👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

L'un des inqualifiables nombreux manques à ma culture cinématographique est comblé. J'ai enfin vu Alien. Je redoutais cette confrontation avec ce monument annoncé. Fanatique absolu de Blade Runner, l'étiquette horreur de Alien me rebutait. J'ai une tendance à m'ennuyer profondément devant ces films à sursauts aux ficelles toutes similaires. Et bien, malgré la partie épouvante pure, je ne regrette pas la séance.

La première partie du film, tout en plans lents de paysages extraterrestres, de carcasses de vaisseaux embrumés, et travellings lancinants dans les couloirs crasseux du Nostromo, est simplement jouissive. Complètement hypnotisé, je devais constamment m'extraire de cette transe pour m'empêcher de percuter mon écran à force de vouloir instinctivement me plonger au cœur de l'image. Je comprend mieux à présent l'importance que prenait Alien dans nécrologie de Moebius. On reconnait tout à fait son style purulent, grouillant de détails, d'une noirceur folle, presque dégoulinante... La patte Métal Hurlant est bien là. Un régal visuel donc.

La seconde partie, plus versée dans la tension et la volonté manifeste de faire sursauter le spectateur, reste excellente, avec des retournements de situations bien dosés. On n'a pas à faire à un simple massacre en règle de l'équipage, mais à la résurgence de conflits latents au sein d'un groupe somme toute simple, là pour toucher sa prime et rentrer au bercail, confronté à l'inimaginable.

Concernant le casting, l'ensemble est excellent. Et à une hauteur stratosphérique supplémentaire, Sigourney Weaver éclabousse la pellicule de son jeu, entre autorité froide, crises de nerfs ou d'angoisse, plan serrés en légère contre plongée sur son visage incarnant peur et fureur mêlée, ruisselant de sueur. Maintenant je sais pourquoi c'est une actrice culte.

Si Ridley Scott n'avait pas encore tout à fait atteint la perfection formelle de réalisation qui fera son succès dans Blade Runner, il avait déjà signé avec Alien un film qui lui confère le statut de héros de la hard-SF sur grand écran.

Et Alien confirme que décidément, les chats sont les maîtres des humains.

il y a 10 ans

167 j'aime

18 commentaires

Alien - Le 8ème Passager
Hypérion
9

Mother ! You bitch !

L'un des inqualifiables nombreux manques à ma culture cinématographique est comblé. J'ai enfin vu Alien. Je redoutais cette confrontation avec ce monument annoncé. Fanatique absolu de Blade Runner,...

Lire la critique

il y a 10 ans

167 j'aime

18

Alien - Le 8ème Passager
Torpenn
9

La belle et la bête

Les aléas de mes acquisitions de films me font terminer ma rétrospective Alien par le tout premier. Je perds probablement en cohérence, mais je gagne au moins le mérite de mes nettoyer les yeux de...

Lire la critique

il y a 9 ans

160 j'aime

55

Alien - Le 8ème Passager
Senscritophiliste
10

Shakespeare disait : "Les dangers visibles nous causent moins d'effroi que les dangers imaginaires".

Une expérience, un mélange, orchestré avec maestria par Ridley Scott, s'inspirant des classiques tels que La Chose d'un autre monde et Planète Interdite pour élaborer un nouveau genre de cinéma qui...

Lire la critique

il y a 10 ans

100 j'aime

15

Princesse Mononoké
Hypérion
10

Un Miyazaki terrestre et mélancolique

Princesse Mononoké est un film à part dans la carrière de Miyazaki, une étape autant qu'une sorte de testament de son art. C'est peut être ce qui en fait l'un de ces films les plus adulés parmi ses...

Lire la critique

il y a 11 ans

449 j'aime

80

Le vent se lève
Hypérion
9

L'histoire d'un formidable égoïste

Le vent se lève, il faut tenter de vivre est définitivement un film à part dans la filmographie de Hayao Miyazaki, pour moult raisons que j'aurais bien du mal à évoquer de façon cohérente en un...

Lire la critique

il y a 8 ans

409 j'aime

34

Kaamelott
Hypérion
9
Kaamelott

Alexandre Astier, héros des temps télévisuels modernes

Alexandre Astier est remarquablement similaire à son personnage Arthur. Comme Arthur, il est responsable de tout (Roi du royaume / responsable scénario, musique, production, dialogues, direction,...

Lire la critique

il y a 11 ans

364 j'aime

57