Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

En odeur de sainteté à Hollywood depuis la très bonne réception de "Fighter" et "Happyness Therapy", le cinéaste David O'Russell s'attaque cette fois à l'affaire Abscam, après un projet avorté dans les années 80 suite à la mort de John Belushi et reprenant le poste déserté par Ben Affleck.

Farce absurde et volontairement kitsch sur les apparences et la manipulation, "American Hustle" est l'antithèse parfaite du désastreux "Insaisissables", balançant aux orties tout effet tape à l'oeil et deus ex machina pour se concentrer avant toute chose sur ses personnages et ses dialogues, brillamment écrits et mis en images avec rythme et talent.

Se torchant avec les faits et pervertissant le concept du "film adapté de faits réels", le cinéaste épouse totalement son sujet, fusionne parfaitement le fond avec la forme, les manipulations se fondant parfaitement dans l'ambiance très clinquante de la fin des 70's, tout en mettant à jour l'absurdité d'un gouvernement laissant libres les véritables criminels pour mettre la main sur les mieux intentionnés de l'histoire.

Bien qu'exigeant et d'une durée conséquente, "American Hustle" parvient, derrière son humour pince sans rire, à retranscrire la souffrance de personnages hauts en couleur, bien plus complexes qu'ils n'y paraissent, chacun étant le pantin de l'autre alors qu'il pense le contraire depuis le début.

En excellent directeur d'acteur, David O'Russell donne une nouvelle occasion de briller à ses comédiens, tous excellents derrière leur maquillage volontairement outrancier (les apparences, toujours les apparences), dont on retiendra surtout la justesse d'Amy Adams, le timing comique jusque là scandaleusement sous-exploité de Bradley Cooper (impayable avec ses bigoudis) et la courte mais marquante participation d'une Jennifer Lawrence en contre-emploi, parvenant magistralement à transformer un second rôle ingrat en pocharde magnifique.

Créée

le 6 juil. 2014

Modifiée

le 6 juil. 2014

Critique lue 1.9K fois

39 j'aime

1 commentaire

Gand-Alf

Écrit par

Critique lue 1.9K fois

39
1

D'autres avis sur American Bluff

American Bluff
guyness
5

Jeux d'artifices

Une critique à 4 mains et presque en 3G (Guyness & Gothic) : 1ERE PARTIE Le juge: Mesdames et Messieurs, l'audience est ouverte. Procureur GuyNess: Maître Gothic, votre rôle d’avocat vous empêche d’y...

le 14 févr. 2014

49 j'aime

20

American Bluff
Nomenale
7

To curl up and dye* [revue capillaire]

- Dis donc, Nomé, Faudrait pas prendre l'habitude de critiquer trop de films, et puis quoi, ils sont où tes bouquins de dépressifs ? - Ca vient. D'ailleurs je m'étais promis que ma prochaine critique...

le 12 févr. 2014

48 j'aime

5

Du même critique

Gravity
Gand-Alf
9

Enter the void.

On ne va pas se mentir, "Gravity" n'est en aucun cas la petite révolution vendue par des pseudo-journalistes en quête désespérée de succès populaire et ne cherche de toute façon à aucun moment à...

le 27 oct. 2013

268 j'aime

36

Interstellar
Gand-Alf
9

Demande à la poussière.

Les comparaisons systématiques avec "2001" dès qu'un film se déroule dans l'espace ayant tendance à me pomper l'ozone, je ne citerais à aucun moment l'oeuvre intouchable de Stanley Kubrick, la...

le 16 nov. 2014

250 j'aime

14

Mad Max - Fury Road
Gand-Alf
10

De bruit et de fureur.

Il y a maintenant trente six ans, George Miller apportait un sacré vent de fraîcheur au sein de la série B avec une production aussi modeste que fracassante. Peu après, adoubé par Hollywood, le...

le 17 mai 2015

209 j'aime

20