Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Une critique à 4 mains et presque en 3G (Guyness & Gothic) : 2EME PARTIE


Résumé de l’épisode précédent http://www.senscritique.com/film/American_Bluff/critique/30394567 chez Guyness

(Trop Polito pour être honnête)
Me Gothic: concernant Monsieur Polito, il n'en a aucune, d'épaisseur, je vous le concède. Monsieur O.Russell a voulu se compliquer la tâche en embauchant des acteurs non confirmés, tel Jeremy Renner, mais c'est tout à son honneur. L'œuvre demeure regardable, contrairement à la coupe de cheveux du maire ou à celle de Bradley Cooper !

(Elle côtoie un cheik, Jennifer Lawrence, d’Arabie.)
Ness: Mais justement, avec de tels coiffeurs, j’ai envie de m’écrier, et les jurés seront d’accord avec moi : « brade les coupeurs ! »
Alors certes Jennifer est confondante de justesse quand elle incarne une pétasse complexe. Mais une scène dans laquelle elle apparait, illustre la vacuité de l’ensemble, à travers l’utilisation d’une B.O maladroite et facile. Quand elle fait son ménage en mimant « live and let die » de McCartney, c’est à la fois factice, inutile et vain. Pouvez-vous me dire son intérêt, monsieur l’avocat ?

(Anger Games)
Me Gothic: bien entendu, Jennifer ne joue pas un rôle de composition, d'où sans doute ce naturel dans la pétassitude. Jennifer "La rance" est plutôt fraîche sur ce coup-là, son côté hystérique est appréciable. Quant à qualifier la BO de maladroite, lorsqu'on a la joie d'entendre du Duke Ellington ou encore de savourer le complet décalage de cette scène sur "Live and Let Die", un tel affront est passible d'un an d'emprisonnement avec le casting complet de "Nouvelle Star" en boucle dans les oreilles durant toute la détention !

(Une Amy de la famille, Adams)
Procureur GuyNess: Par contre, la seule chose qui fasse l’unanimité, c’est Amy Adams, son jeu, et ses décolletés. Mais est-ce assez pour soutenir la structure bancale du film, et une trame aussi épaisse que son soutien-gorge ?

(Le bluff est une couleur chaude)
Me Gothic: il faut dire qu'elle a mis le paquet, ou plutôt SON paquet, au service du film. Le résultat est peut-être bancal, mais le divertissement est au rendez-vous. Et puis quand on voit la pauvreté de la bande-annonce accompagnant la sortie d'American Bluff, finalement, on ne s'en sort pas si mal.

Le juge: l'audience est levée (en aparté: et il n'y a pas qu'elle...)
Gothic
6
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de cœur et l'a ajouté à sa liste Bale, un acteur qui a fait son trou...

Créée

le 14 févr. 2014

Critique lue 1.4K fois

47 j'aime

49 commentaires

Gothic

Écrit par

Critique lue 1.4K fois

47
49

D'autres avis sur American Bluff

American Bluff
guyness
5

Jeux d'artifices

Une critique à 4 mains et presque en 3G (Guyness & Gothic) : 1ERE PARTIE Le juge: Mesdames et Messieurs, l'audience est ouverte. Procureur GuyNess: Maître Gothic, votre rôle d’avocat vous empêche d’y...

le 14 févr. 2014

49 j'aime

20

American Bluff
Nomenale
7

To curl up and dye* [revue capillaire]

- Dis donc, Nomé, Faudrait pas prendre l'habitude de critiquer trop de films, et puis quoi, ils sont où tes bouquins de dépressifs ? - Ca vient. D'ailleurs je m'étais promis que ma prochaine critique...

le 12 févr. 2014

48 j'aime

5

Du même critique

Lucy
Gothic
2

Tebé or not tebé

Nuit. Tisane terminée. Film terminé. Gothic ôte son casque à cornes pour s'essuyer la joue tant il pleure d’admiration. Nomé(nale) quant à elle s'empresse de fuir pour cacher ses larmes de...

le 7 déc. 2014

275 j'aime

53

Blade Runner
Gothic
10

Le Discours d’un Roy

[SPOILERS/GACHAGE] Nombreux sont les spectateurs de "Blade Runner" à jamais marqués par le monologue final de Roy Batty, ce frisson ininterrompu le temps de quelques lignes prononcées par un Rutger...

le 3 mars 2014

261 j'aime

64

Bienvenue à Gattaca
Gothic
10

Ah ! Non ! C'est un peu court, génome !

A la suite d'un "accident", Jérôme est en fauteuil. Devenu "semi-homme" pense-t-il, ce mytho contrit ressent le besoin de s'évader, tandis qu'à Gattaca, Vincent est las de jouer les majordomes. Ce...

le 16 oct. 2014

252 j'aime

39