur. Cette innocente histoire d'amitié et de tolérance...

le 15 avr. 2013

282 j'aime

34

Racine carrée
takeshi29
8

Alors, formidable comme "Formidable" ?

En 2010, la justice française m'avait condamné à 6 mois de prison avec sursis pour avoir émis un avis positif sur le premier album de Stromae (1). La conclusion du tribunal était la suivante : "A...

le 18 août 2013

258 j'aime

34