Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

LADIES = Labor of Administration Department Inter... Exchange of Sexes ?

Les toilettes réservées aux femmes ne sont plus ce qu'elles étaient...


L'histoire : Une femme soldat de l'armée américaine (Ann Sheridan), et un soldat français (Cary Grant), forcément coureur, doivent effectuer une ultime mission ensemble dans l'Allemagne occupée de l'après-guerre. Les deux se chamaillent, la femme étant d'un caractère affirmé et taquin, ne se laissant pas impressionner par ce séducteur flegmatique (voire flemmard), un brin dans la lune, et plutôt malchanceux. Quand madame le lieutenant discute taf, si monsieur le capitaine s'en fout et la coupe, elle n'hésite pas à le remettre fermement à sa place, sans jamais briser le lien d'humour qui les unit.
On les suit dans leur mission où la virilité de Cary Grant est bien mise à mal, sans toutefois jamais perdre de son élégance, de sa dignité et de son sex appeal. Et si vous le voyez en VO, vous pourrez l'entendre lâcher un « What the fff ? Oh shhh ! » le plus classe du monde. Il n'y a que lui pour pouvoir faire ça. Et de se demander, inquiet, s'il est aussi séduisant en femme (qu'il l'est en homme). Après déshabillage, le beau Cary retrouvera toute sa virilité brûlante, personne n'en doute, en mode non stop, jour et nuit.


Hawks aux commandes fait voler en éclat les stéréotypes homme dominant/femme dominée, un exercice qui lui plaît et qu'il sait manier, toujours avec classe, drôlerie et tendresse. Hawks ne caricature pas ses deux protagonistes, servi par les interprétations de C. Grant et A. Sheridan. Et s'il fait preuve de féminisme, il le fait non pas en s'indignant du sort des femmes, mais en réclamant le droit aux hommes de s'affranchir des qualités supposées mâles qu'ils devraient revêtir ; comme on peut le voir dans la scène d'ouverture où Rochard (Grant) peine à faire preuve d'autorité, même avec les autres hommes. Il n'en est pas moins homme, peu importe le costume ou l'appellation.


Il y a bien quelques longueurs pendant ce film, mais la finesse de l'interprétation des personnages, qui réussissent à ne jamais se ridiculiser, et leur relation savoureuse les font largement pardonner. Si on ne rit pas aux éclats, l'humour et la cocasserie de cette comédie moderne font sourire souvent.

Melchiora
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de cœur et l'a ajouté à ses listes La femme, ce héros - films, Les meilleurs films sur le féminisme et Les meilleures Screwball Comedies

Créée

le 22 oct. 2015

Critique lue 401 fois

4 j'aime

5 commentaires

Melchiora

Écrit par

Critique lue 401 fois

4
5

D'autres avis sur Allez coucher ailleurs !

Allez coucher ailleurs !
Artobal
10

Les hommes sont des mariées comme les autres

S'il obéit au schéma de base de la comédie de sexe à l'américaine (au début ils ne s'aiment pas, après si), "Allez coucher ailleurs" présente des singularités qui en font un film unique. D'abord le...

le 17 oct. 2022

18 j'aime

5

Allez coucher ailleurs !
Gizmo
7

Voyage à deux

Dans l'Allemagne occupée d'après-guerre, militaires français et américains sont obligés de collaborer. Première partie : Le lieutenant Gates/femme/américaine et le capitaine Rochard/homme/français...

le 27 févr. 2011

12 j'aime

4

Allez coucher ailleurs !
Ugly
9

Une irrésistible satire de la bureaucratie militaire

C'est probablement une des meilleures comédies de Howard Hawks, qui bien qu'ayant touché à tous les genres, a pu exceller dans chaque, que ce soit en aventure (Hatari), western (Rio Bravo), film noir...

Par

le 15 avr. 2017

9 j'aime

3

Du même critique

Kama Sutra, une histoire d'amour
Melchiora
10

Caustique déclaration d'amour (no porn inside)

Très critiquée par les Indiens à la sortie de Salaam Bombay, qui n'avaient pas apprécié qu'elle y montre la misère actuelle, Mira Nair décide de faire un film sur le passé et l'histoire de l'Inde à...

le 7 oct. 2015

11 j'aime

3

L'Homme des hautes plaines
Melchiora
2

Le viol, c'est rigolo

Avec une scène de viol en préambule sur une femme qui y prendrait plaisir, ce film n'est rien d'autre qu'une grosse bouse, peu importe qu'il ait d'autres qualités par ailleurs. Je n'arrive pas à...

le 3 sept. 2015

9 j'aime

3

La Petite Maison dans la prairie
Melchiora
7

Travaux des champs : comment cesser de pleurer pour n'importe quoi.

Eh bien oui, je mets la généreuse note de 7 à La Petite Maison, série épouvantable par beaucoup d'aspects cuculs, conservateurs et de tout ce qu'on voudra, je tomberai d'accord à 100%. MAIS, gamine...

le 20 sept. 2015

9 j'aime

3